Il vous aide à acheter des lunettes au meilleur prix


Rédigé par - Angers, le 16/11/2012 - 14:56 / modifié le 19/11/2012 - 23:24


Le marché de l’optique a pris de l’ampleur. Il suffit de voir le nombre de franchises qui s’installent dans les villes, mais aussi sur Internet, pour comprendre que la vente de lunettes peut être un commerce juteux. Opticien de profession, l’Angevin Yann Le Friec vient de se lancer dans un concept unique en France : le conseil en achat de lunettes.



Yann Le Freic, conseiller en optique
Yann Le Freic, conseiller en optique
la rédaction vous conseille
Pas toujours facile, pour le profane, de comprendre la prescription de son ophtalmologiste. Cette incompréhension fait la joie des enseignes d’optique dont la démarche est le plus souvent commerciale, ces dernières offrant deux, voire trois paires de lunettes pour le prix d’une, pour attirer le client. Suivez mon regard …

« Le langage que nous utilisons pour indiquer les corrections visuelles est très technique et peu compréhensible par le client, lequel fait confiance à son opticien pour lui proposer l’ensemble verre-monture qui va bien … surtout pour son chiffre d’affaires », explique Yann Le Friec, un Angevin qui vient de se lancer dans une démarche unique et originale : le conseil en optique.

Âgé de 36, titulaire d’un BTS d’opticien, ce professionnel a exercé pendant 12 ans dans des enseignes d’optique, à un poste de direction. Il connaît de bien le sujet et sait de quoi il parle en matière de lunettes de vue.

« Auparavant la vente de lunette était basée sur le conseil au client, désormais il faut vendre, au point que l’on se demande si certaines boutiques n’embauchent pas des commerciaux plutôt que des opticiens », poursuit Yann Le Friec. « Le métier a complètement changé, c’est ce qui m’a poussé à me lancer dans cette aventure de l’expertise et du conseil ». Véritable marché de niche, ce nouveau concept n’est pas des plus facile a faire passer auprès de clients qui font d’ordinaire, confiance à leur opticien.

Analyser, conseiller et accompagner le client vers la boutique

Installé chez lui, il a tout d’abord créé une marque, « Transparence », laquelle précise d’emblée sa mission, c'est-à-dire proposer aux personnes ayant besoin d’une paire de lunettes celle qui leur conviendra le mieux, en toute transparence, et pas celle qui procure une marge intéressante à l’opticien.

« N’allez pas croire que l’opticien gagne de l’argent uniquement sur les montures, il en gagne aussi sur les verres », poursuit l’opticien. « Comme le client n’y connaît rien, il est très facile pour lui de proposer un verre progressif (le plus cher) dont les performances ne sont pas justifiées par rapport à la correction visuelle demandée. C’est d’autant plus facile quand le coût est pris en charge par une mutuelle. Mais, je ne dis pas pour autant que ce sont des voleurs ».

Et de fait si les montures sont faciles à comparer sur le plan tarifaire, difficile de le faire pour des verres, dont la technicité, la qualité, l’épaisseur, peuvent faire varier le prix du simple au double.

C’est là qu’intervient Yann Le Friec. Il analyse le devis de l’opticien depuis le site web créé pour l’occasion. Ensuite il peut accompagner le client chez un ou plusieurs opticiens pour choisir la paire de lunettes qui conviendra le mieux, tant pour la vue, que pour le porte-monnaie du client. « Et la plupart du temps le client gagne de l’argent, même en ajoutant le coût de mon intervention ».

Il peut même vérifier si la paire livrée est bien conforme, voire accompagner le client pour la résolution de conflits et le service après-vente. Ses tarifs d’accompagnement de base qui vont de 15€ pour l’analyse du devis à 30€ ou pour l’accompagnement dans une boutique située dans l’agglomération d’Angers, sont relativement abordables. Ils peuvent être accompagnés d’une offre dite « aux petits soins », plus élevée, 90€ à 120€ selon le type de verre, laquelle prend en compte la définition des besoins visuels et les attentes esthétiques concernant la monture.

Quant aux collègues comment prennent-ils en compte cette démarche ? « Deux tiers des opticiens acceptent cette démarche, laquelle leur permet aussi de gagner du temps sur les ventes et parfois de nouveaux clients », affirme Yann Le Friec . « Je ne vends pas moi-même, je suis comparable à un courtier en immobilier, j’essaie de trouver les lunettes qui conviennent à mes clients pour leur éviter des surprises. D’autant que certains montages sont peu ou pas pris en charge par les mutuelles ».

Pour en savoir plus : www.transparence-en-ligne.com




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par TILLY le 17/11/2012 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

je trouve l'idée très intéressante mais pourquoi ne pas développer le concept au niveau national ?
établir des comparatifs de devis et trouver le prestataire proposant le meilleur rapport qualité/prix à distance ne serait il pas suffisant. Etant entendu que la recherche pourrait s'effectuer dans une zone géographique correspondant au lieu d'habitation du client.

2.Posté par transparence le 19/11/2012 15:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le conseil s'effectuant autant au niveau de la monture que des verres, il est difficile de ne pas intervenir physiquement en local, à moins qu'une préconisation sur le type de montage des verres dans la monture vous suffise.

3.Posté par cyberom le 21/11/2012 21:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

C'est une idée très intéressante vue le prix des lunettes aujourd'hui.
Comme les mutuelles rembourse de moins en moins votre service va devenir très utiles.
Quel est le gain moyen pour vos clients ?

4.Posté par transparence le 26/11/2012 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Cyberom,
Même s'il est difficile de parler de moyenne, mon intervention en magasin a permis à mes clients d'obtenir des gains réguliers d'une quarantaine d'euros sur la monture et jusqu'à 150 euros par verre pour une paire de verres progressifs, tout cela à qualité équivalente bien entendu.








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com