Jeanne Behre-Robinson, le calme après la tempête ?


Rédigé par - Angers, le 08/02/2017 - 11:39 / modifié le 09/02/2017 - 08:04


L'adjointe au maire d'Angers est au centre de toutes les attentions médiatiques et politiques depuis la publication de ses propos dans le Canard Enchaîné, le 25 janvier, et le début de "l'affaire Fillon". Elle a répondu longuement mercredi matin aux questions de nos confrères du Courrier de l'Ouest.



Jeanne Robinson-Behre a reçu nos confrères du Courrier de l'Ouest lundi soir.
Jeanne Robinson-Behre a reçu nos confrères du Courrier de l'Ouest lundi soir.
la rédaction vous conseille
A-t-elle senti venir le vent du boulet ? Sans doute, rompue qu'elle est à l'exercice politique -même local- depuis plus de 10 ans. Mais Jeanne Robinson-Behre, adjointe à la sécurité de la ville d'Angers, ne s'attendait certainement pas à la tempête médiatique qui s'abat sur elle depuis quinze jours et le début, dans le Canard Enchaîné, de l'affaire Penepole Fillon.

"Je n'ai jamais travaillé avec elle, je n'ai pas d'info à ce sujet. Je ne la connaissais que comme femme de ministre"... Dans l'hebdo satirique du mercredi, l'élue angevine, par ces quelques lignes, met le doigt dans un engrenage qui la verra, une semaine plus tard, être entendue par les policiers en charge de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs qui vise François Fillon, le candidat des Républicains à l'élection présidentielle, mais également -et surtout- être assailli de sollicitations médiatiques, sous des formes parfois contestables : on peut pour le moins interroger le modus operandi de nos confrères d'Envoyé Spécial...
 
Silencieuse dans la presse depuis les révélations du Canard, Jeanne-Robinson Behre s'exprime longuement, ce mercredi matin, dans les colonnes du Courrier de l'Ouest, au fil d'un entretien mené par notre confrère Yves Tréca-Durand. Elle y revient sur les circonstances exactes qui l'ont amenées à répondre aux questions du Palmipède, mais également celles qui l'ont conduites à rejoindre l'équipe de François Fillon, en 2005. "Il me dit "vous avez été collaboratrice de François Fillon à Sablé". Je dis oui. "On voulait savoir qui payait vos salaires". Moi, je lui réponds de manière très factuelle. J'avais deux contrats, un avec Marc Joulaud, l'autre avec Jean-Pierre Chauveau qui était sénateur de la Sarthe. Je travaillais pour ces deux élus-là, plus François Fillon. Parce que de toute façon, le territoire, c'est François Fillon."
"Le Canard aurait sorti les choses avec ou sans moi. C'est me donner un rôle trop important.

Bulletins de salaire à l'appui, Jeanne Robinson Behre présente ses émoluments : "607 € pour Marc Joulaud (...)"... "ce qui laisse de la marge pour le reste de l'enveloppe", relève Yves Tréca-Durand.  Silence, du côté de l'élue angevine, comme à plusieurs reprises dans l'entretien, lorsque notre confrère vient sur le fond de l'affaire : la réalité du travail effectué (ou non) par Penelope Fillon, et la hauteur de sa rémunération. Extraits : "Et vous échangiez sur le travail avec elle ?" "Bon... je ne réponds pas là-dessus. Elle était là. Je l'ai vue aussi au ministère quand il y avait des réceptions. C'est quelqu'un de très gentil, de très humain, très serviable et qui était là." Fermer le ban...

L'entretien se poursuit, notamment sur la portée prise par cette affaire -"Je ne pensais pas que ça prendrait une ampleur comme ça"- et sur ses remords éventuels : "Oui, je n'aurais pas dû répondre et ça m'apprendra (...) C'est peut-être trop honnête de ma part. Ça m'embête d'autant plus qu'on pense que j'ai fait des révélations", avance l'adhérente de l'UDI, qui n'a pas soutenu François Fillon lors de la primaire de la droite et du centre.
 
"Le Canard aurait sorti les choses avec ou sans moi. C'est me donner un rôle trop important", conclut Jeanne Robinson-Behre, qui entend "reprendre une vie familiale normale" et ne pas se "poser de question quand je sors", dénonçant bien plus la pression médiatique que les éventuels pressions politiques : il n'y en n'a eu "aucune", affirme-t-elle.
C'est dit.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03