Keolis Angers, le nouveau directeur veut regarder devant


Rédigé par - Angers, le 25/01/2017 - 07:30 / modifié le 26/01/2017 - 11:07


Nommé suite au licenciement de Christophe Reineri, le nouveau directeur de Keolis Angers, Dominique Rocha, a pris ses fonctions il y a trois semaines dans un contexte particulier. Mais il l'assure, seul l'avenir du réseau mobilise son attention. Avec, en ligne d'horizon, la fin de la délégation de service public et la construction des lignes 2 et 3 du tramway.



Keolis Angers, le nouveau directeur veut regarder devant
la rédaction vous conseille
Dominique Rocha, le nouveau patron de Keolis Angers, le sait pertinemment. Résumer à une simple promotion son départ de Basse Normandie, où il occupait les fonctions de directeur régional de secteur, serait oublier un peu vite les soubresauts récents rencontrés par la filiale angevine du groupe de transport. Le licenciement de son prédécesseur et la plainte dont celui-ci fait l'objet de la part de Keolis, sont encore dans les têtes des quelque 700 salariés que celui-ci emploie à Angers.

En se présentant à la presse mardi après-midi, Dominique Rocha a rapidement fait comprendre qu'il ne serait pas le bon interlocuteur, pour ceux qui cherchent à en savoir plus sur la nature des faits reprochés à Christophe Reineri. "Honnêtement, ma volonté, c'est de passer assez rapidement à autre chose", confie-t-il, bien conscient de l'impact provoqué en interne par ce départ précipité : "Dès mon arrivée, j'ai rencontré les organisations syndicales et commencé à faire connaissance avec la majorité des salariés. Je me sens particulièrement bien accueilli et les conducteurs sont charmants."
 
Remise en cause de la délégation de service public : "Je considère qu'il n'y a pas d'acquis. Mais je ne suis pas inquiet non plus, j'arrive avec une certaine humilité." 
Plus formellement, son arrivée a signé de facto la réouverture des négociations annuelles obligatoires sur les salaires, gelées à la fin de l'année 2016, précisément en raison de la vacance du poste de direction. "Une première réunion a eu lieu la semaine passée, 3 dates sont inscrites au calendrier d'ici mars. Si tout se passe bien" sourit-il. Sur sa feuille de route, émergent trois priorités. "La première sera de poursuivre les relations de confiance et de transparence avec Angers Loire Métropole" pose Dominique Rocha. Avec deux enjeux : la poursuite de la réflexion sur les lignes B et C du tramway et le réaménagement associé du réseau bus d'un côté, la renégociation de la délégation de service public (DSP) avec la communauté urbaine, laquelle arrive à terme en 2019, de l'autre.

On l'a déjà écrit ici, le président d'Angers Loire Métropole, Christophe Béchu, a prévenu que quel que soit le choix fait par l'agglo -DSP, régie directe ou gestion par une société d'économie mixte- le contrat  devra coûter "moins cher aux Angevins qu'à l'heure actuelle". "La communauté urbaine aura d'abord à se prononcer sur le mode opératoire qu'elle choisi" replace Dominique Rocha, soucieux de ne pas trop s'avancer. Certes, mais quels espoirs porte-t-il en cas de poursuite d'une gestion déléguée ?  "Je considère qu'il n'y a pas d'acquis. Mais je ne suis pas inquiet non plus, j'arrive avec une certaine humilité."
Pollution aux particules : "Là comme pour le choix du matériel, c'est l'autorité de transports qui porte les décisions"

Dans la négociation, le nouveau patron de Keolis Angers pourra mettre en avant un bilan d'activité 2016 satisfaisant : 36 636 000 voyages ont été enregistrés sur le réseau soit une progression de 1,7%. Les recettes sont en hausse elles de 2,2%. "Et ce après une année déjà positive. Tous les réseaux Keolis ne connaissent pas ces progressions : les performances sont liées aussi à la qualité du réseau." 

Ses deux autres priorités ? La deuxième sera de "fédérer l'entreprise autour du projet Irigo, sachant qu'une ligne de tramway change beaucoup de choses en interne, notamment sur l'évolution des compétences. Et la troisième de réussir le management des équipes de directions où le poste de directeur des ressources humaines reste à pourvoir. Alerte à la pollution aux particules fines oblige, une dernière question s'imposait sur l'opportunité d'un accès facilité aux transports, comme le suggèrent certains associations environnementales et formations politiques. "Là comme pour le choix du matériel, c'est l'autorité de transports qui porte les décisions" coupe Dominique Rocha. 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par chris le 06/02/2017 07:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
faire une grand centre piétonnier en plein cœur de ville avec des minis navettes électriques ( voir sans conducteur clin d’œil au objet connecté monsieur béchu) pour rejoindre les boulevards extérieur ( roi rené, Carnot, Foch ) serait une bonne idée aussi non ?








Angers Mag















Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03