Kayak-polo : pas peur de se mouiller


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers le Samedi 26 Mars 2016 à 09:00


Eté comme hiver, l’équipe de kayak-polo angevine s’entraîne sur le lac de Maine. Découverte d’une discipline pour laquelle il ne faut pas craindre les éclaboussures.



La Fédération française de canoë-kayak conseille une eau à 12°C minimum pour organiser une compétition.
La Fédération française de canoë-kayak conseille une eau à 12°C minimum pour organiser une compétition.
la rédaction vous conseille
Les buts rasent la surface du lac de Maine en ces jours de crue. Peu importe, il suffit de les remonter en début d’entraînement. Visiblement, rien n’arrête les joueurs de l’équipe de kayak-polo angevine. « Ils nous est même arrivé de casser la glace sur l’eau en plein hiver », se souvient, amusé, Thomas Nehlig, le capitaine.

En ce petit matin de février, le givre vient à peine de disparaitre quand les trois joueurs les plus motivés de l’équipe enfilent leur combinaison. « On va avoir chaud », plaisante Jean-Philippe. « Généralement, en hiver entre nous, est on sympa. On se dit qu’on ne se pousse pas », tente de se rassurer Thomas. Il sera le premier à mettre la tête sous l’eau quelques minutes plus tard.

Comme son nom l’indique, au kayak-polo, les kayaks ont pris la place des chevaux, la pelouse s’est transformée en plan d’eau et les maillets de bambou en pagaies. Le principe est, peu ou prou, le même : deux équipes de cinq joueurs s’affrontent sur une surface de jeu de 25 mètres sur 40 et tentent d’atteindre des buts fixés à deux mètres de hauteur. Contrairement au football, ici, si un gardien est attitré, tout le monde peut le remplacer s’il n’est pas sous les cages lors d’une attaque de l’adversaire. Chaque équipe compte également son « chien » : celui qui ira chercher la balle pendant toute la durée du match, à savoir deux périodes de dix minutes : « Court mais explosif ».
« Le kayak-polo est un sport collectif qui allie vitesse, slalom et équilibre »
La mise en jeu du ballon est, de fait, impressionnante, comme en témoignent les images de la dernière finale de Championnat du monde, dont les Français sont sortis vainqueurs. Les kayaks semblent propulsés vers le centre du terrain. Et l’ « explosion » ne s’arrête pas là. « C’est un sport relativement violent », confirme Thomas. « On a le droit de venir percuter les autres kayaks par dessous, pour les retourner ». On passera ici sur une sombre histoire de coup de pagaie qui s’est achevée par quatre points de suture. D’où l’importance du casque à grille ! (voir l’interview ci-dessous)

Cette proximité n’a pourtant pas effrayé Jean-Philippe, qui évoluait dans la discipline du slalom en kayak depuis 9 ans, ni Pierre, qui avait goûté à la course en ligne. « Le kayak-polo est un sport collectif qui allie vitesse, slalom et équilibre ». La recette idéale, à laquelle on ajoutera, « comme au rugby », un certain fair-play et de la convivialité : « Sur une journée de championnat, on dort tous au camping, c’est très amical entre les équipes ».

Reste à le constater en direct, à Angers, les 28 et 29 mai prochains, lors d’un des quatre week-ends du championnat.

3 questions à Thomas Nehlig, capitaine de l’équipe de kayak-polo d’Angers

« Il faut se protéger des coups de pagaie !»
 
Comment vous êtes-vous retrouvé capitaine de l’équipe de kayak-polo ?
« J’aimais déjà les sports d’équipe et de ballon, j’ai fait 14 ans de basket auparavant. Lors d’un camp avec des enfants au Lac de Maine pour lequel j’étais animateur, on m’a proposé d’essayer le kayak-polo. J’aimais déjà bien le kayak et, avec le ballon et l’esprit d’équipe, c’était encore plus ludique, plus sympa ! C’était il y a trois ans. Depuis, je n’ai pas arrêté ! »
 
C’est une discipline qui s’adresse à tout le monde ?
« Oui. Aucun niveau de kayak précis n’est demandé. Quelqu’un qui a déjà fait quelques sorties en kayak aura la possibilité de bien progresser. C’est sûr que le sport prend toute sa forme quand on sait pagayer et esquimauter. Et ne pas avoir peur de se retourner et de se mettre à l’eau. »
 
Quel est l’équipement nécessaire au kayak-polo ?
« Les bateaux sont spécialement conçus pour la discipline : ils sont assez plats à l’avant et incurvés à l’arrière, ont des pointes arrondies et équipées de mousse pour éviter de se prendre de méchants coups. Les pagaies sont plus épaisses que les pagaies classiques. Les joueurs portent un casque à grille et un gilet rembourré pour se protéger des coups de pagaie.

En chiffres

90
C’est, en centimètres, la profondeur minimum de la surface de jeu.
 
5
C’est, en secondes, le temps maximal pendant lequel un joueur peut conserver le ballon.
 
3,10
C’est, en mètres, la longueur maximum d’un kayak de kayak-polo. Il doit mesurer au minimum 2 mètres de long.
 
12
C’est, en degrés Celsius, la température minimum de l’eau conseillée pour organiser une compétition, selon la Fédération française de canoë-kayak. La température de l’air doit, quant à elle, dépasser les 8°C.





Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01




cookieassistant.com