L’UFAB n’a pas perdu le nord face à Calais : 69-62


Rédigé par - Angers le Dimanche 7 Avril 2013 à 18:37


Gros match, samedi, salle Jean Bouin, entre les Angevines de l’Union Féminine Angers Basket 49, troisièmes du classement et les Calaisiennes, deuxièmes. A quelques encablures de la fin du championnat, les Angevines ont remporté un succès probant. Elles ont un pied dans le carré final.



Les joueuses de l'UFAB en action
Les joueuses de l'UFAB en action
Rappelons l’enjeu de cette fin de saison. Au terme des 22 rencontres de la phase régulière, quatre équipes se retrouveront dans la salle de l’équipe classée première, pour un « final four », qui délivrera un second billet pour la Ligue 1, avec celui donné à l’équipe première au terme des 22 matches.

Hier, Nice a presque assuré sa première place en l’emportant face aux finistériennes de Léon Trégor, elles-mêmes, candidates au final four. Restait aux filles du coach David Girandière, à faire le boulot, en l’emportant face à Calais.

C’est fait, avec assurance et manière ; de bon augure à trois journées de la fin. Il faudra encore une victoire dans les trois dernières journées pour valider le billet, plus si on veut éviter les ogresses Niss’Angels (Nice), chez elles probablement.

La tâche n’était pas simple et c’est un vrai gros combat que se sont livrées les deux équipes sur le parquet de Jean Bouin.

David Girandière avait prévenu. Entre la grosse attaque de Calais et la très bonne défense Angevine, il ne fallait pas que Calais dépasse les 60 points pour espérer l’emporter. Le coach a vu juste, même si Calais en a marqué 62.

Mais quel match ont livré les filles du président Brito De Sousa, homme à tout bien faire du club, y compris la sono, hier. Il ne manque plus que la tenue de la baraque à frites à son arc.

Après un premier quart temps compliqué (voir le film du match), la capitaine Johanna Cortinovis a sonné l’heure de la révolte sur un speach musclé. Et c’est Calais qui s’est retrouvé KO, en ne marquant aucun point de la 13ème à la 20ème minute.

Sur le banc, David Girandière donnait de la voix et du changement-sanction, chaque fois que la consigne « course » ou « défense » n’était pas respectée.

Mais pas de soucis, malgré les sourcils froncés et les soupirs des Elise Prodhomme, Carine Brossais ou Carole Leclair, victimes tout à tour des colères du coach. Les filles sont habituées.

Mais, les liens sont forts entre le coach et ses filles, à tel point que l’on perçoit même de l’amour dans ses coups de gueule. Et au besoin, le réconfort se trouve auprès de l’adjoint John Delay ou de Michel et Stéphane, le doc et le kiné, aux petits soins pour leurs filles.

Alors, Jean Bouin a enfin vibré, au fur et à mesure que les paniers s’accumulaient, que le chrono tournait.

Avec, une boule dans le ventre, face au + 10, à dix minutes du terme, pour l’Ufab : ne pas revivre le scénario de Pau Lacq Orthez. Angers menait, alors, de 14 points à l’entame du dernier quart temps, pour finalement…perdre ce match qui leur tendait les bras.

Mais, nos super nanas ont payé pour apprendre, et elles n’ont rien cédé. Et si elles continuent comme cela, dès samedi à Dunkerque, le « Prez » Brito devra se triturer les méninges pour rallier Nice et y trouver un hébergement, en plein festival de Cannes.


le film du match

Temps mort: David donne les consignes.
Temps mort: David donne les consignes.
A l’échauffement, les visages sont tendus, les sourires rares. Grâce à Stéphane Rubin, le kiné et Johanna Cortinovis qui fait le clown, les traits se détendent.

Début du match, l’agressivité en défense n’est pas là. David Girandière donne de la voix : « tu défends quand ? », balance-t-il à l’une des filles. Herrscher enchaîne les paniers. 17-22, à la fin du premier quart.

« Jo » Cortinovis sonne la révolte. Calais atteint les 30 points à la 13ème minute. Les nordistes ne scoreront plus jusqu’à la pause. L’Ufab est agressif en défense. Les filles mettent du rythme également. Elles virent en tête à la pause. 32-30

Retour sur le parquet. Calais s’accroche mais les fautes s’enchaîne, Johanna Cortinovis, efficace au rebond défensif, paie de sa personne dans la raquette adverse. L’écart grandit (52-42). Mais, rien n’est acquis à l’issue du troisième tiers-temps.

Surtout que Calais se fait pressent en jouant sur Herrscher infaillible et la très physique américaine, Mallard. Le combat dans les raquettes fait rage.

Les regards se font inquiets face à la remontée nordiste. Heureusement, Cibert sort pour 5 fautes et Carine Brossais sort un tir à trois points du chapeau. L’écart est fait et la multiplication de faute de Calais pour arrêter le chrono n’y change rien. Les cris de joie s’échappent du banc, à la sonnerie et David Girandière, impassible, rentre aux vestiaires laissant « ses » filles à leur joie légitime.



Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur

Sport Pro | Sport détente | Tourisme | Cuisine










Angers Mag











Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20
Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50




cookieassistant.com