Greenberg, comme une envie de ne rien faire


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Mercredi 19 Mai 2010 à 18:47


Roger Greenberg est un homme irresponsable, lunatique, fragile, insociable, à fleur de peau, détestable, aux réactions imprévisibles, parfois violent… mais attachant !



Roger Greenberg (Ben Stilller), sûrement le seul homme de L.A. à ne pas posséder de voiture…
Roger Greenberg (Ben Stilller), sûrement le seul homme de L.A. à ne pas posséder de voiture…
la rédaction vous conseille
Roger Greenberg, quadragénaire dépressif et misanthrope, débarque à Los Angeles pour passer quelques semaines dans la villa de son frère, parti en vacances. Greenberg, comme tout le monde l’appelle, n’a pas réellement réussi à avancer dans la vie, par manque de chance, ou bien tout simplement par manque de volonté. Lorsque Florence, « l’assistante personnelle » de son frère, lui demande ce qu’il fait dans la vie, Greenberg répond : « Je ne veux rien faire. C’est exprès. » . Ne rien faire, cet homme le répète de nombreuses fois et applique sa pensée « à la lettre », sauf pour écrire des revendications ridicules mais amusantes à d’importantes sociétés ou pour construire une niche au chien de son frère.

Noah Baumbach réalise avec « Greenberg » son sixième long-métrage, après « Les Berkman se séparent », déjà remarqué lors de sa sortie en 2005. Grâce à la prestation des acteurs, cette « fausse comédie romantique » interpelle. Ben Stiller excelle dans un registre comique entièrement différent de ses rôles habituels. Il incarne un type un peu perdu, en marge de la vie agitée de Los Angeles. Il est maladroit, lunatique, quelquefois agressif et ne prête nullement attention aux sentiments de ses interlocuteurs. Il parvient cependant à séduire Florence, interprétée par Greta Gerwig, véritable révélation du film ; s’installe alors entre eux une relation instable et étrange, entre élans agressifs et maladresses. S’ajoutent à ce casting Rhys Ifans et Jennifer Jason Leigh, l’un interprétant un ancien ami du groupe de rock de Greenberg, et l’autre son ex-copine. Ces deux personnes symbolisent le passé de Greenberg, qui court après un temps définitivement révolu (cette « quête » se poursuit jusqu’à la fin du film, lorsque Greenberg s’invite à une fête d’adolescents).

Tourné en 7 semaines seulement, « Greenberg » est un film dont la trame est la relation tumultueuse de Roger Greenberg et de Florence. Le travail des plans est parfois délaissé au profit de dialogues surprenants, qui donnent au film un côté séduisant. Noah Baumbach filme habilement les déboires de cet homme et donne au film une direction inattendue.

Lucie.


LES TAGS : cinéma greenberg










Angers Mag