Kendo, les voies du sabre


Rédigé par - Angers le Mardi 23 Décembre 2014 à 09:19


Héritières des plus vieilles traditions martiales japonaises, le kendo et son cousin, le iaïdo, ont leurs adeptes à Angers. Rencontre avec un art qui place la discipline au centre du « jeu ».



la rédaction vous conseille
Si les murs du gymnase de Belle-Beille avaient non seulement des oreilles mais la faculté de parler, ce sont eux qui pourraient le mieux vous retranscrire l’état d’esprit qui anime les adeptes de kendo et de iaïdo. Chaque lundi soir, c’est ici que se retrouvent ceux qui en pincent, à Angers, pour ces deux pratiques complémentaires de sabre, issues de la grande tradition martiale japonaise. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela s’entend !

Avant d’expliquer pourquoi, quelques repères historiques s’imposent. Pour rappeler d’abord aux profanes que le kendo n’est que la forme moderne du kenjutsu (littéralement, la « technique du sabre »), l’un des 18 arts martiaux que se devaient de pratiquer autrefois les samouraïs. Au fil du temps, cette pratique guerrière s’est muée en discipline sportive pour devenir kendo au début du XXe siècle, et s’exporter sous l’impulsion de maîtres japonais, hors du pays du Soleil Levant. Apparue au milieu des années 50 en France, sa pratique y est restée longtemps confidentielle avant que son affiliation à la Fédération française de judo, comme discipline associée, ne signe véritablement sa reconnaissance.

« En fait, c’est l’escrime japonaise », caricature Didier Brunes, enseignant 3e dan du club Angers Kendo Iaïdo. « Caricature » car, au-delà des différences de tenue et de matériel (un shinai à base de bambou est utilisé pour les combats en armure), au kendo, la forme compte bien plus que les touches. Nourrie de spiritualité zen, la règle d’or du pratiquant vise à unir au mieux l’esprit du geste (ki), la qualité du coup porté (ken) et l’engagement du corps (tai) dans l’enchainement de précis de techniques, appelés « katas » « Le Ki-ken-tai oblige à aller au-delà de la technique et à ne jamais rompre le lien fictif et imaginaire entre deux combattants » précise Didier Brunes.

D’où cette surprise, au prime abord pour le profane, de ne jamais vraiment voir se relâcher les combattants avant et après les coups. D’où cet autre surprenant usage du « kiai », ce cri, venu du ventre, qui accompagne les assauts et anime le gymnase de Belle-Beille le lundi soir… Proche parent du kendo, le iaïdo (« l’art de tirer le sabre ») pousse plus loin encore cette rigueur d’usage de l’arme, en misant sur la rapidité d’exécution. « Par rapport au judo, il me manquait le ressenti direct de la confrontation, de la compétition » confie Lucie Rinck Leteneux, qui a vu naitre et pratiqué le kendo et l’iaïdo au sein du club de judo d’Angers. « C’est précisément cet état d’esprit entre énergie et retenue qui me plaît. On est bien sur quelque-chose qui relève plus de l’art martial » rétorque Didier Brunes, heureux de constater que le club angevin attire à lui des jeunes issus de la génération « mangas », sensibles aux codes et usages du kendo et du iaïdo. C’est le sens de l’ouverture d’un créneau d’entrainement dès l’âge de 12 ans à l’école Victor-Hugo, le mercredi, le jour où les murs de l’établissement n’ont pas d’oreilles...

Plus d’infos :
www.kendo-angers.fr
www.facebook.com/kendoiaidoangers

Le Kendo en quelques chiffres

1959. L’année du premier championnat de France de kendo. La discipline devra attendre 1972 avant d’être reconnue au sein de la Fédération française de judo à laquelle elle est affiliée comme discipline associée.

45. Le nombre de licenciés au club Angers Kendo Iaïdo qui s’est affranchi administrativement du club de judo d’Angers. Il n’existe aucun autre club en Maine-et-Loire.

3. Le nombre de points maximum que compte un combat de kendo. Le vainqueur est le premier à marquer deux points avant la fin du temps réglementaire (5 min).

« Le kendo est un art martial qui aide à s’affirmer »

Carine Pichaud, présidente d'Angers Kendo Iaïdo

Comment êtes-vous venue au Kendo ?
« J’ai toujours été passionnée par la culture asiatique, les samouraïs… mais je n’avais jamais fait que du judo quelques années, petite, un peu comme tout le monde. Il y a cinq ans, j’ai pris des renseignements sur le club et j’ai découvert qu’ils avaient ouvert une section Iaïdo, une discipline qui m’attirait aussi et que je trouve très complémentaire du Kendo. Et je suis donc venue. »

Quelle a été votre principale motivation ?
« C’est vraiment la culture japonaise, le maniement du sabre et au-delà de ça peut-être, une envie de m’extérioriser, de m’aider à m’ouvrir vers les autres via cet art martial. Car on est bien aussi sur une discipline psychologique, voire spirituelle. Je le vois depuis cinq ans, ça permet de se développer intérieurement. »

Pourquoi ?
« Ça aide énormément à la concentration, via l’apprentissage des katas. Le respect est en jeu aussi : on se salue beaucoup avant de combattre, on salue aussi le professeur… Et puis, je dirais que l’art martial lui-même aide à s’affirmer. Pour une personne introvertie, c’est quelque-chose qui peut lui faire du bien. Il y a beaucoup de timides ici, des gens qui ont su affronter ça et s’exprimer différemment.»

Un mot sur l’ambiance du club ?
« Elle y est toujours aussi conviviale, une ligne qu’on essaye de garder au fil du temps. La compétition n’est pas obligatoire. Après, physiquement, c’est très ouvert. On peut pratiquer à n’importe quel âge, en fonction de ses capacités. »
 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17




cookieassistant.com