L’A87 à Angers, un chantier d’envergure


Rédigé par Michel Barini - Angers, le 26/01/2011 - 14:26 / modifié le 26/01/2011 - 18:45


Construction d’un second viaduc, élargissement de 2x2 voies à 2x3 voies, pose de murs antibruit, réfection des chaussées, création de bassins de rétention, installation de panneaux d’information, de boucles de comptage, de caméras de vidéosurveillance : le chantier de l’A87 à Angers est une considérable opération d’aménagement et représente un investissement de 120 millions d’euros.



24 heures sur 24, l’autoroute est sous la surveillance vidéo des opérateurs du centre de contrôle de Saint-Melaine-sur-Aubance.
24 heures sur 24, l’autoroute est sous la surveillance vidéo des opérateurs du centre de contrôle de Saint-Melaine-sur-Aubance.
Depuis 2008, ASF (Autoroutes du Sud de la France) s’est engagée dans la mise aux normes autoroutières des 13,5 km de l’A87 (ex RN 260 et Rocade Est). Sur cette portion située entre l’échangeur de Gatignole, à hauteur du Parc Expo, et celui de Haute-Perche, à hauteur de Mûrs-Erigné, 50 000 véhicules fréquentent chaque jour cet axe routier. L’amélioration des conditions de circulation s’avérait absolument vitale afin d’améliorer le trafic dans des conditions optimales de sécurité et de confort.

Et en dépit de ce que peuvent supposer les usagers à la vue de chantiers qui n’en finissent pas de se succéder, l’opération avance inéluctablement. Étape par étape, le plus souvent simultanément en différents endroits du parcours, les travaux se déroulent sans interruption, de jour comme de nuit, parfois hors de portée du regard. Conséquence immédiatement palpable et déroutante pour l’automobiliste, les limitations de vitesse sont régulièrement modifiées et déplacées d’un point à l’autre du tronçon.

Au niveau du franchissement de la Loire, dès l’achèvement du nouveau viaduc au cours du prochain été, la circulation sera basculée d’un pont à l’autre, soit de l’ancien au nouveau. À ce moment-là, la restauration du pont initial, dont la construction remonte à 1976, pourra débuter avant de s’achever probablement durant l’été 2012. Dans l’attente de cette échéance, l’écoulement du trafic sera maintenu au niveau actuel et se déroulera toujours sur 2x2 voies avant de s’ouvrir définitivement à 2x3 voies, avec bande d’arrêt d’urgence en sus.

C’est le paradoxe d’une rénovation qui va durer aussi longtemps que la construction de sa réplique neuve. François Baratou, directeur d’opérations, s’en explique en citant un exemple de comparaison : « Si vous achetez une maison ancienne afin de la rénover tout en y habitant, vous mettrez autant de temps à l’achever qu’un constructeur qui bâtit du neuf ». D’autant que la pathologie de l’ouvrage nécessitera quelques interventions lourdes, et cela sans l’aide d’une estacade : inspection et diagnostic, renforcement du tablier, réfection de la chaussée, pose de caniveaux, d’évacuations, de joints de dilatation, assainissement, etc.

Outre l’élargissement à trois voies sur la distance de Mûrs-Erigné à Sorges, la création de bandes d’arrêt d’urgence, la réfection des chaussées sur l’ensemble de la section, la mise en sécurité (caméras de surveillance, panneaux d’informations, refuges avec bornes d’appel…), la création de deux bassins de rétention d’eau à Moulin-Marcille et Haute-Perche, ASF a choisi d’appliquer le même niveau de protection acoustique que sur une autoroute neuve, en identifiant une dizaine de zones du parcours à protéger, notamment sur les communes de Trélazé, Angers, Les Ponts-de-Cé, Ecouflant et Saint-Barthélemy-d’Anjou.

À cet effet, 8,8 km de protections acoustiques seront implantés à terme afin de préserver les riverains des nuisances phoniques. Composé d’écrans antibruit et de merlons (buttes de terre), le dispositif permettra ainsi de respecter des seuils de 60 décibels/jour et 55 décibels/nuit sur des secteurs précis. Dans le détail, cela correspond à la pose de 2,3 km d’écrans entre Mûrs et Sorges, 1 km entre Sorges et La Monnaie, 5,5 km entre La Monnaie et Gatignole. Ces derniers travaux seront réalisés de nuit en même temps que la mise en place de fibre optique et de glissières métalliques ou en béton.

À partir de son centre d’entretien, d’exploitation et de maintenance situé à Saint-Melaine-sur-Aubance, dans la zone artisanale de Treillebois, le District des Pays de Loire d’ASF étend sa surveillance sur un rayon de 160 km, du Mans à Cholet. Près d’une vingtaine de personnes (cadres, agents et opérateurs), sous astreintes de nuit, sont actuellement employées sur ce site, à proximité immédiate de l’autoroute

Au lieu de s’évacuer dans la nature, les eaux et autres pollutions seront désormais piégées dans des bassins de récupération (en haut à gauche sur le cliché).
Au lieu de s’évacuer dans la nature, les eaux et autres pollutions seront désormais piégées dans des bassins de récupération (en haut à gauche sur le cliché).



Michel Barini
Michel Barini
Contributeur Angers Mag - pour le secteur des Ponts de Cé et Murs Erigné. Collabore à la rédaction... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03