Grau-Garriga : la Loire est en deuil


Rédigé par - Angers, le 30/08/2011 - 09:02 / modifié le 30/08/2011 - 23:44


L’Anjou perd un artiste combattant : le peintre et licier catalan Josep GRAU GARRIGA, installé depuis vingt ans à Saint Mathurin sur Loire, s’est éteint lundi des suites d’un accident vasculaire cérébral. La Loire qu’il aimait particulièrement pour sa douceur, mais aussi la ville d’Angers, perdent un artiste incontournable.



Josep Grau-Garriga dans son atelier, photo prise lors du séjour d'inauguration de la collection Koening à Angers  (photo Maison de l'Europe)
Josep Grau-Garriga dans son atelier, photo prise lors du séjour d'inauguration de la collection Koening à Angers (photo Maison de l'Europe)
la rédaction vous conseille
En lutte contre le franquisme, ce qui l’avait poussé à quitter sa Catalogne natale, Josep GRAU- GARRIGA était un rebelle dans l’âme. Les œuvres très torturées qu’il produisait témoignent de l’état d’esprit de cet artiste « dont l’œuvre tout entière est une contestation », disait Monique RAGMOGNINO, l’adjointe à la culture d’Angers, laquelle nourrissait une grande amitié avec l’artiste.

né à Sant Cugat del Vallès en 1929, fils de paysans de Catalogne (Espagne), Josep GRAU- GARRIGA aura usé de diverses techniques, peinture, gravure, sculpture, tapisserie, pour exprimer tout ce qu’il avait sur le cœur et notamment envers la dictature franquiste. Mais de toutes ses œuvres ce sont surtout ses dessins et ses tapisseries qui seront les plus connus. C’est d’ailleurs lors d’un séjour sur les bords de la Loire en 1957 que se développera cette envie de tisser, après une visite des tapisseries de l’Apocalypse du château d’Angers et une rencontre avec un autre licier, Jean Lurçat, dont l’œuvre, « le chant du monde », est exposée à Angers. Il contribuera à moderniser la tapisserie, avec deux autres artistes espagnols : Pablo Picasso ou Joan Miró, qu’il initia à l’art du métier à tisser.

GRAU-GARRIGA revient en France en 1989, pour investir cette fois le château d’Angers mais aussi le musée Jean Lurçat. A la suite de cette seconde visite il décide de s’installer avec sa famille, sur les bords de la Loire, à Saint Mathurin. Amoureux de la Loire, laquelle procurait un peu de repos à son âme torturée, il travaillait avant sa mort, sur un retable de 18m de haut pour l’église de son village d’adoption.

Mondialement connu, GRAU-GARRIGA, qui avait fait don d’œuvres à la ville d’Angers, exposées au musée de la tapisserie Jean Lurçat, est également présent au Museum of Modern Art of New York ou encore au musée d’art moderne de Paris.

« De l’ombre à la lumière, tapisseries catalanes, de Picasso à Grau-Garriga », la dernière exposition a laquelle il participa au milieu d’une trentaine d’artistes, de Janvier à mai 2011, toujours au musée Jean Lurçat, a connu un très grand succès. De nombreux angevins se sont précipités pour admirer ce renouveau de la tapisserie.

GRAU-GARRIGA, homme au caractère bien trempé, ne passait pas inaperçu. Tous ceux qui ont eu l’occasion de le rencontrer s’en souviennent. Il incarnait la force de la culture catalane faite d’ombre et de lumière, de violence et de douceur.






Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03