Hommage aux victimes des violences conjugales à Angers


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 27/11/2010 - 17:00 / modifié le 30/11/2010 - 23:06


Elles s’appellaient Ghyslaine, Cindy ou encore Caroline, elles sont tombées sous les coups d’un mari, d’un concubin, d’un amant. Chaque année elles sont des milliers, victimes de violences conjugales, certaines se taisent, d’autres meurent. C’est pour sensibiliser l’opinion qu’un collectif d’associations angevines a décidé d’installer dans le jardin du Mail à Angers, ce samedi 27 Novembre, les silhouettes des femmes mortes en 2009 suite à des actes de violence.



Nicole Le Corre (Espace Femme), Sylvia Camara-Tombini (Ville d'Angers) et plusieurs représentantes d'associations
Nicole Le Corre (Espace Femme), Sylvia Camara-Tombini (Ville d'Angers) et plusieurs représentantes d'associations
L’instant se voulait solennel, ce matin à Angers. Des femmes ordinaires, élues mais aussi présidentes d’association aidant, conseillant, consolant, chaque jour des femmes battues, violées, abandonnées étaient présentes en ce petit matin de Novembre un peu froid, au beau milieu de silhouettes, comme si elles comptaient les mortes sur un champ de bataille. 140 formes vierges de toute trace, d’un blanc immaculé symbole de paix mais aussi de mort pour autant de femmes assassinées sans raison en 2009. Elles étaient là, sagement alignées autour du kiosque du jardin du Mail à Angers écoutant sans mot dire l’honneur qui leur était rendu.

On avait peine à imaginer ce qu’elles ont dû endurer, et pourtant elles ont payé au prix fort le fait d’être une femme. C’est pour honorer leur mémoire, pour faire prendre conscience, qu’était organisée cette cérémonie à laquelle participait Richard SAMUEL, le Préfet de Maine et Loire. « Nous sommes en face d’une urgence. Des assistantes sociales sont installées dans certains commissariats pour dialoguer avec les femmes en détresse. Mais les associations jouent un rôle majeur dans ce type de phénomène sociétal », déclarait le Préfet. « Le nombre diminue grâce au travail des associations, mais il faut continuer et toucher les plus jeunes, faire de la relation homme femme, une valeur éducative ».

Pour Nicole LE CORRE, Présidente de l’association Espace Femmes, qui œuvre pour le respect de la dignité des femmes et l'égalité entre hommes et femmes, il faut sensibiliser et continuer à éveiller les consciences : « il n’y a pas de mots pour qualifier ces violences. Il ne faut pas cesser de les dénoncer, dans la rue, chez nos voisins, au travail. Il est urgent de faire en sorte que les femmes soient respectées ».

Sylvia CAMARA-TOMBINI, Adjointe au Maire d’Angers, déléguée à la Jeunesse et à la Citoyenneté n’aime pas ces journées symboliques mais préférerait qu’on agisse tout au long de l’année, « c’est un devoir de citoyenne que d’honorer ces 140 femmes qui ne sont plus là pour raconter leur histoire. Seulement 6% des femmes déclarent un viol ou une agression, c’est énorme. Unissons nos forces pour ne pas laisser faire. Chaque citoyen peut intervenir, soyons attentifs, même à nos voisins ».

Les 140 silhouettes ont été installées au petit matin, alors que des flocons de neige virevoltaient dans le ciel par une équipe de jeunes angevins recrutés dans le cadre d’une opération citoyenne intitulée « job d’hiver ».

Âgés de 20 ans, Aïda, Anas, Jean Claude, Kévin, Sophie et Ludovic, ont été touchés par cette installation. « Nous n’avions pas conscience avant d’installer les silhouettes. C’est un acte lâche et nous ne sommes pas d’accord. Les filles, les femmes doivent être respectées », affirmaient les garçons qui comptent désormais faire passer le message autour d’eux. « Les gens ont un autre regard quand ce sont des garçons qui leur parlent de la violence envers les femmes ».

Les structures suivantes, participaient à cet hommage : Espace Femmes (coordination de l’événement), Association d’Aides aux Victimes d’Abus Sexuels (AAVAS), Association pour la Promotion et l’Intégration dans la Région d’Angers (APTIRA), Centre d’Information sur le Droits des Femmes et des Familles (CIDEFF), Kalima, Europa Donna, Contact Maine et Loire, Cie Libre Envol, Office de Coopération Internationale d’Angers (OCIA), OREE 49 Amitiés Loisirs, SOS Femmes, Quazar, Planning Familial 49.

Anas, Jean Claude et Aïda, présentant les affiches de la campagne 2010
Anas, Jean Claude et Aïda, présentant les affiches de la campagne 2010



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com