Ils font les vendanges en cœur de ville


Rédigé par - Angers le Lundi 29 Septembre 2014 à 10:28


Cultiver de la vigne et faire du vin en centre-ville d’Angers ? Impensable. Sauf dans le vignoble du clos Saint-Nicolas, une parcelle de schiste bien exposée sur laquelle poussent des pieds de Chenin exploités désormais par une association de passionnés de viticulture : « Vigne en ville Angers ». Samedi ils étaient tous là pour récolter le fruit de leur passion. Un grand moment de convivialité.



Sébastien Couvreur, le président de Vigne en Ville Angers, présentant la production 2013
Sébastien Couvreur, le président de Vigne en Ville Angers, présentant la production 2013
la rédaction vous conseille
Avec les quelques pieds plantés dans l’enceinte du château du Roi René, une soixante de pieds dans les jardins du Conseil Général, le Clos Saint-Nicolas est le seul vrai vignoble intra-muros d’Angers. D’une surface d’à peine un hectare (8700 m2 exactement), ce vignoble de cépage Chenin appartient à la congrégation religieuse qui habite toujours l’imposante bâtisse située au-dessus, l'abbaye Saint Nicolas. Géré par l’École Supérieure d’Agriculture d’Angers pendant une décennie, jusqu’en 2010, il est désormais exploité par une association de passionnés - Vigne en ville Angers - sous le regard bienveillant et amusé des religieuses qui séjournent sur place.

« Ce n’est pas commun, rares sont les associations de bénévoles qui exploitent un vignoble. Mais nous restons des vignerons amateurs », explique modestement Sébastien Couvreur, le président de Vigne en ville Angers. Salarié de l’ESA, il s’est intéressé à l’affaire lorsqu’il a appris que son établissement allait l’abandonner. Réunissant quelques amis, dont David Lafond, de l’institut de la vigne et du vin, ils se lancent dans la grande aventure de la vigne en milieu urbain.

Tout est parti d’une idée généreuse, « celle de rapprocher les citadins de l’agriculture, partager des valeurs et faire de l’éducation autour de cette vigne qui fait partie de notre patrimoine, le tout dans une logique de respect de l’environnement », poursuit Sébastien Couvreur. Désormais l’association compte une centaine de passionnés qui assurent le travail collectivement, de la taille, en passant par les vendanges, la mise en bouteille et la commercialisation. Même le pressoir, un prototype de petite taille, est loué pour l’occasion.

Avec un rendement moyen de 1500 bouteilles, « un peu faible » , avoue le président, la passion l’emportant sur la productivité, une partie est achetée par les apprentis vignerons eux-mêmes et le reste est vendu par le bouche-à-oreille. « Mais cette année est exceptionnelle », souligne le président de « Vigne en ville Angers ». « Les grappes sont plus grosses que d’habitude, nous devrions produire le double des autres années. Nous allons certainement contacter les cavistes de la région ».

« Partager ma passion pour le vin »

Saïd, l'informaticien apprenti vigneron
Saïd, l'informaticien apprenti vigneron
Et les vignerons, qu’il faut retirer de la vigne pour que chacun puisse vendanger quelques pieds, ne rateraient les vendanges sous aucun prétexte. «Ça fait 12 ans que je vis à Avrillé, mais je n’avais pas vraiment réussi à me lier avec des Angevins », explique Martine, une Bretonne des Côtes-d’Armor. « J’ai trouvé dans cette association un moyen de partager ma passion pour le vin et ainsi me faire des amis. Je pense même planter une vigne dans ma région ». Une première en Bretagne.

Propos équivalent pour Saïd, informaticien, venu pour voir et qui compte bien adhérer à l’association tellement il y prend du plaisir. « C’est un grand moment de convivialité, en pleine nature. Ça change vraiment les idées ».

Certifié « bio » depuis cette année le vignoble produit trois vins, mis en bouteille à la propriété : « Cœur de ville » et « Résonances » des blancs secs, et « Cœurs pétillants » un vin pétillant naturel, « c’est un genre poiré, sans additif », insiste Sébastien Couvreur.

Ouvert pendant les journées du Patrimoine, ce qui permet de vendre quelques bouteilles, et lors de visites organisées par l’Office de Tourisme d’Angers, le clos accueille aussi des jeunes déscolarisés de la maison de quartier voisine, l’Archipel, pendant les vendanges. Elle organise également un concert Vigne et Folk depuis deux ans, pour se faire connaître et établir de nouveaux liens.

Des contacts sont en cours avec la Maison de l’Environnement d’Angers, pour des visites scolaires. Le site possède également une ruche pédagogique originale. Réalisée en plexiglas et installée dans une petite dépendance avec ouverture dans une fenêtre, elle permet d’observer le travail des abeilles sans se faire piquer.

Pour en savoir plus sur " Vigne en Ville Angers "




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46




cookieassistant.com