L'antre des Gad'zarts...


Rédigé par - Angers, le 26/02/2015 - 10:11 / modifié le 26/02/2015 - 18:37


Le campus Arts et Métiers d’Angers fête cette année son bicentenaire. L’occasion idéale pour découvrir, sur l’emprise ancienne de l’abbaye du Ronceray, une école d’excellence aussi secrète que méconnue.



Crédit photo : Stefan Mayer.
Crédit photo : Stefan Mayer.
la rédaction vous conseille
Que sait-on finalement, à Angers, de l’Ecole nationale des Arts et Métiers (Ensam) ? Certes, le nom est connu et reconnu comme une école d’excellence… mais entourée, comme nombres de ses congénères, de mystère, et d’une certaine opacité. Bien sûr, les Angevins ont forcément croisé dans la rue ses étudiants, blouse anthracite en guise de paletot, biffée de signes de reconnaissance loufoques et/ou ésotériques ; nombre d’entre eux passent une fois l’an les grilles qui bordent le boulevard Arago (polytechnicien, lui) pour assister, dans la grande cour intérieure, à l’un des spectacles des Accroche-Cœurs.
Mais ça s’arrête là.

A l’évocation du discret écran de fumée entourant l’institution, Franck Morel, le directeur du Laboratoire de recherches, sourit d’autant plus que lui-même n’est pas issu du « sérail » : « Il y a une tradition et un sentiment d’appartenance extrêmement forts ici, parfois pesants, mais je trouve fascinant le travail de réseau qui fait la spécificité des Arts et Métiers ».
C’est simple, avec les sept autres campus et les quatre antennes qui composent l’école d’ingénieurs Arts et Métiers Paris-Tech, le campus d’Angers se pose comme le plus gros réseau d’anciens élèves en Europe. Les Gadz’arts, comme ils s’appellent eux-mêmes, se connaissent, se reconnaissent et se suivent à travers les générations.

Une école ancrée dans le territoire

A Angers, dans le cadre patrimonial et quasi-millénaire de l’abbaye du Ronceray –qui donne un cachet unique à l’établissement lors des premiers pas des étudiants étrangers, principalement asiatiques, accueillis chaque année- on forme bon an mal an quelque 500 élèves ingénieurs en technologie. « La vocation première des Arts et Métiers, c’est l’industrie », détaille Franck Morel.

C’est vrai pour les étudiants, mais également pour les enseignants chercheurs ou les doctorants qui font vivre l’institution. La spécificité angevine ? « Les procédés avancés de fabrication et la durabilité des matériaux et des structures », poursuit le directeur du Labo. On retrouve les gadz’arts angevins qui ont, comme tous leurs petits copains, l’obligation de faire un semestre ailleurs au sein du réseau, dans la construction navale, le génie civil, l’aéronautique, l’automobile ou… à la tête d’entreprises.

Résumer les domaines et champs d’application des Arts et Métiers au fil de ces quelques lignes est mission impossible. Mais la participation de l’Ensam à Made in Angers et les événements liés au bicentenaire du campus angevin devraient permettre aux curieux de tous crin d’écouter, aux abords du Labo (Lampa), les explications expertes et passionnées de Franck Morel et des siens, démonstrations à l’appui.

Pour les Béotiens, c’est plus qu’une école –aussi prestigieuse soit-elle- qui s’ouvre, c’est un monde. Fier de son réseau, de sa vocation internationale, mais résolument ancré dans le territoire industriel local.
 
Pour en savoir plus, ça se passe ici .

La longue marche
 
Certes, les Arts et Métiers ont désormais une longue histoire avec Angers (un bicentenaire sinon rien !), mais savez-vous seulement que si chacun –élèves, citoyens et potentats locaux- avait su mettre de l’eau dans son vin, des milliers d’ingénieurs seraient aujourd’hui bellopratains ? Explication : c’est bien à Beaupréau, « au cœur de la Vendée angevine » comme le rappelle le site de l’Ensam, que la seconde école du réseau Arts et Métiers a été créée, après Châlons-sur-Marne. Nous sommes en 1911 et la cohabitation entre les élèves et le tissu économique et politique local tourne vite au vinaigre. Conséquence : en 1815, l’école se replie à Angers, dans l’abbaye du Ronceray. Et c’est à pied que les futurs ingénieurs couvrent les 60 km qui séparent les deux ville. De quoi vous forger une légende…




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com