L’Atoll : « Une première année réussie » selon Philippe Journo


Rédigé par - Angers, le 08/04/2013 - 08:56 / modifié le 10/04/2013 - 12:13


Discours et mises au point ont accompagné la célébration du premier anniversaire de l'Atoll samedi dernier à Beaucouzé. Malgré les critiques qui visent son concept et son ambition, Philippe Journo, le PDG de la Compagnie de Phalsbourg a soutenu mordicus "la pertinence" du nouveau parc commercial de la région angevine. Et confirmé qu'il avait largement dépassé ses objectifs pour la première année.



Philippe Journo, en famille, lors du lacher de ballon
Philippe Journo, en famille, lors du lacher de ballon
la rédaction vous conseille
Comme le reste, son premier argument prête à controverse. Mais Philippe Journo n'en a cure : avec 6,4 millions de visiteurs, la fréquentation de l'Atoll a dépassé les prévisions les plus optimistes que sa société avait envisagé. « Nous avions prévu d’endiguer l’évasion commerciale vers Nantes. Aujourd’hui c’est acquis, grâce aux belles enseignes installées à l’Atoll, nous attirons les consommateurs d’Angers et bien au-delà. 47% des personnes viennent à plus de 20 minutes et 20% à plus de 30 minutes soit 50 km », détaille le PDG de la Compagnie de Phalsbourg.

Samedi, Philippe Journo est venu présider lui-même les festivités organisées autour du premier anniversaire du parc commercial aménagé dans la zone du Buisson à Beaucouzé. « Aujourd’hui il y a beaucoup de monde pour l’anniversaire, mais c’est tous les samedis comme ça. Et il y en a autant dans le centre-ville, je le sais j’en arrive », poursuit le PDG, attaché à faire taire les rumeurs sur le risque que l'Atoll serait censé faire courir au petit commerce angevin.

L’Atoll est presque devenu une destination touristique et on vient de tout le département pour passer un moment dans cet espace où tout est mis en œuvre pour tenter le client. Mais achètent-ils vraiment ces visiteurs, ne viennent-ils pas seulement pour rêver devant les vitrines ? « Regardez autour de vous, ils sont tous un sac à la main. Partout c’est bondé, ensuite c’est le travail des commerçants de vendre », se défend Philippe Journo, qui considère que le bilan est plutôt positif.

Un an après il y tout de même quelques ratés : le stationnement difficile, surtout sur le plateau supérieur et certains commerçants qui ruent dans les brancards. « C’est vrai », poursuit le PDG. « Il y a au moins un qui n’est pas content, c’est Castorama. Lorsqu’il a signé avec nous, il escomptait une progression de 76% par rapport à l’ancien magasin. Il n’a fait que 41%. En bon commerçant il dit qu’il n’a pas atteint ses objectifs. Mais combien de magasins aimeraient faire, dans le contexte actuel, une progression de 41% ? »

Une alimentation de proximité et une enseigne high-tech pour la fin de l’année

Distribution du gateau d'anniversaire aux choristes de Beaucouzé
Distribution du gateau d'anniversaire aux choristes de Beaucouzé
Quant aux stationnements, Philippe Journo, relativise. « Les clients veulent toujours se garer au plus près. Nous voulions faire un parking supérieur paysager en limitant les places. Nous sommes victimes de notre succès, on ne va pas s’en plaindre. C’est vrai que si l’on pouvait trouver des terrains à l’extérieur pour faire des parkings ce serait bien. Mais l’agglo ne le souhaite pas. Beaucoup de gens pensaient que l’Atoll ne fonctionnerait pas, les seuls points négatifs qu’ils trouvent ce sont les stationnements ... »

Avec un taux de remplissage de 95% et l’arrivée de quelques belles enseignes, peu développées en France, à l’exemple de Zôdio un magasin spécialisé dans les arts de la table, la déco créative et même les cours de cuisine, récemment ouvert, la Compagnie de Phalsbourg peut afficher sa satisfaction côté occupation. « Nous avons fait des choix courageux, nous mesurons aujourd’hui le résultat ».

Après l’arrivée de Nike Store , il restera un peu plus de 2000 m2, plus trois petites surfaces dans « les galets ». « Nous avons des demandes de cuisinistes, salon, etc. Nous estimons en avoir suffisamment. On préférerait une enseigne de design, de bien-être ».

Reste la surface alimentaire, laquelle avait fait couler beaucoup d’encre. Le projet n’est pas abandonné. « C’est la première demande de nos clients. Ils veulent une alimentation de proximité, pas un supermarché, nous n’avons pas la place. Mais pour l'instant beaucoup d’enseignes alimentaires n’ont pas cru dans l’Atoll ».

Une nouvelle enseigne, « d’un nouveau type », est attendue pour la fin de l’année, dans le domaine des nouvelles technologies, vraisemblablement, Philippe Journo n’a pas voulu en dire plus sachant que ce magasin, comme les autres, « devrait apporter de la nouveauté ».

Samedi, Philippe Journo et son équipe ont fête cet anniversaire en toute simplicité, loin du faste de l’ouverture : quelques chants de la chorale de Beaucouzé, un énorme gâteau, un lâcher de ballons et des bons d’achat offerts par les magasins, avec beaucoup de monde. Un samedi presque normal pour l’Atoll.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag