LA PAPERIE : une partition à 6 mains


Rédigé par - Angers, le 01/09/2011 - 09:45 / modifié le 01/09/2011 - 22:39


Lieu de recherche, outil d’expérimentation et de défrichage pour ce qui concerne les arts et l’espace public, la Paperie d’Angers est surtout l’un des neuf Centres Nationaux des Arts de la Rue labellisés par le sacro-saint ministère de la Culture. Ses missions : soutenir la création, organiser la diffusion et surtout servir de pôle référent et de moteur pour un territoire, en l’occurrence celui des Pays de la Loire pour ce qui concerne le CNAR d’Angers.



LA PAPERIE : une partition à 6 mains
la rédaction vous conseille
Les Centres Nationaux des Arts de la Rue, c’est le plus petit budget du ministère de la Culture, 1,6% du budget des arts vivants. Il nous faudrait pratiquement le double pour fonctionner correctement », explique Éric AUBRY, Directeur de la Paperie, ancien de LO’JO et de Jo Bithume. Et pourtant chaque année, la Paperie accueille une quinzaine de compagnies en résidence à Angers et dans des villes de la région des Pays de la Loire. Avec un budget Etat-Région-Ville de 500 k€, dont la moitié passe dans le fonctionnement même du centre, il n’a pas de quoi faire des miracles.

Pour autant, avec sa petite marge de manœuvre il ne verse pas dans la culture de masse, la plus facile, celle que l’on propose au titre du divertissement. Puisque cette œuvre se déroule dans la rue, elle doit s’intégrer à la cité. « C’est une participation à six mains, un acte politique entre l’artiste, les habitants et un opérateur », affirme le directeur, convaincu que l’approche à l’art de nos concitoyens est en train de changer.

« Tant pis si ce que nous proposons ne fais pas rire, notre volonté c’est d’intellectualiser le débat, amener l’homme de la rue à réagir, à se poser des questions. La culture doit faire débat, pour enrichir l’homme », explique Éric Aubry, épinglant au passage les Accroches-Cœurs dont le côté programmation laisse au public le choix des spectacles qui lui conviennent en fonction de ce qu’il peut lire, sans effet de surprise.

« L’art ce doit être une élévation de l’esprit, c’est ce que nous essayons de faire en surprenant, non pas un public, mais l’homme de tous les jours, pas obligatoirement préparé à voir cette forme d’art ». Bien sûr les réactions sont parfois violentes, surtout quand le commun des mortels estime qu’une partie de son impôt passe dans des projets pour lesquels il ne perçoit pas directement les retombées. Mais Éric AUBRY n’en a cure. « Si quelqu’un se demande à quoi ça sert, c’est que nous avons réussi notre mission. Il commence à se poser des questions, il commence à se cultiver ». Pour lui l’art ne doit pas se consommer comme un vulgaire produit.

Rendre le citoyen acteur politique de l’acte artistique

Pour le directeur du CNAR la Paperie, il ne devrait pas y avoir de grand festival programmé à l’avance, mais une sorte de mouvement perpétuel, totalement improbable, dans lequel le citoyen serait un véritable acteur (et non pas consommateur), son rapport à l’art s’en trouvant considérablement amélioré. « L’œuvre puisqu’il s’agit bien de cela doit être pensée en fonction de l’endroit où elle sera produite. Elle doit être contextualisée », poursuit Éric AUBRY, pour lequel un spectacle conçu en Espagne pour un public chaleureux, et vendu clé en main dans un autre pays dont l’approche culturelle est différente ne pourra pas fonctionner de la même façon.

L’inconvénient majeur c’est que les élus ont tendance à considérer l’art comme un remède au malaise conjoncturel de leurs concitoyens. « Il faut subvertir l’acte artistique pour rendre le citoyen acteur politique. On y gagne certainement plus à rendre le citoyen acteur ».

Mais cette démarche, entreprise par le CNAR d’Angers, prend du temps. « Le chemin est plus important que la destination », estime le directeur abusant de la métaphore pour bien faire comprendre, surtout aux bailleurs de fonds qu’il ne diffuse pas, mais plutôt laisse infuser la forme d’art qu’il est chargé de promouvoir : « infuser c’est mettre en relation deux éléments pendant un certain temps pour que l’un interagisse avec l’autre, prendre le temps de la demande artistique ».

Chaque année, le CNAR la Paperie accueille sur de Saint Barthélémy d’Anjou et sur l’ensemble du territoire des pays de la Loire par le dispositif TER (Territoire en Résidence), une quinzaine de compagnies pour des durées d’une quinzaine de jours. Ces dernières ont ainsi la possibilité de créer, de s’essayer, voire se confronter à la Cité. Cette initiative permet aux troupes de développer de nouvelles formes artistiques et de se faire aider dans la rencontre avec la population locale. La Paperie est subventionnée par le Ministère de la Culture, la Région des Pays de la Loire et la Ville d'Angers, cette dernière prêtant en outre le terrain et les locaux.

Dernièrement la compagnie Terrain Vague, en résidence à la Paperie, présentait dans les rues d'Angers, ZUT ! pour Zone d’Usurpation Temporaire (voir vidéo ci-après). La Paperie est parfois opérateur en co-produisant des troupes (dans la limite de son budget). C’est la cas de ZUR, une compagnie bien connue à Angers qui présentera son spectacle « HoriZøne », au Lac de Maine d’Angers, du 5 au 8 septembre à 21h, en prélude aux Accroches-Cœurs, mais aussi à Nantes, au Parc de Procé, du 26 septembre au 1er octobre en partenariat avec le Grand T et le Lieu Unique. Cette tournée régionale n'aurait pu être possible sans le soutien et l'accompagnement du Conseil régional des Pays de la Loire





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03