Hommage à Yvon Péan


Rédigé par William Cherbonnier - Angers, le 28/01/2009 - 15:22 / modifié le 20/04/2009 - 21:37


Yvon Péan, célèbre patoisant angevin, est décédé le 27 janvier 2009 à l’âge de 80 ans. Auteur de rimiaux, de poèmes, de contes rimés, ou de romans, Yvon Péan, aussi connu sous le pseudonyme de Guérin Defontaine, était l’un des derniers grands patoisants d'Anjou.



La dernière belle photo d'Yvon PEAN avant que la maladie ne le
La dernière belle photo d'Yvon PEAN avant que la maladie ne le
Né le 8 juillet 1928 à Fontaine-Guérin, fils d’agriculteur, il doit quitter la maison familiale pour aller travailler dans les fermes voisines. Il découvre alors le monde agricole, détenteur de sa propre culture, en relation directe avec le vivant et la terre, qu’il ne cessera de défendre dans ses engagements et ses écrits.

Devenant journaliste agricole, et syndicaliste agricole, il va dynamiser et unifier le milieu agricole angevin, notamment en créant la Fédération des Aînés Ruraux d’Anjou. A travers les hommes et les livres, il découvre le Parler d’Anjou (terme qu’il préfère au mot « patois », car celui-ci est en fait une langue régionale qui couvre un plus grand territoire, avec des règles d’orthographe que le parler d’Anjou ignore), et en devient l’un des défenseurs et conservateurs.

Sa rencontre avec Emile Joulain est déterminante. Il a d’abord été son « chauffeur » puis son secrétaire général de 1983 à 1990. En sa compagnie, il découvre la culture paysanne authentique. Il écrit alors ses premiers « rimiaux », et accompagnera son « maître » dans la promotion et la défense de ce Parler. Il fonde par exemple avec lui l’association des Compagnons des Terroirs. Il fera également partit de nombreuses associations, et club agricole ou viticole.

Il fait partager son regard sur la société et son humour caustique sur les ondes d’Angers 101. Puis, il devient chroniqueur dans le Courrier de l’Ouest avec le billet « vu de mon clocher ». Dans le même temps il développe au fil des années une œuvre importante et variée. En 1980, Traits et portraits en parler de Loire, La révolte du maïs en 1985 sur la question des OGM, une biographie d’Eusèbe Biotteau en 1988, d’Emile Joulain en 1990, Malices du Terroir et Le vagabond de Peyrenère (en 1992), Ma foi... oui (1998), Dans les pas d'Émile Joulain (2000), Au goutte à goutte (2003), et enfin il clôture son œuvre en 2005 par deux ouvrages marquants : Causer pour dire, un livre de rimiaux dans la pur tradition, accompagnée d’un CD puisque pour lui « les rimiaux ça se lit avec les oreilles », et Vieux mots d'un terroir, un lexique (accompagné de rimiaux) des mots et expressions qu’il a défendu et fait partager durant toute sa vie.

Yvon Péan, disciple d’Emile Joulain, fut l’un des derniers grands défenseurs du Parler d’Anjou, et de la culture paysanne, auquel tout les gens qui l’ont lu, entendu, ou fréquenté rendent aujourd’hui hommage.


LES TAGS : portrait

















Angers Mag