La CCI dit "non" au sabordage de l’apprentissage


Rédigé par Rédaction Angers Mag Infoc - Angers, le 26/07/2013 - 15:25 / modifié le 29/07/2013 - 21:51


Suite à l'annonce du gouvernement de limiter aux seules entreprises de moins de dix salariés l’indemnité compensatrice dont bénéficiait jusqu’à présent l’ensemble des entreprises, Eric Groud, président de la Chambre de commerce et d’industrie et François de la Hautière, vice-président en charge de la formation, s’y opposent fermement.



Selon la CCI de Maine-et-Loire, la volonté du gouvernement est en totale contradiction avec l’engagement du Pacte de compétitivité. (© DR)
Selon la CCI de Maine-et-Loire, la volonté du gouvernement est en totale contradiction avec l’engagement du Pacte de compétitivité. (© DR)
la rédaction vous conseille
Par voie de communiqué, ce vendredi après-midi, Eric Groud, président de la Chambre de commerce et d’industrie et François de la Hautière, vice-président en charge de la formation, rappellent que cette mesure, "en totale contradiction avec l’engagement du Pacte de compétitivité, de croissance et de l’emploi de porter à 500 000 le nombre d'apprentis dans les PME", intervient dans un contexte de baisse de l'apprentissage puisque pour le mois de juin 2013 les CCI ont enregistré une diminution de 15 % du nombre de contrats d’apprentissage présentés à l’enregistrement.

"Cette décision est un mauvais coup pour l’emploi des jeunes, car les entreprises de dix salariés et plus, et notamment celles comprises entre 10 et 250 salariés sont un gisement pour le développement de l’apprentissage", poursuivent-ils.

Selon la CCI de Maine-et-Loire, ces entreprises de dix salariés et plus représentent près de 40 % de l’effectif salariés en France et demeurent sous la barre des 30 % en matière d’emplois d’apprentis.

Eric Groud et François de la Hautière plaident ainsi pour la mise en place d’un dispositif d’aide aux entreprises équitable, s’appuyant sur une stratégie de développement et de simplification de l’apprentissage dans l’ensemble des entreprises, "quelque que soient leurs tailles et le niveau de la formation préparé par l’apprenti", concluent-ils.



















Angers Mag