L’image dans la peau


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 26/01/2010 - 07:43 / modifié le 28/01/2010 - 22:12


Les élèves du Lycée Auguste et Jean Renoir, à Angers, établissement proposant un enseignement « cinéma et audiovisuel », sont des passionnés de belles images. Une raison suffisante pour participer chaque année au Festival Premiers Plans, sous la conduite de leurs enseignants. L’occasion pour eux de faire le plein de films et d’en faire l’analyse.



Les journalistes du lycée Renoir lors de la pause entre deux films
Les journalistes du lycée Renoir lors de la pause entre deux films
la rédaction vous conseille
Au lycée Renoir, lorsque l’on choisi l’option « audiovisuel », on aime le cinéma et ça se sent. Louis MATHIEU, enseignant dans l’établissement y est certainement pour quelque chose. Ce dernier, président de l’association angevine « Cinéma Parlant », une structure qui s’est fixé pour objectif de promouvoir le cinéma dans toute sa diversité artistique, culturelle et sociale, communique sa passion du 7ème art aux lycéens. C’est ainsi que tout naturellement il conseille à chacun de participer au Festival Premiers Plans, regarder le plus grand nombre de films et d’en faire la synthèse. On ne vient pas au Festival pour s’amuser, mais bien pour travailler…

Assises autour d’une table, Léa, Roxane et Chloé, trois lycéennes inscrites en première littéraire, « option cinéma lourd », c’est à dire 5h par semaine consacrée à la réalisation, à l’analyse et à l’histoire du cinéma, font une pose au milieu d’une journée riche en images. Aujourd’hui elles verront « Nosfératu » dans le cycle « la Peur au cinéma », « les infiltrés » de Jean Pierre Melville, un film d’école avec au bout une synthèse à rendre à l’enseignant qui les accompagne. « Pour nous ce festival est très important, on ne peut pas passer à coté » confie une des lycéennes.

En plus de regarder les films les lycéennes doivent rencontrer les réalisateurs, les acteurs, les professionnels afin de les interviewer et écrire ensuite un article de presse, lequel sera publié dans un journal papier distribué le dernier jour du festival. « Notre journal, dont le nom est « Vos Plans, nos Pages », est un travail de groupe. Nous avons travaillé sur le titre et sur le contenu, ensuite nous organisons, en conférence de rédaction, nos entretiens avec les professionnels ». Journalistes en herbe, nos trois lycéennes, se sentent en confiance avec les gens du cinéma. « Les acteurs se sont des gens comme nous. Ils sont abordables et essaient toujours de nous mettre à l’aise ».

Les rendez-vous sont pris, la plupart du temps, par Louis Mathieu, auprès de l’attaché de presse du Festival. Mais les lycéennes n’excluent pas les rencontres directes.

Pour l’heure nos lycéennes retiennent l’ouverture d’esprit que procurent le cinéma et les rencontres avec les professionnels. Elles ne savent pas encore si elles feront carrière dans la photographie, la vidéo ou le cinéma. Elles n’en ont pas vraiment rêvé, c’est avant tout parce qu’elles aiment les belles images et les bons textes. Mais elles ne veulent pas pour autant changer de filière.

L’an prochain, au Bac elles auront un scénario à préparer et à défendre le film qu’elles auront réalisé au cours de l’année. Ensuite elles intégreront, via une école préparatoire, la FEMIS (Ecole Nationale Supérieure des Métiers de l’Image et du Son) ou une grande école de cinéma, pourquoi pas. « Il faut avoir un bon niveau pour intégrer l’une de ces écoles. Nous nous préparons plus pour un BTS audiovisuel, c’est plus à notre portée ».

Dans tous les cas, le Festival d’Angers, auquel participent, comme elles, des primo-réalisateurs, est un terrain propice pour des lycéens qui seront peut-être demain en compétition pour leurs premiers plans. Sait-on jamais. En attendant elles prennent des notes, retiennent des idées, des méthodes, un savoir faire qui devrait leur permettre de mieux préparer leur prochaine réalisation.

Réalisé en partenariat avec l'association "Cinéma Parlant", les cinémas "Les 400 coups", le Festival Premiers Plans, l’option « cinéma audiovisuel » du lycée Renoir, à Angers, n’est pas une formation professionnelle technique donnant accès à un métier du cinéma ou de l'audiovisuel, c'est un enseignement complémentaire que l'on peut choisir parmi les autres enseignements proposés au lycée et ceci depuis la classe de seconde. Elle permet de poursuivre, après le Bac, vers un Brevet de Technicien Supérieur ou d’avoir des bases solides pour entrer dans un classe préparatoire aux grandes écoles de l’image et du son. « C’est une ouverture culturelle sur le monde du cinéma et de l'audiovisuel. Son contenu pratique renforce la motivation pour les études, la partie consacrée aux analyses permet d’affiner ses capacités de réflexion. » précise l’établissement.





Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03