Jeanneteau cherche le projet politique d'Hollande


Rédigé par - Angers, le 03/09/2012 - 18:35 / modifié le 03/09/2012 - 21:56


L'ex-député d'Angers-Nord, Paul Jeanneteau (UMP), fait de nouveau entendre sa voix. Près de quatre mois après l'arrivée du gouvernement Ayrault, il en dresse un premier bilan désastreux. Mais réserve ses plus sévères critiques au chef de l'Etat.



Discret sur la scène publique depuis sa défaite aux élections législatives, l'ex-député de la 1ere circonscription de Maine-et-Loire, Paul Jeanneteau, est de retour au sein de l'opposition. Et ça s'entend ! Dans sa dernière lettre d'info, le conseiller-général et maire de Champigné livre un bilan terriblement sévère, pour ne pas dire apocalyptique, des premiers pas de François Hollande et de son gouvernement à la tête de l'Etat.

"Que s’est-il passé ? Quelles idées novatrices ont été émises ? Quel travail a été réalisé par la majorité, à l’Assemblée Nationale, durant la session extraordinaire ? Quel cap politique a fixé le nouveau Président de la République ? Quels objectifs ont été définis par François Hollande en matière économique, sociale, européenne ou budgétaire ? Ces questions sont aujourd’hui sans réponse" écrit Paul Jeanneteau, pour qui le chef de la France a été en dessous de tout durant cet été. Extraits.

"Le chômage augmente de 0.8% en juin, il va au marché de Sarran et rend visite au Président Chirac. Les plans de licenciements se multiplient (Technicolor, Air France, Fralib, Doux…) il part à la découverte d’une ferme dans le Gers. Prononce-t-il un discours sur l’orientation qu’il compte donner à la politique agricole française? Non, toujours non, il assiste à une représentation du Festival de Jazz de Marciac" etc, etc...

Normal, "anormal"...

Paul Jeanneteau, l'ex-député d'Angers-Nord, critique sans aucune concession les premiers pas de François Hollande
Paul Jeanneteau, l'ex-député d'Angers-Nord, critique sans aucune concession les premiers pas de François Hollande
Trop cool, le chef de l'Etat ? Paul Jeanneteau le pense très fort. Mais le dit autrement : "Mais quand travaille ce Président ? Lorsque l’on atteint la magistrature suprême, pour faire face aux très nombreux et très lourds dossiers à gérer, il faut une puissance de travail hors norme et donc posséder cette forme d’ « anormalité » qui permet à un homme ou à une femme de faire face à des responsabilités écrasantes et des arbitrages toujours difficiles."

Et d'entrevoir, en guise de conclusion, un réveil "brutal" et "douloureux" pour les français : "François Hollande, qui visiblement adore les bains de foule, aime à dire qu’il est le Président des bisous. Qu’il prenne garde, la France n’est pas le pays des bisounours !"



Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag