L'Ecole supérieure d'électronique de l'Ouest voit l'avenir en rose


Rédigé par - Angers, le 24/06/2014 - 07:17 / modifié le 02/06/2015 - 23:32


Nommé fin avril à la direction de l'Ecole Supérieure d’Électronique de l'Ouest, Olivier Paillet est devenu de fait un acteur clef de la filière électronique angevine. Quelles seront ses priorités ? Son ambition pour l'ESEO ? Son rapport au territoire ? Nous l'avons rencontré il y a quelques jours.



L'Ecole supérieure d'électronique de l'Ouest voit l'avenir en rose
la rédaction vous conseille
Il fait partie des professionnels qui ont applaudi l'annonce il y a quelques jours de la création d'une Cité des objets connectés à Angers. Un projet que soutenait l'ESEO via son centre de transfert de technologie, Evaltech. "Les objets connectés sont dans le cœur du domaine de compétence de l’ESEO. Notre école est très heureuse du renforcement des activités autour de cette thématique sur la métropole d’Angers" appuie Olivier Paillet.

Sourire avenant derrière une approche discrète et sérieuse, Olivier Paillet a pris fin avril la tête de l’École Supérieure d'électronique de l'Ouest, de ses 1000 étudiants, de sa centaine de permanents et de son réseau de 5000 ingénieurs formés et présents aujourd'hui dans près de 1400 sociétés partout dans le monde.

Ceux qui n'évoluent pas dans le milieu de l'électronique ne le savent pas forcément, l’ESEO est devenue une référence en France dans les domaines des sciences et technologies de l’information et de la communication. Établissement privé associatif, reconnu d’utilité publique, il forme chaque années des centaines d'ingénieurs à Angers mais aussi dans ses antennes de Dijon, Paris et Shanghai.

Un homme d'entreprise

Olivier Paillet, 55 ans, a succédé à Jacky Cherruault dont il était devenu l'adjoint en octobre dernier pour se préparer aux fonctions. Diplômé de l’École Polytechnique et de l’École Nationale de Statistiques et d’Administration Économique (ENSAE), c'est avant tout un homme d'entreprise. Il a débuté sa carrière comme consultant en systèmes d’informations, puis comme co-fondateur et associé du cabinet de conseil SILOGIA, avant d'intégrer la Compagnie Générale d’Electricité, devenue Alcatel-Lucent, où il a occupé de nombreux postes et gravi les échelons, avant de se tourner vers l'ESEO. Un vrai choix de carrière, à la croisée de toutes ses expériences et passions, explique-t-il.

olivier_paillet_explique_ce_qui_l__a_motive_a_prendre_la_direction_de_l__eseo.mp3 Olivier Paillet explique ce qui l'a motivé à prendre la direction de l'ESEO.mp3  (684.9 Ko)



Installée dans ses locaux tout neufs sur les hauteurs de la Maine, l'ESEO souhaite poursuivre son développement en misant sur plusieurs leviers : le renforcement de son internationalisation, l’innovation pédagogique, le développement de entrepreneuriat, et les partenariats avec le monde industriel.

Olivier Paillet s'en dit convaincu, le développement inéluctable des technologies de l'information et de la communication dans tous les secteurs de la société offre de belles perspectives à l'établissement.

olivier_paillet_parle_de_l__ambition_de_l__eseo.mp3 Olivier Paillet parle de l'ambition de l'ESEO.mp3  (1.01 Mo)



De nouveaux secteurs économiques en vue

L'ESEO a déjà travaillé avec près d'un millier d'entreprises par le passé, elle dispose d'un club de 50 entreprises partenaires qui travaillent étroitement avec elle et compte plusieurs d'entre elles au sein de son conseil d'administration.

Reste à savoir comment l'école d'ingénieurs peut faire mieux encore en terme de partenariats avec le monde économique de la région et d'ailleurs ? Pour Olivier Paillet, cette question est l'un des enjeux essentiels de sa prise de direction.

Le jour où il nous a accueilli, il recevait d'ailleurs une dizaine d'entreprises de la région (dont le groupe Grimaud ou encore le fabricant d'imprimantes pour cartes plastiques Evolis) pour une rencontre destinée à mieux faire connaître auprès de leurs dirigeants, les potentialités de l'établissement.
 

olivier_paillet_precise_ses_projets_de_developpement_de_partenariats_avec_les_entreprises.mp3 Olivier Paillet précise ses projets de développement de partenariats avec les entreprises.mp3  (957.14 Ko)



Cette année encore, l'ESEO diplômera environ 200 nouveaux ingénieurs dont 180 généralistes et une vingtaine d'ingénieurs spécialisés par apprentissage (systèmes numériques et systèmes embarqués). Comme le veut la tradition, la très grande majorité des étudiants des précédentes promotions se verront remettre officiellement leurs diplômes lors d'une cérémonie spéciale. Elle aura lieu samedi prochain aux Greniers Saint-Jean en présence du PDG de l'entreprise Bodet, Jean-Pierre Bodet, par ailleurs membre du conseil d'administration de l'ESEO.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com