Journée Mondiale sans tabac : le vapotage bientôt interdit dans les lieux publics


Rédigé par - Angers, le 31/05/2013 - 16:10 / modifié le 31/05/2013 - 16:21


Ce 31 mai, à l’occasion de la journée mondiale sans tabac dont l’objectif est de rappeler les dangers du tabagisme pour la santé, les regards se tournent également vers la cigarette électronique. La ministre de la santé, Marisol Touraine, propose de l’interdire dans les lieux publics. Le Docteur Claude Guillaumin, responsable de l'unité de tabacologie du CHU d'Angers approuve.



Journée Mondiale sans tabac : le vapotage bientôt interdit dans les lieux publics
la rédaction vous conseille
On la voyait déjà comme un produit de sevrage pour ceux qui avaient décidé de cesser de fumer, la cigarette électronique que les antis-tabac accusent de « faire la promotion du tabac », risque de suivre le même chemin que celle qu’elle était censé remplacer. Et pourtant, au vu du nombre de boutiques qui s’installent en ville celle-ci commence à connaître un certain succès, de plus en plus de fumeurs s’adonnant au « plaisir du vapotage ».

Vendredi 31 mai, à l’occasion de la journée mondiale sans tabac, la ministre de la Santé Marisol Touraine assurait au micro de France Info, que « la cigarette électronique n'est pas un produit banal ». Si ça reste un bon instrument pour arrêter de fumer ,« il ne faut pas le banaliser pour autant », a précisé la ministre. « Nous devons appliquer les mêmes mesures que celles qui sont appliquées pour le tabac », citant notamment l'interdiction de vente aux mineurs de moins de 16 ans et l'interdiction de publicité.

S’appuyant sur un rapport d’experts, remis le 28 mai par le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue et président de l'Office français de prévention du tabagisme, le Gouvernement pourrait interdire la cigarette électronique dans les lieux publics.

Du coté des utilisateurs on crie « à l’atteinte aux libertés individuelles », comme le précise Manuel, un fumeur invétéré qui utilise une cigarette électronique, pas pour arrêter de fumer, mais pour faire des économies. Il n'est pas d'accord avec les arguments de la ministre. « Contrairement à la cigarette classique, la cigarette électronique ne provoque pas de tabagisme passif puisqu’on rejette de la vapeur d’eau ».

« La cigarette électronique n’entraine pas d’addiction »

S’en servir pour arrêter de fumer, ce dernier n’y croit pas. « Ça ne remplace pas la cigarette, même si je constate que je respire mieux et que je ne me réveille plus le matin avec un cendrier dans la gueule », poursuit Manuel. « J’utilise des produits à base de nicotine, mais ce n’est pas cette dernière qui provoque l’irrésistible envie de fumer, mais les saloperies que les cigarettiers mettent dans les cigarettes ».

Constat similaire pour le Dr Guillaumin, tabacologue et addictologue au CHU d’Angers. « La cigarette électronique n’entraine pas d’addiction, elle ne peut donc pas remplacer la cigarette classique et contribuer à un éventuel sevrage. Pour cela il faudrait l’encadrer médicalement. De plus on ne sait pas ce que contiennent exactement les produits utilisés dans les cigarettes électroniques ».

Sur ce plan, le toubib se rapproche des préconisations du rapport d’expertise sur la cigarette électronique remis à la ministre de la santé, même s’il n’est pas d’accord sur tout, l’interdiction aux moins de 16 ans par exemple. « Cette mesure est contre productive, les jeunes aimant braver les interdits. ».

Quant à l’interdire dans les lieux publics il approuve. « C’est un produit commercial de fumage alternatif qui cache d’autres produits à venir, la pipe a haschich par exemple, qui doit faire l’objet d’une réglementation afin de ne pas provoquer une gêne ou une envie de fumer dans un espace restreint ».

En attendant, la cigarette électronique dont le nombre de boutique croit de manière exponentielle présente un véritable business. « Ça crée des emplois sans présenter les risques de la cigarette classique. Il suffit d’acheter des produits français dont la composition est connue. Ce que je crains c’est que ces petites boutiques ne puissent pas résister à une interdiction contrairement aux lobbies de la cigarette ».

« La cigarette classique rapporte environ 12 milliard au ministère des Finances, alors que dans les même temps elle coute 48 milliards au ministère de la Santé », conclut le Dr Guillaumin.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Sabrina le 10/06/2013 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'interdiction de fumer a l'intérieur des lieux qui sont publics doit également s'appliquer à la cigarette électronique. Et bien que parmi la communauté des "vapoteurs", l'idée ne fasse pas l'unanimité, plusieurs sont favorables à cette interdiction :
http://www.breizh-e-cig.fr/article-15--la-cigarette-electronique-et-les-lieux-publics.html
Alors, si les défenseurs de la cigarette électronique ne sont pas contre, ça ne devrait pas poser de problème.








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com