Islam à Angers : prévenir la radicalisation, un vaste chantier

[DOSSIER] ANGERS ET L'ISLAM : À LA CROISÉE DES CHEMINS #4


Rédigé par Yves BOITEAU et Sébastien ROCHARD - Angers, le 12/03/2015 - 06:30 / modifié le 12/03/2015 - 08:23


Deux mois après les attentats djihadistes de Paris, le choc provoqué par leurs auteurs continue de propager ses ondes à tous les niveaux de la société française, compliquant, qu'on le veuille ou non, l'indispensable dialogue du pays avec ses citoyens musulmans. Un dialogue d'autant plus nécessaire à Angers que viennent d'être lancés les travaux de terrassement de la grande mosquée dans le quartier des Hauts-de-Saint-Aubin. D'autant plus nécessaire, aussi, qu'il convient désormais avec la prévention de la radicalisation, Diffus mais réel, le phénomène de radicalisation islamique n’épargne pas Angers. Au-delà de la surveillance, le contrer pose de vraies questions de prévention sociale.



Au mois de septembre dernier, le spectacle Les Squames, de la compagnie Kumulus, avait réveillé le spectre d'une certaine forme de radicalisation, lors des Accroche Cœurs. Sans réel fondement, mais avec une réalité : le sujet questionne.
Au mois de septembre dernier, le spectacle Les Squames, de la compagnie Kumulus, avait réveillé le spectre d'une certaine forme de radicalisation, lors des Accroche Cœurs. Sans réel fondement, mais avec une réalité : le sujet questionne.
la rédaction vous conseille
« Le radicalisme, bien qu’ultra minoritaire, est une réalité très dynamique, comme on le voit en France depuis le printemps 2014, avec la multiplication effarante des départs en Syrie ». Interrogé sur cette question, le sociologue de l’Islam Romain Sèze ne ferme pas les yeux sur la réalité.

Comment pourrait-il en être autrement, d’ailleurs ? Les attentats de janvier ont douloureusement mis en lumière un phénomène… qui n’est pas que parisien. Le 11 février, une lycéenne angevine de 18 ans, Fatima, disparaissait : endoctrinée via Internet pour partir « sauver des enfants en Syrie », elle serait aujourd’hui encore en Turquie.
 
Combien sont-ils de jeunes (ou moins jeunes) à avoir ainsi succombé, à Angers, au salafisme djihadiste ? Difficile à dire : avant les attentats de Charlie, sa surveillance n’était pas une priorité en Maine-et-Loire. Les choses ont changé depuis et le constat avec : plus d’une dizaine de candidats au djihad ont été identifiés aujourd’hui en Maine-et-Loire. « Là où on recevait un signalement tous les trois mois, on en est à un par semaine », confirme une source policière.
Une réalité qui abasourdit la communauté musulmane. Et l’interroge. « Pour moi, terroriste et musulman sont deux mots incompatibles », avance Julien, 22 ans, converti il y a neuf mois. Lui et Nicolas, le même âge, disent avoir trouvé dans la religion « un moyen de revenir dans le bon chemin ». « Ces jeunes qui partent ignorent le socle coranique, car ils ne sont pas en capacité de lire le texte sacré ! » analyse Mohamed El Hourch.

"Ces jeunes qui partent (en Syrie NDLR) ignorent le socle coranique, car ils ne sont pas en capacité de lire le texte sacré !" Mohamed El Hourch

Dans l’interview qu’il avait accordé à Angers Mag au lendemain de l’attaque de Charlie Hebdo, Abdel-Rahmène Azzouzi appelait la communauté musulmane à réagir sur la déviance des frères Kouachi : « Qu’ils ne soient pas représentatifs de l'islam de France patati, et patata..., on va entendre ça pendant des semaines. Nonobstant, ce sont bien des gens issus de chez nous. Dès lors, nous devons nous interroger et nous poser les bonnes questions. »

Réelle mais encore diffuse sur le territoire angevin, la radicalisation –qu’il convient de différencier d’un certain fondamentalisme, celui qui semble sourdre notamment du côté de La Roseraie- traduit pourtant un malaise plus profond, qui dépasse la simple question religieuse. « Le principal problème, c’est la question sociale, la relégation urbaine et le chômage. Il y a ras-le-bol d’être considéré comme une présence allogène au territoire de la République française », analyse Romain Sèze.

A Angers, sur le terrain, on ne dit pas autre chose. « Je connais des gens qui ont « lâché » toute pensée salafiste après avoir trouvé du logement et un boulot », appuie Ahmed Imzil, l’une des figures historiques à Angers du combat pour le développement de la citoyenneté dans les quartiers.
Pour l’AJAC (1), l’association qu’il représente, si les jeunes se sont retrouvés dans la tribune du professeur Azzouzi,  ce n’est pas tant comme musulmans que comme « arabes des cités que la République ne reconnaît pas ». Une nuance qui a son importance. Et Ahmed Imzil de pointer l’inadéquation d’une certaine offre d’éducation populaire officielle avec des jeunes méfiants ou en rupture. « Il est possible de lutter contre les problèmes des quartiers en changeant de paradigme, en privilégiant l’aide à apporter à ceux qui connaissent bien leurs habitants, leurs problèmes mais aussi le formidable potentiel humain, économique et culturel qu’ils recèlent. »
 
Mais qui soutenir ? Depuis quelques années, le nombre d’associations à vocation éducative ou culturelle, souvent d’obédience musulmane, s’est démultiplié dans les quartiers populaires. « C’est impossible de répondre à toutes les sollicitations », ne cache pas l’entourage du maire. Où l’on avoue que « choisir tel ou tel, c’est faire des paris ».
 
(1) Association de la Jeunesse pour l’Action et la Culture












Angers Mag















Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46


cookieassistant.com