Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Samedi 22 Novembre 2014



L’Atoll : le lieu de promenade dominicale


Rédigé par - Le 09/04/2012 - 08:42 / modifié le 11/04/2012 - 12:30


Combien étaient-ils ce dimanche de Pâques à lécher les vitrines du temple de la consommation l’Atoll, ouvert mercredi dernier à Angers ? Sans se lancer dans des statistiques, les concepteurs le feront savoir assez tôt, ils étaient certainement des milliers au vu du remplissage des parkings et du nombre de voitures stationnées aux abords. Alors que certains ont quitté la ville pour la campagne ou à la mer, d’autres ont préféré faire le tour de l’arène commerciale, faisant chauffer leur carte bancaire au passage.



La foule des grands jours sur la voie circulaire de l'Atoll
La foule des grands jours sur la voie circulaire de l'Atoll
On pouvait s’y attendre, en ouvrant le dimanche et le lundi de Pâques, le nouvel espace commercial l’Atoll à Angers, est devenu le lieu de promenade privilégié des Angevins. À croire qu’ils n’avaient pas autre chose de mieux à faire que d’aller s’enfermer dans des magasins et vider leur compte en banque.

Mais les français sont incorrigibles. C’est la crise économique parait-il ? Ils n’ont plus assez d’argent pour vivre et dès qu’une grande surface ouvre ils se précipitent pour voir et acheter, même des objets dont ils n’ont pas vraiment besoin.

Car l’Atoll, dont les magasins concernent l’équipement de la maison et de la personne, n’est pas un lieu de première nécessité. Avec son espace au design plutôt agréable, ses jardins et ses voitures électriques, toutes les enseignes installées sur le site, proposent des objets pour la plupart inutiles dans un contexte de crise économique comme nous le connaissons aujourd’hui.

Tous n’ont pas fait le déplacement pour acheter, la plupart sont venus passer une journée, rêver devant des objets qu’ils ne pourront pas s’offrir à moins de s’endetter encore plus. Mais une fois sur place, tout est fait pour se sentir obligé d’acheter. Il suffit d’entrer dans l’une des 50 boutiques du site, pour s’entendre dire que l’on peut bénéficier d’une carte de fidélité, laquelle ouvre droit à un crédit permettant d’acheter des futilités. « Nous n'avions pas vraiment envie, mais tentés, nous avons craqué », disait un couple en sortant d'un magasin, un paquet à la main.

Alors ces milliers d’Angevins, dont certains sont, comme bon nombre de français, en difficulté de paiement, n’avaient-ils pas mieux à faire que de se laisser tenter par les démons de la consommation. Un petit tour au vert, dans un coin de campagne, un lieu où l'on ne peut rien s’offrir, si ce n’est un bon bol d’air, n’aurait-il pas été plus bénéfique, à tous points de vue ?

Mais l’Atoll était ouvert et tous ceux, très nombreux, qui étaient atteints de la fièvre acheteuse n’ont pas pu résister à la tentation et tant pis si la fin du mois sera difficile.

À tout cela s’ajoutait surtout le fait que derrière ces enseignes il y a des employés qui pour le coup étaient obligés de travailler pendant que d’autres, tous ceux qui avaient décidé de venir passer leur week-end en ce lieu, se reposaient. Triste vie que d’être obligés de travailler un dimanche pour le plaisir d’autres employés en congés eux et qui râleront quand on leur demandera, à leur tour, de travailler un jour prévu initialement en repos.


Derrière ces vitrines des employés « volontaires » pour un travail le dimanche

« Nous ne les obligeons pas, ils sont tous volontaires », disent les responsables de magasins dont l’objectif est d’atteindre le chiffre qui leur permettra de payer le lourd ticket d’entrée dans l’Atoll. Volontaires c'est vrai, mais contraints. Ces employés pour la plupart sans emploi depuis des mois, ont-ils vraiment le choix ? Refuser de travailler le premier week-end après l’ouverture, en pleine période d’essai, c’est comme dire que l’on ne veut pas travailler tout court, avec le risque de ne pas être recruté définitivement.

Heureusement, tous les magasins n’étaient pas ouverts, certains et notamment les magasins de meubles n’ayant pas eu l’autorisation préfectorale pour ouvrir. Ils ont d’ailleurs manifesté leur mécontentement en affichant l’arrêté préfectoral sur leur vitrine et pour certains en ajoutant : « Nos employés étaient volontaires pour ouvrir ». Ben voyons.

Dans cette catégorie seul Alinéa a pu ouvrir, mais à condition de ne vendre que des objets de décoration et pas des meubles.

Reste qu’en dehors de la promenade, pour prendre ses marques avant un achat, s’imprégner des lieux, profiter des jardins et des restaurants en terrasse, le problème de l’ouverture le dimanche et les jours fériés pose un problème de fond, surtout en cette période de crise. Les employés ont besoin d’un jour de repos commun avec leur famille, leurs enfants. À ce rythme pourquoi ne pas proposer des ouvertures 24h/24. Heureusement le Code du travail veille au grain, mais tous les marchands du temple et pour le coup le mot n'est pas trop fort, s’empressent de le contourner.

Et s’il n’y avait plus de clients le dimanche et les jours fériés ? Mais l’homme est ainsi fait, peu respectueux des autres, de leur qualité de vie, pourvu que la sienne soit bonne. Dans ce monde d’individualisme dans lequel nous vivons, peu importe que certains s’échinent au travail le dimanche pour des salaires de misère. Ces magasins sont ouverts, ce n’est pas notre problème, alors allons-y, d’autant que c’est ouvert ce lundi de Pâques, jour férié. La vie est belle, le lieu peut-être un peu moins maintenant …




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

25.Posté par Lilian le 10/04/2012 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Sourisseau,

Ce que vous faites, c'est du populisme. Ce n'est pas constructif.

Albert,

Vous arrive-t-il d'aller au cinéma ?
Si oui, vous y rendez-vous uniquement en semaine, entre 10h et 19h ?

.... Elles sont belles ces leçons ... Il faut arrêter de croire que nous vivons dans le monde des bisounours, il faut arrêter de surjouer l'indignation.


@+
Lilian.

24.Posté par Florian le 10/04/2012 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous répondez à peu de questions posées dans mon commentaire. Notamment : " En quoi l'ouverture de l'Atoll ce dimanche et ce lundi est-il plus scandaleux que l'ouverture des boulangeries, des jardineries, des bars, de certains restaurants ?".

"Il ne s’agit pas non plus de faire une analyse sociétale, d’autre l’ont fait avant moi." Cet article est pourtant écrit comme tel, jugeant clairement les consommateurs qui peuvent se rendre dans un centre commercial le dimanche.

"Travailler plus pour gagn...

23.Posté par Yannick Sourisseau le 10/04/2012 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ florian,

Bien sûr cet article n’est pas neutre ni complaisant comme sont certains articles sur le même sujet. Il ne s’agit pas non plus de faire une analyse sociétale, d’autre l’ont fait avant moi. Il prend délibérément parti pour ceux qui, comme je le suis, sont opposés en plus du travail le dimanche et les jours fériés, à la surenchère économique et à l’esclavage des temps modernes. Travailler plus pour gagner plus n’est pas notre credo. Nous préférons travailler équitablement et dignemen...

22.Posté par Florian le 10/04/2012 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sujet qui aurait pu être intéressant s'il n'y avait pas un manque objectivité et un jugement de valeur envers les consommateurs. La première partie est à 99% un jugement sur "les pauvres angevins victimes d'une crise mondiale qui ne peuvent comprendre et qui achète bêtement ne comprenant pas que d'autres activités existent". Une question : Pour qui prenez-vous ces personnes ? Est-il obligatoire d'aller un dimanche à la campagne se balader et ainsi être "un bon citoyen ?". J'y suis allé hier, ...

21.Posté par Albert le 10/04/2012 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Lilian
Vous lisez trop vite.
Je n'écris pas que travailler le dimanche crée de la précarité.
J'écris que c'est cette même logique qui en crée.
Cette logique qui veut que ce sont toujours les salariés qui doivent faire des efforts. Qui voient leur conditions de travail se durcir, qui sont en temps partiel imposé, qui ont des temps de pause minutés, qui multiplient les CDD etc.. tout cela dans le but de faire baisser leur coût, de les pressuriser, de les rendre corvéables à merci.
C'est bien cette ...

1 2 3 4 5 » ... 7






Angers Mag




















Instagram


cookieassistant.com