"Hitler et les gens du voyage", Gilles Bourdouleix condamné en appel


Rédigé par - Angers, le 12/08/2014 - 18:59 / modifié le 02/09/2014 - 11:45


Un peu plus d'un an après les faits, le député-maire de Cholet a été condamné mardi en appel à 3000€ d'amende pour ses propos polémiques sur Hitler et les gens du voyage. Les parties civiles expriment leur satisfaction. Mais le feuilleton judiciaire n'est pas fini : l'élu va se pourvoir en cassation.



"Hitler et les gens du voyage", Gilles Bourdouleix condamné en appel
la rédaction vous conseille
Comme quoi Hitler n'en a peut-être pas tué assez, hein ?" Pour avoir prononcé cette phrase le 21 juillet 2013 au sortir d'un bras de fer verbal avec des gens du voyage qui occupaient illégalement un terrain agricole de sa commune, Gilles Bourdouleix, le député-maire de Cholet, a été reconnu coupable d'"apologie de crime contre l'humanité", mardi, par la cour d'appel d'Angers.

Condamné à 3000€ d'amende, il devra en outre verser 1€ de dommages et intérêts à cinq associations qui s'étaient portées partie civile : la Ligue des Droits de l'Homme, le MRAP, la Licra, la Fondation pour la mémoire de la déportation (FMD) et la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP). Plusieurs autres associations se sont vues rejeter leur demande de constitution de partie civile.

Cette condamnation marque la fin du deuxième round judiciaire de cette affaire. Mais pas sa conclusion. Me Pierre Brossard, l'avocat du maire de Cholet, a annoncé quelques minutes après la lecture du jugement que son client - qui ne s'était pas déplacé pour entendre le délibéré - allait se pourvoir en cassation.

« Je constate que la cour reste clémente puisqu’elle prononce une simple peine d’amende mais mon client n’est pas innocenté. Nous sommes sur un long chemin judiciaire et nous allons donc nous pourvoir en cassation » a sobrement commenté l'avocat, manifestement très déçu.

Gilles Bourdouleix "recherchait l'adhésion d'un interlocuteur" selon la cour d'appel

Lors de l'audience le 15 avril dernier, Pierre Brossard s'était efforcé de tenter de démonter le caractère apologétique, selon lui, des propos de Gilles Bourdouleix et surtout à mettre en avant le contexte particulier dans lequel ils avaient été prononcés. En l'occurrence, dans un contexte de provocation - des gens du voyage avaient effectué le salut nazi en scandant "Heil Hitler" et menacé sa compagne dans l'après-midi - et alors que l'élu, toujours selon son avocat, ne savait pas qu'il était enregistré par un journaliste du Courrier de l'Ouest, lequel avait relayé ensuite ses propos.

Mais ces arguments n'ont pas été retenus. « En exprimant publiquement, et à voix suffisamment audible pour être enregistrée (…) son regret que le crime contre l’humanité exercé par les autorités allemandes contre les gens du voyage durant la seconde guerre mondiale n’ait pas été mené assez loin, le prévenu a bien fait une telle apologie » précise le jugement de la cour d’appel d’Angers.

« La formulation de cette phrase, en particulier sa fin, fait apparaître que celui qui l’a prononcée recherchait l’adhésion d’un interlocuteur, même si celui-ci n’était pas précisément déterminé » indique également ce jugement.

En première instance, en janvier, Gilles Bourdouleix avait été condamné à 3000€ d'amende avec sursis. La peine prononcée par la Cour d'appel est donc plus lourde. « Le fait que la cour ait levé le sursis est intéressant car cela montre qu’une condamnation de principe était insuffisante » estime Me Ivan Jurasinovic, l’avocat de la Ligue des Droits de l’Homme. « C’est d’abord la confirmation qu’il y a bien eu un délit, ce qui ne faisait de doute pour personne. La sanction est montée d’un cran même si nous la trouvons encore trop clémente » a ajouté le vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme de Maine-et-Loire, Daniel Renou.

Dans un communiqué relayé par l'AFP, SOS Racisme s'est félicité aussi du jugement, relevant que les gens du voyage "comptent parmi les plus stigmatisés et discriminés d'Europe et qu'il est normal que les incitations à la haine d'élus de la République soient les plus sévèrement sanctionnés possible".




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com