Hollande et l’UMP victimes d’un « Google bombing »..


Rédigé par - Angers, le 20/02/2012 - 20:58 / modifié le 20/02/2012 - 21:09


Très présents sur internet, par leurs sites respectifs, mais aussi par l’information qu’ils génèrent, les principaux candidats à la présidentielle française, viennent d’être victime d’un bombardement Google, une technique de référencement visant à influencer le classement d'une page dans les résultats du moteur de recherche le plus utilisé. Après François Hollande, c’est au tour de l’UMP d’en faire les frais. Chacun son tour.



Hollande et l’UMP victimes d’un « Google bombing »..
la rédaction vous conseille
Très présents sur internet, par leurs sites respectifs, mais aussi par l’information qu’ils génèrent, les principaux candidats à la présidentielle française, viennent d’être victime d’un bombardement Google, une technique de référencement visant à influencer le classement d'une page dans les résultats du moteur de recherche le plus utilisé. Après François Hollande, c’est au tour de l’UMP d’en faire les frais. Chacun son tour.

Tapez dans Google la requête « on va tuer la France » et vous obtiendrez le site de l’UMP en première occurrence trouvée par le moteur. Pas banal, ou normal diront les opposants. La semaine dernière c’était au tour de François Hollande d’apparaître lorsque l’on tapait « incapable de gouverner ». Les gens de droite se gaussaient, aujourd’hui ils font profil bas, car à leur tour ils subissent les attaques de quelques petits malins qui exploitent une anomalie du système de référencement du plus célèbre des moteurs.

La technique est simple pour qui maitrise les techniques des référencements et en particulier l’algorithme « PageRank », développé par Google. Ce dernier accorde un certain poids à un hyperlien pointant vers une page. Ainsi, si plusieurs sites utilisent le même texte pour pointer sur la même cible, Google additionne ce poids et il devient possible de faire apparaître la page cible en tête de liste dans les résultats d'une recherche.

Il suffit alors à une personne d’acheter plusieurs noms de domaine et de les faire pointer vers un même site en utilisant le même texte. Toutes les personnes recherchant le texte concerné verront le site visé en premier, même si ce texte n’est pas présent dans le site concerné. Normalement, une poignée de sites suffiraient, le plus souvent des blogs, pour réaliser le fameux « Google bombing », d’autant que l’efficacité augmente avec le nombre de sites qui en parlent.

Et comme aujourd’hui toute la presse s’en fait l’écho, les deux liens ne sont pas près de disparaître.

Pour l’instant les deux attaques n’ont pas été revendiquées et du coté du candidat on ne préfère pas la commenter, histoire de ne pas lui accorder plus de crédit qu’elle ne le mérite et surtout pour ne pas faire enfler le bombardement. Ce sont surtout les internautes qui s’en amusent et notamment sur les réseaux sociaux.

Selon Valerio Motta, en charge du web au Parti Socialiste, « l'impact sur le terrain de ces actions serait négligeable». Mais on n’en rit pas pour autant.

Pour l’instant les autres candidats n’ont pas fait l’objet d’attaques de ce type, où tout au moins elles n’ont pas encore été détectées. Mais ça ne saurait tarder.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag