L'été retrouvé : "Parasol"


Rédigé par François-Xavier HELBERT - Angers, le 17/07/2014 - 15:22 / modifié le 17/07/2014 - 15:25


Comme chaque saison, l'été est reconnaissable à ses caractéristiques propres qui font d'elle, un moment de l'année où il fait bon vivre, s'extérioriser ou encore s'évader. Au-delà, l'été possède pour chacun, une singularité reconnaissable à de toutes petites choses ou évènements qui forment dans la mémoire personnelle des souvenirs marquants. Un objet, une anecdote, un lieu ? Des madeleines en forme de coquillages qu'il suffit parfois de porter à son oreille pour en libérer toute la nostalgie. C'est l'écho qu'offre l'été retrouvé.



Quelle que soit la forme de l'ombrelle, il faut la voir comme le parapluie des jours heureux.
Quelle que soit la forme de l'ombrelle, il faut la voir comme le parapluie des jours heureux.
la rédaction vous conseille
Par un étrange paradoxe, l'individu grincheux ayant attendu toute l'année le soleil, s'en barricade l'été venu, arborant néanmoins un sourire contemplatif. Quelle que soit la forme de l'ombrelle, il faut la voir comme le parapluie des jours heureux. D'ailleurs, tout en couleurs et en quantité les parasols transforment places et plages en champs de coquelicots.

A moins que ce ne soit la palette géante du grand peintre s’attelant à l’œuvre de la vie ? Il faut voir dans les jardins des propriétés attenantes ces pétales sans pistil se marier à merveille avec la verdure de la pelouse et les dalles gravillonnées.

Avant d'éclore dès que le soleil s'illumine et chauffe les terrasses, le parasol se pointe comme un -i-dans le petit matin. Face à la mer, il se confond avec les roses trémières fièrement élancées aux portes des maisons des pécheurs. A cette heure du jour, il fait parti intégrante de la nature et agrémente les devantures.

Un repaire de l'été

Caméléon, il embrasse le paysage lorsque les loueurs les déflorent par bouquets pour porter la fraîcheur auprès des baigneurs. Car le spectacle qu'offre le parasol se contemple aussi dans l'intimité du dessous, derrière les franges de la collerette qui ceint la rosace. Seul ou à deux – et plus si affinité – il est alors possible de découvrir un décor de fleurs, de pois, ou encore de spirales, c'est selon.

Le tout mis en lumière par l'éclat du soleil luisant au travers du tissu. Afin de ne pas gâcher la volupté du décor, je fais l'impasse sur les parasols qui vantent vos boissons et glaces préférées. Si le marketing s’accommode volontiers des touristes, il n'offre aucun horizon à l'imaginaire. Pis, il se voudrait ici castrateur !

A n'en plus douter, le parasol fait figure de repaire de l'été. Il constitue le filtre indispensable de nos rêveries estivales...












Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com