Homosexualité : le Contact, c’est la vie


Rédigé par - Angers, le 21/05/2016 - 08:00 / modifié le 22/05/2016 - 08:57


Convaincue que l’acceptation de l’homosexualité passe d’abord par l’écoute, l’association Contact favorise depuis dix ans le dialogue entre parents et enfants concernés en Maine-et-Loire. Une ode vivante à l’empathie, en ce jour de 17eme marche des fiertés d'Angers.



Bernadette Crahay et Isabelle Corbineau, bénévoles de l'association Contact, dans leurs locaux de l'Espace Femmes à Angers.
Bernadette Crahay et Isabelle Corbineau, bénévoles de l'association Contact, dans leurs locaux de l'Espace Femmes à Angers.
la rédaction vous conseille
Le rendez-vous est immuable. Et fait battre le cœur de l’association Contact depuis plus de 10 ans. Chaque troisième mercredi du mois, en soirée, une dizaine de personnes se retrouvent à l’Espace Femmes, rue Saint-Exupéry à Angers, pour deux heures d’expressions confidentielles. Au centre des échanges : potentiellement, tout ce que la révélation de l’homosexualité d’un proche a entraîné comme interrogation ou changement pour l’un ou pour l’autre des participants. 

« C’est gratuit et il n’y a pas d’obligation d’adhérer à l’association. Chacun est libre de s’y exprimer ou pas, précise d’emblée Isabelle Corbineau, l’une des responsables bénévoles de Contact Maine-et-Loire.  Et on s’assure bien que personne ne saute sur la personne qui peine à prendre la parole ! » Question de bienveillance. Question d’expérience aussi pour cette jeune trentenaire : « Quand je suis arrivée sur Angers, il y a 5 ans, je me croyais encore hétérote. Je ne serai peut-être pas là si je m’étais assumée dès 15-16 ans comme certaines. » 

Pour Isabelle, comme pour beaucoup d’autres, assumer et révéler son homosexualité n’a relevé en rien de l’évidence. Jusqu’à ce que la nécessité s’impose à elle lors d’un repas avec ses parents, entre sentiment de libération et crainte malgré tout de leur jugement. « Les choses se sont très bien passées. Et heureusement, car je ressentais le besoin absolu d’être soutenu par ma famille pour m’assumer comme telle. Aujourd’hui, je bénéficie de cette attention-là. »
"C’est un lieu où on on avance avec empathie, convaincus que ceux qui sont en souffrance ont la capacité à s’en sortir par eux-mêmes." Bernadette Crahay, co-fondatrice de Contact
Dans le petit bureau de l’association, Bernadette Crahay écoute attentivement Isabelle raconter son histoire. Mère et grand-mère, elle « milite » à Contact depuis 1998, l’année qui a précédé l’adoption du Pacte civile de solidarité (Pacs), l’année où elle a aussi appris l’homosexualité de sa fille : « J’ai rejoint l’association à Paris. Plus que du soutien, je cherchais surtout à comprendre. Le sujet était bien plus tabou qu’aujourd’hui et je me posais toutes les questions possibles : pourquoi moi ? Pourquoi elle ? Va-t-elle être heureuse ? Va-t-elle subir le rejet des autres ?... » 
 
Après son arrivée en Maine-et-Loire peu de temps après, Bernadette a contribué à la création de l’antenne Contact d’Angers, « avec le soutien total » à l’époque de Roselyne Bachelot, seule députée RPR à avoir voté le texte sur le PACS. « C’est un lieu où on on avance avec empathie, convaincus que ceux qui sont en souffrance ont la capacité à s’en sortir par eux-mêmes. Ma fille est mariée aujourd’hui avec une femme et j’ai un petit-fils de 2 ans et demi. Je suis très fière d’eux et très sereine aujourd’hui pour en parler : ils m’ont ouvert des horizons que je n’aurai jamais découverts autrement. »

Agréée par le ministère de la Jeunesse et des sports et par celui de l’Education nationale, Contact intervient aussi en milieu scolaire. Trois ans après l’adoption si difficile de la loi sur le Mariage pour Tous, les choses sont-elles plus simples ? Sans doute un peu, estiment Isabelle et Bernadette, mais un coming-out reste un tremblement : « On reçoit encore des parents en pleurs, des personnes mariées qui se découvrent homosexuelles et même des militants de la Manif pour Tous. » 
 
Contact Maine-et-Loire - Espace Femmes, 35 rue Saint Exupéry 49100 Angers - 
Tél. 02 41 48 87 79 - email : 49@asso-contact.org


Pride festival
Autour de la 17e Marche des fiertés d’Angers organisée ce samedi 21 mai à partir de 11h, quai Ligny à Angers, un mini-festival organisé par l’association Quazar et différents partenaires (dont Contact Maine-et-Loire) invite au dialogue. A noter, la projection-débat autour de l’homophobie en Russie mardi 24 mai au cinéma Les 400 Coups autour du film « Stand » de Jonathan Taïeb.

Plus d’infos : www.quazar.fr
A lire aussi, la [[Tribune du Lundi] ]url:http://www.angersmag.info/La-loi-Taubira-n-a-pas-mis-sur-un-pied-d-egalite-toutes-les-familles_a12251.html de Bernard Moreau, président de Quazar : "La loi Taubira n'a pas mis sur un pied d'égalité toutes les familles" (16/05/2016) 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30


cookieassistant.com