Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Jeudi 30 Octobre 2014







Hitchcock réincarné à Angers


Rédigé par - Le 01/07/2011 - 22:33 / modifié le 02/07/2011 - 08:22


Avec Hitch, présenté hier soir dans le cadre du concours des compagnies du Festival d’Anjou, le public a du croire un instant que le maitre du suspense, Alfred Hitchcock, était ressuscité. Drôle de sensation pour une pièce conduite comme un thriller palpitant dont le cinéaste avait le secret. Un grand moment de cinéma et de théâtre.



Hitchcock réincarné à Angers
Les amateurs de bon théâtre, mais aussi de cinéma qui avaient pris place dans le cloitre du Ronceray, n’en croyaient pas leurs yeux: Sir Alfred Hitchcock était présent sur scène, se délectant d’un Bourgogne Montrachet. Dans Hitch, présenté dans le cadre du concours des compagnies, Joe Shéridan interprète un Hitchcock plus vrai que nature, à s’y méprendre. La moue, le rire, les intonations de voix, l’accent anglais, tout y était, jetant la confusion dans l’assistance. Il va de même pour Mathieu Bisson (Truffaut) et Patty Hannock (Alma Hitchcock) tous deux saisissants de ressemblance avec leur modèle.

En partant de la rencontre réelle entre Alma et Alfred Hitchcock, et le jeune François Truffaut (30 ans) alors cinéaste de la nouvelle vague et critique pour les Cahiers du cinéma, Stéphane Boulan et Alain Riou ont écrit une pièce de théâtre haletante comme un véritable film policier qui retrace de façon imaginaire les coulisses de cet entretien.

Le 13 août 1962, François Truffault débarque dans les bureaux new-yorkais d’Universal, pour interviewer Alfred Hitchcock, alors au sommet de sa carrière, mais méprisé par la critique américaine. Truffaut a pour objectif de publier un ouvrage qui permettrait de réhabiliter celui qu’il considère comme un maitre et démontrer qu’il est l’un des cinéastes les plus géniaux de son époque. Hitchcock pas facile à convaincre, entraine Truffaut dans un véritable film à suspense dans lequel le cinéaste hollywoodien fera l’objet d’un assassinat déguisé en suicide. Il s’agit bien sûr d’une farce conduite par Hitchcock et son épouse, afin de donner quelques sueurs froides au jeune Truffaut en proie au doute.

Cette pièce qui n’est pas sans rappeler la rencontre radiophonique entre Ferré, Brel et Brassens présentée l’an dernier au festival d’Anjou, se déguste comme un véritable film. Un rêve pour tout cinéphile qui se respecte.

L’intérêt de la pièce réside dans la confrontation entre deux hommes aux caractères bien trempés, mais différents, entre deux personnages réincarnés sur scène, jusque dans les moindres détails. On y retrouve un Truffaut fougueux et maladroit et un Hitchcock débonnaire et désinvolte qui s’amuse de la situation. Entre ces deux monstres sacrés, qui s’échangent bons mots et répliques acérées, mais courtoises, vient se mêler une Alma Hitchcock manipulatrice et malicieuse.

Tous les ingrédients sont sur la scène et la sauce prend au fur et à mesure que l’heure s’avance et que descend la nuit . Et quand le rideau se ferme, on en redemanderait presque tellement le jeu des comédiens est bon et réaliste. Un subtil mélange de cinéma et de théâtre qui, à mon avis, ne devrait pas laisser les jurés indifférents.

Hitchcock réincarné à Angers




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com