Jean Dujardin fait les 400 Coups à Angers


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le Samedi 11 Décembre 2010 à 08:05


On le connaissait humoriste, macho dans un gars, une fille, surfeur déjanté dans Brice de Nice ou bien espion décalé dans OSS 117, avec « Un balcon sur la mer », le dernier film de Nicole Garcia qui sort mercredi dans les salles, Jean Dujardin s’inscrit dans un nouveau registre, celui de l’histoire sombre. Il était de passage ce vendredi aux 400 Coups à Angers, en compagnie de Nicole Garcia et Pauline Belier, pour une projection en avant-première du film.



Jean Dujardin répondant aux questions des spectateurs
Jean Dujardin répondant aux questions des spectateurs
la rédaction vous conseille
Jean Dujardin c’est presque comme un bon copain que l’on aime retrouver pour animer la soirée au resto. C’est d’ailleurs le rôle un peu court qu’il avait dans le dernier film de Guillaume Canet, « les petits mouchoirs ». Jean Dujardin rit de tout et aime amuser la galerie, en un mot on ne s’ennuie pas avec lui.

Dans le dernier film de Nicole Garcia, « Un balcon sur la mer », présenté en avant première au cinéma les 400 Coups à Angers, c’est dans un rôle plus mélodramatique que s’inscrit celui qui, après avoir été une star cathodique avec son épouse Alexandra Lamy, est aujourd’hui l’une des étoiles montantes du cinéma français. « Je crois que je deviens acteur », disait hier soir, avec son habituel sourire, un Jean Dujardin toujours prêt à faire rire ceux qui l’entourent. Un véritable défi qu’il relève sans faillir, même si le rôle, à contre emploi, n’était pas des plus aisé.

Dans « Un balcon sur la mer », Jean Dujardin incarne Marc, un agent immobilier du Sud de la France, marié à Clotilde (Sandrine Kiberlain) et bon père de famille qui rencontre, lors d’une vente, une femme dont le visage ne lui est pas inconnu. Il croit reconnaître Cathy (Marie-Josée Croze), un amour de jeunesse lorsqu’il vivait à Oran en Algérie à la fin de la guerre d’indépendance. Après une nuit d’amour, celle qui prétend s’appeler Cathy disparaît. Le doute s’empare de Marc qui ne sait plus s’il s’agit de son ex petite amie ou de quelqu’un d’autre. Il part alors à sa recherche, menant une véritable enquête afin de lever le doute qui le ronge.

Jean Dujardin joue le rôle d’un homme perdu dans ses souvenirs d’enfance, comme un amnésique qui reconstruit peu à peu sa mémoire. Un rôle de composition pour l’acteur. « Jean est un peu comme la petite fille du film, Pauline, sa fille, avec ses rêves, ses blessures, comment va-t-elle les restaurer plus tard. Il faut une brèche, un amour retrouvé pour se replonger dans notre univers juvénile », confiait Nicole Garcia au public, visiblement emballé par ce film. « Pour que ce trou de mémoire soit encore plus difficile à combler, il fallait que le personnage ait une enfance chaotique. Je suis né en Algérie, à Oran, et je sais que cette sombre période de la guerre d’indépendance a créé un traumatisme dans la tête d’enfants qui n’ont pas pu dire au revoir ». C’est ce qui a servi un scénario quelque part autobiographique pour Nicole Garcia.

Jean Dujardin s’est glissé sans complexe dans la peau de ce personnage torturé physiquement et mentalement. « On est vraiment pris par le sujet », confiait un spectateur à la sortie. « Il cerne tellement bien son personnage, qu’on en a mal pour lui ». Nicole Garcia l’a choisi parce qu’elle a eu une intuition : « Jean est un personnage puissant, amusant et qui avait au fond de lui, bien caché, un regard, une expression, qui collait parfaitement au personnage. J’aime beaucoup amener des acteurs vers un autre territoire ». Et avec Jean Dujardin ça fonctionne plutôt bien

« J’ai d’abord senti l’histoire, le parfum du film, en refermant le scénario », commentait Jean Dujardin. « J’ai accepté à l’instinct, appréciant les films de Nicole, j’avais aussi envie de changer, d’aller ailleurs, voir si j’en étais capable. Et ma décision a été immédiate et j’espère en faire d’autres car j’ai eu de bonnes sensations dans ce film ».

Après avoir été cambrioleur, surfeur, agent secret, commissaire de police, publicitaire, cow-boy, ami disparu trop tôt, à 38 ans Jean Dujardin a déjà abordé tous les registres de la télévision et du cinéma. Il ne lui reste plus qu’à passer derrière la caméra.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag