Jennifer Dalrymple fait du livre jeunesse un vecteur écolo


Rédigé par Pierre-Antoine LEFORT - Angers, le Jeudi 2 Avril 2015 à 14:05


Mercredi, la librairie La Sadel recevait l’écrivain pour enfants Jennifer Dalrymple. L’auteure, écologiste engagée, était invitée à l’occasion du prix Hé ! Lisez moi, remis par les élèves de nombreuses écoles du Maine-et-Loire pour lequel elle concourt avec son livre "Pépin et l’oiseau", publié à l’Ecole des loisirs.



Jennifer Dalrymple (ici à gauche), a rencontré son public à la librairie La Sadel mercredi 1er avril.
Jennifer Dalrymple (ici à gauche), a rencontré son public à la librairie La Sadel mercredi 1er avril.
la rédaction vous conseille
13h45, à La Sadel, Jennifer Dalrymple arrive un peu en avance. On ne peut pas dire que son passé d’activiste à Greenpeace se lit sur son visage. Loin du stéréotype de l’écologiste en sarouel, Jennifer Dalrymple a laissé tombé sa casquette de militante pour celle de dessinatrice. « Le côté revendicatif du militant, notamment avec les plus jeunes, ne peut pas marcher », confie-t-elle. Elle a donc décidé de faire passer ses idées par ses livres, près de 40 à ce jour, ainsi que par de petites histoires publiées dans les magazines jeunesse du groupe Bayard Presse.
 
Elle vient défendre à Angers l'un d'eux, son livre "Pépin et l’Oiseau", en lice pour le prix Hé ! Lisez moi, décerné par les élèves des écoles de La Meignanne, la Membrolle, le Plessis-Macé, Saint Clément de la Place, Saint Lambert la Potherie et Saint Léger des bois. « Pépin et l’oiseau, c’est l’histoire d’un tout petit garçon, pas plus grand qu’un pouce, qui rencontre un petit oiseau blessé dont-il va s’occuper alors même que le crapaud et l’écureuil lui disent que cela n’en vaut pas la peine », résume-t-elle.
Une histoire simple, pour les plus petits, mais qui a aussi permis de réconcilier l’ancienne activiste avec ses propres congénères. « Ce livre montre que les humains, contrairement aux autres animaux, peuvent éprouver de la compassion, alors que la nature elle n’a pas de morale ».
 
« Avant, on apprenait sur la nature. Aujourd’hui on apprend de la nature »
 
Jennifer Dalrymple écrit pour les tout petits, mais aussi pour les adolescents. Une démarche bien différente puisqu'à chaque âge « il faut parler de choses différentes, de plus en plus riches et de plus en plus complexes, tout en donnant un peu plus d’informations que ce que les enfants connaissent déjà ». Un enseignement ludique en somme.

Jennifer Dalrymple, c’est à la fois une simplicité déroutante dans le discours, mais également des citations imagées. Avec les plus jeunes, il faut montrer ce que l’on ne voit pas. Réenchanter le monde, car à cet âge, « c’est surtout je protège ce que j’aime, j’aime ce que connais, je connais ce qui m’a été enseigné ». L’auteur prend souvent l’exemple de la graine, qui devient arbre : « C'est incroyablement magique ! » s’enthousiasme-t-elle. Avec les plus grands, il faut expliquer qu’ « avant, on apprenait sur la nature, aujourd’hui, on apprend de la nature ». Et de prendre l’exemple des peaux de requins, qui ont inspirées les combinaisons des plus grands nageurs.
 
« L’écologie, c’est la science des interactions »
 
Même si elle n'est plus militante, Jennifer Dalrymple reste très engagée en faveur de l’écologie au sens large. Elle en veut à ces philosophes qui ont dénigré « l’écologie profonde, pourtant non dogmatique mais personnelle », et qui traitent les écologistes « d’Ayatollahs Verts », mais aussi à ceux qui vantent l’ « écologie environnementale, qui ne vise qu’au confort de l’Homme ». Pour elle, l’écologie c’est autant le respect du vivre ensemble avec les autres espèces qu’entre les humains. « L’écologie se transpose à la ville : plus il y a de personnes différentes, plus il y a de richesses. L’écologie, c’est la science des interactions ».
Jennifer Dalrymple voit dans la multiplication des réseaux l’émergence d’ « une civilisation planétaire », où l’Homme sortirait de son enfermement. Et de prédire, en guise de conclusion : « L'écologie va devenir inévitable. Ce ne sera plus un but, mais une nécessité ».


"Pépin et l'oiseau", Jennifer Dalrymple, éditions L'école des loisirs, collection Archimède, 2002. La liste de tous les ouvrages de Jennifer Dalrymple est disponible sur son site internet : www.jenniferdalrymple.net/












Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com