L'université d'Angers dans la rue ce mardi


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 14/01/2013 - 14:42 / modifié le 15/01/2013 - 01:34


A l'appel de l'intersyndicale de l'université d'Angers, enseignants, chercheurs, personnels administratifs et étudiants descendent dans la rue, ce mardi matin. Une manifestation contre l'austérité budgétaire et le manque de moyens.



Ce sont les étudiants qui ont donné le ton de cette rentrée 2012-2013 en manifestant à Angers, début octobre.
Ce sont les étudiants qui ont donné le ton de cette rentrée 2012-2013 en manifestant à Angers, début octobre.
Les difficultés subsistent depuis la rentrée. Et "alors que le budget des universités est globalement en recul (au-delà des effets d’annonce du ministère de l’enseignement supérieur), la situation de l’Université d’Angers est des plus dramatique. Pour la troisième année consécutive, son budget est en déficit (plus de trois millions d’euros en 2012). C’est un effet direct des politiques d’austérité", annonce dans un communiqué l'intersyndicale (SNTREES-FO, SNASUB-FSU, SNESUP-FSU, SUD Éducation, UNSA, SUD Étudiant et l'UNEF) de l'université d'Angers.

Elle dénonce également des promesses non tenues par le gouvernement, notamment "la création de 1000 emplois dont 35 à Angers. Mais dans le même temps, il exige du président de l’université d’Angers qu’il supprime (« gèle ») ces 35 postes, voire une partie des 70 emplois vacants cette année". Sans compter les menaces qui pèsent sur les formations, le manque d'entretien des locaux et les budgets en baisse de la recherche.

C'est d'ailleurs pour toutes ces raisons que "le conseil d’administration de l’Université d’Angers a refusé le 18 décembre de voter un budget 2013 qui serait un budget insuffisant pour assurer un fonctionnement décent de l’établissement (avec seulement 1,45% d’augmentation de son budget de fonctionnement : moins que l’inflation !)". Une situation qui avait été qualifiée alors d' "injustifiable".

Face à cette situation, l'intersyndicale appelle à manifester ce mardi à 11 heures, place François Mitterrand, pour ensuite se rendre à la préfecture. Leur slogan : "Non à l’austérité budgétaire ! Non aux suppressions de postes ! De vrais postes pour la fonction publique ! Halte à la précarité ! Des moyens pour étudier ! Des diplômes de qualité !"

Dans le même temps, Jean-Paul Saint-André, président de l'université d'Angers, se trouvera à la table des négociations. Il doit être reçu au ministère, ce mardi, par Geneviève Fioraso, la ministre de l'enseignement supérieur.

L'appel à la manifestation en ligne ici








1.Posté par Killian le 14/01/2013 18:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas étonnant que les jeunes cherchent à se barrer à l'étranger, il est bien triste l'avenir de la France si on ne met même plus les moyens pour l'éducation ! C'était comme ça sous Sarko, c'est pareil sous Hollande.. Le changement c'est maintenant...

2.Posté par psylob le 14/01/2013 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le probléme c'est pas la productivité et la rentabilité economique des facs mais la qualité de l'education / sa fonction d'ascenseur social + la liberté de la recherche ... 3 fondements que la "liberalisation" des facs( partant d'une intention de rentabilisation de l'enseignement ) met progresivement en péril.















Angers Mag