L’art en cave chez Ackerman


Rédigé par Patrick TOUCHAIS - Angers, le Dimanche 21 Décembre 2014 à 09:09


Pour animer les visites de ses caves de tuffeau à Saint-Hilaire Saint-Florent, la maison Ackerman mise sur des artistes contemporains. Un plasticien habillera une nouvelle galerie en avril.



L’art en cave chez Ackerman
la rédaction vous conseille
Quand en 1811, Jean-Baptiste Ackerman découvre dans le Saumurois les galeries creusées dans le tuffeau pour l’extraction de la pierre, il lui vient l’idée d’y développer une production de vins à bulles, comme en Champagne. Ce négociant en vin n’imaginait pas que 200 ans plus tard, les dirigeants de l’entreprise s’appuieraient sur ces caves troglodytiques pour y orchestrer un « voyage au centre de la bulle ».
 
Entre temps, la production de vin a quitté les galeries du coteau qui longe la rue des négociants à Saint-Hilaire Saint-Florent, près de Saumur, pour des bâtiments plus fonctionnels, plus industriels. Sans pour autant condamner les caves historiques. « Ackerman a voulu valoriser ce patrimoine », insiste Julien Goudeau, responsable des visites et du caveau. En 2011, l’entreprise a inauguré un nouveau parcours en trois parties.
 
En pénétrant dans les galeries, on entre dans l’histoire de la maison via un couloir orné de quelques barriques, à la lumière changeante. De grandes affiches rappellent l’époque où la publicité pour le vin ou l’alcool ne faisait pas débat. La visite se poursuit par la découverte d’anciens outils présentant la fabrication des vins à bulles, suivie d’une collection de publicité de la fin du 19ème siècle, où Ackerman n’hésitait pas à expliquer à ses clients que ses vins offraient un bien meilleur rapport qualité-prix que les champagnes.
 

Un échange entre l’artiste et la cave

On progresse encore dans les fraiches galeries pour parvenir dans des veines, qui font la fierté de la société. « On a créé ici une galerie d’expositions pour des artistes qui présentent des œuvres en lien avec le monde de la vigne et du vin » indique Julien Goudeau. Quelques mètres plus loin, s’ouvre un autre tunnel. L’œil ne sait plus où donner de la tête. Un festival de fils, de ballons, de lumières féériquement imbriqués, bercé par une musique « zen », s’offre aux visiteurs. L’œuvre du plasticien Yorga. Un moment magique où le troglo et l’œuvre se subliment. « C’est un bel échange entre l’artiste et la cave » se réjouit Julien Goudeau.
 
Et cet accueil d’artistes va se poursuivre et s’intensifier via un partenariat avec l’Abbaye de Fontevraud. Les deux sites ont décidé de s’unir pour créer une résidence d’artistes, avec un même souci : valoriser le patrimoine et participer au développement de l’art contemporain. Seize artistes se sont présentés devant un jury, et c’est Julien Salaud, sculpteur plasticien d’Orléans qui a été retenu pour installer des créations éphémères pour une durée de 3 ans, au sein des caves. Inauguration le 5 avril.
 
En attendant d’admirer cette nouvelle œuvre, les visiteurs continuent leur déambulation, pour terminer leur découverte dans un espace ludique, où ont été placés des jeux en bois, et même un jeu de boule de fort. Gros succès auprès des petits et grands enfants de toute nationalité, qui terminent ainsi 45 minutes de visite en autonomie, voire un peu plus en visites guidées. Le tout se terminant évidemment par une dégustation des vins de la maison.
 

Les bulles ... Une histoire belge

L’art en cave chez Ackerman
L’histoire des vins à bulles de Loire a été initiée par Jean-Baptiste Ackerman, un jeune Belge, négociant en vin, qui en 1811, s’installe à Saumur et crée la maison qui plus de 200 ans après, porte encore son nom. Après plusieurs années d’expérimentations, il parvient à reproduire dans les galeries de tuffeau saumuroises la fameuse méthode champenoise. Il baptise même ses vins « Champagne de Saumur »…

A l’époque, la notion d’appellation d’origine contrôlée AOC n’existe pas encore… Mais les Champenois ne s’en laissent pas compter. Et, à l’issue de procès à rallonge Ackerman – comme tous ses collègues – devra se contenter de la mention « méthode traditionnelle », toujours en vigueur, en lieu et place de « méthode champenoise ».
 

Quoi faire aux alentours ?

L’art en cave chez Ackerman
Manger à " L’Aromate " à Saumur
 
Dans un cadre contemporain, moderne et raffiné, l’Aromate propose une cuisine bistronomique, à base de produits frais, locaux dans leur grande majorité. Le chef Lionel Chauvigné travaille sur le thème des herbes et des épices, et fait évoluer son ardoise au fil des saisons.

Côté vin, l’établissement un grand choix de vins régionaux, et de toute la France, ainsi qu’une sélection de vins au verre. Ouvert du mardi au samedi ; en semaine, un menu jour est proposé à 19€ (entrée plat et dessert) formule autour d’un plat à 15€, formule carte à l’ardoise à 29€  et menu 100% Loire à 37€

www.laromate-restaurant.com.
 

L’art en cave chez Ackerman
Dormir " Au Patio "
 
C’est dans un ancien relais de poste du 18ème que Romain Legrand a créé le Patio, une maison d’hôtes au cœur du Saumur historique. Plusieurs chambres ou suites au charme authentique sont proposées entre 87 et 97 € la nuit avec petit déjeuner pour 2. La maison propose également un espace spa et massage.

www.lepatiosaumur.fr












Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com