Jean-Damascène Habarurema, l’émerveillé

Portrait de l'année (Septembre)


Rédigé par - Angers le Samedi 3 Janvier 2015 à 07:00


Ils ont marqué l'année 2014 en Anjou... et c'est la raison pour laquelle le mensuel Angers Mag a décidé de leur consacrer un portrait. "C'est qui celui-là ?", le titre dédié à la rubrique, explore ainsi d'une manière détournée ce que fut l'exercice qui s'achève, à travers une galerie de personnalités des mondes culturel, politique, social, économique ou sportif. Né au Rwanda, l'athlète angevin Jean-Damascène Habarurema, naturalisé français en 2012, est aujourd'hui l'un des meilleurs fondeurs tricolores...



Jean-Damascène Habarurema, l’émerveillé
la rédaction vous conseille
Vingt ans après le génocide rwandais qui a décimé sa famille, l’athlète angevin a terminé 13e du marathon aux championnats d’Europe à Zurich en août dernier. Et trouvé dans cette aventure sportive en bleu-blanc-rouge, de quoi alimenter sa quête existentielle.  

Mardi 2 septembre, 10h30. Le soleil donne à plein sur l’étang Saint-Nicolas. Au bout de la rue Saint-Jacques, veste de jogging tricolore sur les épaules, Jean-Damascène Habarurema est exact au rendez-vous. Son large sourire aussi. Depuis le retour de Zurich, au milieu des centaines de coureurs angevins qui arpentent chaque jour les chemins du parc, c’est ici que le fondeur franco-rwandais récupère du marathon disputé lors de la journée de clôture des championnats d’Europe, le 17 août.

Course le matin, course l’après-midi. Parfois seul, parfois en compagnie d’un ami, spécialiste du 10 000 m. « Ça va de mieux en mieux, glisse Jean-Damascène. Mais il faut quand même du temps au corps pour récupérer. » Ce n’est pas lui qui vous rappellera qu’il disputait en Suisse seulement le… deuxième marathon de sa carrière (après celui de Berlin en octobre 2013). En un mot, qu’il n’est « pas marathonien ». 13e en 2 heures 16 minutes et 4 secondes et deuxième français, le sociétaire de l’Entente Nord Anjou (ENA) a confirmé ses dispositions pour la distance et contribué à la très jolie deuxième place par équipe de la France sur l’épreuve.

« Equipe », « France »… les mots éclairent de suite le regard perçant de Jean-Damascène. Dans son appartement, mis à disposition par la Ville d’Angers non loin du parc Saint-Nicolas, le dossard suisse est resté collé au sac de sport. Pas par fétichisme. « Quand il a obtenu ses papiers il y a deux ans, il s’est entrainé encore un peu plus fort avec cette volonté de prouver qu’il avait sa place. Pour lui, c’est une fierté, sans doute » éclaire Daniel Beaudot le président de l’ENA.

« Quand je pense à la douleur et à la souffrance que demande le marathon et, en même temps, à la volonté de ne pas décevoir la France, le sélectionneur, soi-même, cette 13e place, ça va au-delà de mon existence » explique Jean-Damascène. Il parle d’ « émerveillement », dit que « la grandeur de l’homme, c’est le déchirement » et cite cet extrait de psaume qui l’habite : « O Seigneur, qu’y suis-je pour mériter ça ? »

"Si Dieu le veut..."

De l’Evangile aux sciences de l’éducation qu’il a étudiées à la Catho – il y a passé un Master -, il parle d’un cheminement naturel, « la parole » en guise de boussole d’une quête identitaire assumée. « Qu’est-ce que je veux faire de mon existence ? Où est ma place ? Mes questions existentielles fondent mon parcours et j’essaye de les transformer en travail intellectuel ».

« Si Dieu le veut », il terminera cette année une thèse sur le thème « Penser la reconnaissance au miroir de l’identité », un sujet qui fait bien évidemment écho à tout son être. Et qu’il espère mettre à profit pour, peut-être, enseigner, former. Daniel Beaudot confirme le plaisir qu’il prend à conseiller les jeunes athlètes du club.

En attendant, pour vivre, et parce que les primes de courses ne lui suffisent pas, Jean-Damascène assure le gardiennage de nuit dans un foyer. Une activité qui lui permet de s’entrainer le jour. Et le repos ? « Je récupère la journée et je sors peu. Au cinéma, je m’endors » sourit-il. Au Grand Ecran, il préfère la lecture de Saint-Augustin, d’Axel Honneth, de Paul Ricoeur et de la Bible, bien entendu. « Si Dieu m’aide, j’aimerais bien faire partie de l’équipe de France pour les prochains championnats du monde. » Tout le mal qu’on lui souhaite.

 

Jean-Damascène Habarurema, a été désigné sportif de l'année dans l'émission "La Nouvelle édition" lundi 5 janvier sur Canal +.  Voir lereportage consacré au sportif à partir de la 4e minute …
 

Bio Express

1976. Naissance le 4 décembre à Butaré au sud du Rwanda d’un père agriculteur et d’une mère institutrice.
1994. Le génocide le laisse orphelin de son père et de huit de ses frères et sœurs.
1997. Recueilli par les frères de Saint-Gabriel, il quitte l’Afrique pour rejoindre une communauté en Inde puis, en 2001, une autre en Thaïlande.
2003. Arrivée à Angers. Commence véritablement à courir.
2009. ]bRemporte son premier Cross du Courrier de l’Ouest dont il bat le record (9,660 km en 29 min 50 s).
2012. Obtient la nationalité française et dispute pour sa première sélection nationale les championnats du monde de semi-marathon à Budapest. Il termine 20e et premier européen !
2014. Termine 13e du marathon aux Championnats d’Europe à Zurich en 2h16mn04s. Et remporte en novembre son quatrième Cross du Courrier de l'Ouest, devenant co-recordman de l'épreuve.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : #Angers A J-1, la pression monte. De tout cœur avec @AngersSCO pour cette finale historique. @IncroyableSCO… https://t.co/jhgonIpBDI
Vendredi 26 Mai - 12:15
Angers Mag : Un nouveau Printemps pour découvrir l'agriculture biologique: Visites de fermes et... https://t.co/LzoJAqAj1c https://t.co/vttj6JyWqQ
Vendredi 26 Mai - 07:33
Angers Mag : Pesticides ou principe de prudence dans la prise de décision #Angers @UnivAngers https://t.co/wYLustjYQ4 https://t.co/xqaIJ3lhNx
Jeudi 25 Mai - 07:47
Angers Mag : Festival : Maine in Jazz du 2 au 5 juin: Le piano sera à l'honneur de la 8e édition du... https://t.co/gcZhIQ4yhC https://t.co/ISJ87ui3nT
Jeudi 25 Mai - 07:32