L'enfant d'en haut : une fable sociale vertigineuse !


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Dimanche 6 Mai 2012 à 12:22


L'histoire d'une famille modeste qui essaie de survivre dans cette société où tout le monde n'est pas le bienvenu ...



Simon (Kacey Mottet Klein) et sa sœur Louise (Léa Seydoux)
Simon (Kacey Mottet Klein) et sa sœur Louise (Léa Seydoux)
la rédaction vous conseille
Simon, 12 ans, vit seul avec sa grande sœur au pied d'une montagne. L'hiver, il vole l'équipement des riches skieurs de la station pour se faire de l'argent de poche. Lorsque Louise, sa sœur, perd son travail, cet argent de poche devient l'argent qui sert à manger. Elle profite des trafics de Simon et devient de plus en plus dépendante de lui ...

Après "Home", sorti en 2008, Ursula Meier revient avec un film tout aussi poignant. Une histoire dramatique mais bien ancrée dans le réel, qui dénonce l'exclusion de la société de certaines familles défavorisées, et peut-être le manque d'assistance financière et morale.

Le jeu des acteurs est remarquable. Kacez Mottet Klein, déjà présent dans "Home", et Léa Seydoux transmettent beaucoup d'émotions fortes qui rendent le film bouleversant sans pour autant trop le dramatiser, mais au contraire le font le plus réaliste possible.

Les contrastes de lumière sont très marqués et montrent l'opposition de deux mondes totalement différents. La blancheur de la neige s'oppose à l'obscurité du quartier HLM. La prospérité et le bonheur des riches touristes s'opposent à la pauvreté et au malheur des habitants de la tour.

Il y a très peu de musique, ce qui permet d'accentuer l'importance des dialogues. Ceux-ci reflètent la relation complexe mais complice de Simon et Louise. Les paroles des personnages montrent leur impuissance face à la vie et à la société.

Ce film dénonce les quartiers et les familles défavorisées. Pour cela, les nombreux gros plans aident à entrer dans l'intimité des personnages et permettent de mieux capter leurs sentiments. Le spectateur se sent donc plus proche de cette malheureuse famille et a envie d'entrer dans l'univers du film pour l'aider, sans pour autant s'apitoyer sur le sort des personnages.

Derrière les images, de nombreuses interprétations peuvent être faites. Les nombreux paysages de montagne peuvent représenter l'échelle sociale, avec les familles les plus modestes en bas et les riches touristes en haut. Ceux-là, étant en vacances, sont complètement coupés du monde extérieur et ne soupçonnent même pas l'existence de ces familles infortunées. Mais la montée en télécabine que Simon effectue à plusieurs reprises dans le film symbolise son envie de combattre, de survivre et de surmonter son malheur et sa pauvreté.

Une histoire poignante, des acteurs éblouissants, un film duquel on ressort bouleversé !

Marie.












Angers Mag