"L'Art à deux pas" de chez vous !


Rédigé par Pierre-Antoine LEFORT - Angers, le Vendredi 24 Avril 2015 à 10:49


Les 25 et 26 avril, « L’Art à deux pas » s’installe au quartier Vauban d’Angers pour sa 10ème édition. Il s’agit de réinvestir le quartier en proposant une déambulation découverte, entre ateliers d’artisans et lieux privés ouverts aux artistes. Rencontre avec Patrice Lebreton, un des initiateurs de l'événement.



Patrice Lebreton, co-organisateur de "l'Art à deux pas", dans son atelier.
Patrice Lebreton, co-organisateur de "l'Art à deux pas", dans son atelier.
la rédaction vous conseille
Quel drôle d’endroit que cet atelier, situé au 28 bis rue de Frémur à Angers. Alors que l’on pousse la porte et que le carillon tonne, on découvre l’atelier, avec son mur décoré de mille et uns petits objets, détournés et ses deux girelles où on devine que nombre de pièces ont vu le jour. Après un passage dans la galerie, où les créations sont exposées, Patrice Lebreton nous accueille dans son jardin, à l’écart de la route et du bruit.
 
Comment avez-vous pris contact avec le monde artistique ?

« Je crois que j’ai toujours fait ça. Ça fait 43 ans que je suis céramiste. La poterie s’est un peu imposée à moi. Tout gamin déjà, à 10 ou 12 ans, je voulais me lancer dans le métier de potier. Après mes études (un bac technique), je me suis inscrit aux Beaux-Arts, ici à Angers, et me suis spécialisé dans des ateliers de céramiques. Aujourd’hui je me suis un peu élargi : je ne fais pas que de la céramique, j’apprécie aussi le Land Art, d’autres installations avec des objets moins naturels. En ce moment, j’ai une installation présente à l’exposition Guerre et Paix de Trélazé, notamment à base d’argile. »
 
Le Land art, qu’est ce que c’est ?
 
« C’est la compression de deux mots anglais : land, qui veut dire paysage, et art. C’est à dire que c’est l’ « Art dans la nature », mais aussi avec. Au début, je le pratiquais pour le plaisir, pour moi-même. J ‘ai ensuite postulé à des appels à candidature pour des événements et des festivals.  J’ai été aussi contacté par le festival « Eurolandart », un festival européen de la Beauce. Le Land Art est un art éphémère par nature, il n’est pas fait pour rester. Au mieux quelques mois, mais aussi quelques jours, comme un week-end. »
 
Pensez-vous que l’art à un rôle ?
 
« C ‘est fondamental même ! Dès que l’Homme a su faire quelque chose de ses mains, il en a profité pour faire des créations artistiques : peintures, objets rituels… Je crois que l’art est inhérent au monde des humains, même si c’est fait avec les moyens du bord. Il n’y a pas de peuple, si pauvre soit-il, qui n’ait pas d’art, c’est bien la preuve qu’il a un rôle social. Et ça continue aujourd’hui avec l’art contemporain. »
 
Tout le monde n’y est pas sensible de la même manière…
 
« L’art est fait pour être regardé, éveiller les consciences. On peut y être sensible ou au contraire rejeter, il y a une résonance. Et heureusement que cela change d’une personne à l’autre, cela permet à l’artiste d’évoluer. »
"Faire vivre le quartier malgré cette déficience en petits commerces"
 
Pourquoi avoir ressenti le besoin d’organiser « L’Art à 2 pas » ? 
 
« Je ne suis pas tout seul. Il y a dix ans, dans le quartier, il y avait beaucoup d’ateliers d’artistes, peut-être 15. J’ai eu l’idée de rassembler les artistes lors d’une réunion, d’où est née l’idée d’une journée portes ouvertes des ateliers. Cela s’est un peu étoffé par la suite, avec un élargissement vers des lieux qui n’étaient pas des ateliers, comme des maisons par exemple, pour inviter le monde extérieur. On a ressenti le besoin de créer du lien social avec les gens du quartier. Depuis des années, les commerçants ferment. Ces lieux sont parfois récupérés par les artistes, qui font bouger le quartier. Notre objectif, c’est avant tout de faire vivre le quartier malgré cette déficience en petits commerces. »

Comment doit-on aborder l’évènement ?
 
« Il faut faire le parcours, c’est le principe d’une déambulation. Une fois la voiture garée, on peut tout faire à pied, même si pour tout visiter il faut plus d’une après midi ou alors au pas de course (rires) ! On a quand même refusé certains artistes qui étaient trop loin du quartier, qui tient à peu près entre la rue Fulton au Nord, la ligne de tramway à l’Ouest, le boulevard Poirel à l’Est, et le Boulevard de Strasbourg au Sud. Cette année, on organise un petit jeu pour les enfants et les adultes, et les réponses seront à demander aux artistes, une action que l’on aurait pu faire sans nos partenaires, tous du quartier. »
 
Une nouveauté pour cette année ?
 
« De nouveaux artistes bien sur, mais il y aura aussi, sur un des murs autour du rond-point des arts, des panneaux avec d’anciennes photos du quartier. Autour des panneaux, on espère que les personnes vont se parler, échanger : « Tu te souviens ici c’était l’épicerie ? Mais non, c’était la boucherie ! ». Les panneaux devraient rester jusque début juillet. »

Informations et détails sur le site du collectif : www.poleartistique.blogspot.fr












Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com