Imagine Angers, alléchante équation à 7 inconnues...


Rédigé par - Angers, le 28/01/2017 - 07:55 / modifié le 30/01/2017 - 15:30


Introduit lors des voeux du maire, il y a quelques semaines, Imagine Angers, appel à projets urbains innovants sur 7 lieux emblématiques ou sites stratégiques de la ville, se dévoile peu à peu. Avec un objectif de réalisation à court terme, puisque les permis de construire des dossiers retenus pourraient être déposés dans le courant de l'année 2018. Une initiative inspirée par celle de la municipalité de Paris, qui associera, dès le printemps, les Angevins, tout en renouvelant le patrimoine architectural de la ville.



Imagine Angers, alléchante équation à 7 inconnues...
la rédaction vous conseille
Mardi midi, le maire d'Angers, Christophe Béchu, sera à la table de "Homard et Bœuf", le restaurant parisien du chef angevin Pascal Favre d'Anne. Anecdotique ? Sans doute, mais il ne s'agit pas là de relayer les aspirations gourmandes du premier édile angevin. A table, autour de lui, on retrouvera une cinquantaine de promoteurs et investisseurs intéressés par le projet porté par la municipalité d'Angers et dévoilé lors de la cérémonie de vœux du maire, le 11 janvier dernier.

"Imagine Angers" est "un appel à projets urbains innovants", qui concernent 7 sites stratégiques de la ville et dont les objectifs ont été précisés par Christophe Béchu, vendredi : "Il s'agit d'attirer des investisseurs pour avoir une architecture audacieuse sur le territoire ; d'accréditer l'idée qu'à Angers, il se passe quelque chose, dans le prolongement de l'arrivée du Tour de France, de la montée du SCO en Ligue 1... cette fois-ci sur le plan de l'urbanisme et de l'architecture ; de trouver pour chacun des sites ciblés un devenir, en introduisant de la concurrence."

Les fondements sont posés. Mais à quoi s'attendre plus précisément ? "Nous n'en savons rien encore", reprend Christophe Béchu. "Nous avons eu un long débat en interne pour savoir si l'on devait établir un cahier des charges pour chaque site. Mais nous avons finalement retenu l'idée d'encourager les équipes à proposer des projets avec toute la latitude et l'imagination possibles."
"Il faut accréditer l'idée qu'à Angers, il se passe quelque chose, cette fois-ci sur le plan de l'urbanisme et de l'architecture" - Christophe Béchu

Situés dans des entrées ou des lieux emblématiques de la ville (voir la carte détaillée au bas de l'article), les sites sélectionnés ne passent pas inaperçus, qu'il s'agisse du Front de Maine, du plateau des Capucins ou du rond-pont de L'Eseo (La Proue). Ils accompagnent une stratégie plus large portée depuis plusieurs semaines par la municipalité : celle de la ville en mouvement. Entre le projet Cœur de Maine, les prémices de la ligne B du tram ou la concrétisation prochaine des opérations de renouvellement urbain à Monplaisir et Belle-Beille, l'actualité urbaine est objectivement riche...

Et l'intérêt d'un tel appel à projets, en dehors du caractère innovant et esthétique de la démarche, réside dans le coût d'une telle opération pour la collectivité. En dehors d'une campagne de communication d'ampleur nationale sur la question, la Ville ne dépensera pas un euro. Au contraire, elle vendra les m2 dont elle est propriétaire aux porteurs de projets retenus. "Il ne s'agit pas d'un concours d'architectes, avec des indemnités à verser à ceux qui perdent", détaille Christophe Béchu. "Ce sont tous des espaces ouverts à la construction, à des projets complètement privés."

La nature même d'Imagine Angers conditionne le type d'activités accueillies au sein des futurs bâtiments : du service, du commerce ou du logement, afin qu'ils soient rentables. Reste qu'à l'heure actuelle, tout reste ouvert en la matière. Et le Angevins auront leur mot à dire, dès le printemps. Une plateforme sera ouverte pour que chacun puisse y déposer une idée d'aménagement, pour l'un des sites sélectionnés. Des propositions au sein desquelles les équipes de professionnels pourront piocher pour construire leur projet, avant la remise des dossiers de candidatures, début juillet 2017, puis la remise des propositions finales par les équipes, en décembre 2017.

Par la suite, début 2018, un jury d'élus (de la majorité et de la minorité), d'experts et d'Angevins établira un classement des projets pour chaque site, avant le dépôt d'un permis de construire et la cession du foncier, quelques mois plus tard.

Bref, on a beau retourner le problème dans tous les sens, on cherche un peu où le bât blesse dans cette initiative, soutenue qu'elle est y compris par la minorité municipale, qui prend un malin plaisir à rappeler que le projet « Imagine Angers » reprend l'idée des « édifices singuliers » de feu le projet Angers Rives Nouvelles. Reste à découvrir ce que les investisseurs de tout crin imaginent pour Angers, et les réalisations effectives qui en découleront. L'Angevin expérimenté sait très bien ce que la dent creuse (l'espace vide) fichée près du Quai a porté comme projets et ambitions -la préfecture, le Centre des Congrès, le siège de l'Ademe- sans jamais qu'ils ne voient le jour...

Le calendrier du projet : imagine.angers.fr

imagine_angers_cm_30_01.pdf imagine_angers_cm_30-01.pdf  (4.03 Mo)






Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Philippe DELCROIX le 01/02/2017 08:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si on commençait par s'occuper des dégâts causés par des années d'incurie: l'état catastrophique de la voirie , la désertification des magasins du centre, l'offre touristique insuffisante, l'accès à un centre ville coupé en deux faute d'avoir été quadrillé et surtout le manque d'emplois productifs... après et seulement après on pourrait s'occuper de réalisations prestigieuses et très discutables...















Angers Mag