La Foire de la Saint-Martin, c'est toute une histoire...


Rédigé par - Angers, le Vendredi 7 Novembre 2014 à 07:22


Quelle que soit la crise, les familles et les plus jeunes ne manqueraient sous aucun prétexte la fête foraine de la Saint-Martin à Angers. Cet événement qui ponctue la vie angevine tous les ans en novembre, depuis près de quatre siècles, ouvre ce samedi et pour trois semaines. 350 000 visiteurs y sont attendus. Mais connaissez-vous bien l'histoire de la Saint-Martin ?



Toxic, l'une des attractions pendulaires très appréciée des amateurs de sensations fortes
Toxic, l'une des attractions pendulaires très appréciée des amateurs de sensations fortes
la rédaction vous conseille
Les plus jeunes l’attendent avec impatience. Et cette année encore, la foire de la Saint-Martin ne devrait pas les décevoir. D’autant que les forains, arrivés depuis plusieurs jours, promettent « encore plus de sensations fortes cette année », avec quelques nouveautés, le  « Techno Power »,  le « Top Scan », le « Poseidon's Rache », « l’Extazy Jump » et le « Gravity », qui viendront s’ajouter aux très populaires «  Toxic », « Move in Tope », « Power max », « Banzaï » et autre « Boomerang ».

Véritable institution, cette grande fête foraine avec ses 110 attractions et 600 forains ne date pas d’hier. Son histoire remonte au XVIIe siècle. La première édition de « la Saint Martin d’hiver », rapporte Sylvain Bertoldi, conservateur des archives d’Angers, était annoncée dans les délibérations du Conseil Municipal du 27 septembre 1647, pour le mois de novembre, du « mardy XIIe au mardy XXe ». Elle se tenait sur la place des Halles (l’actuelle place Louis-Imbach) et aux environs.  S’y installaient les commerces d’orfèvrerie, soierie, draperie, toile, droguerie, épicerie, mercerie, poêlerie, quincaillerie. Un marché aux bestiaux prenait place, lui, du faubourg Saint-Michel au faubourg Bressigny.

« Les foires comportaient deux grands secteurs : le commerce et le divertissement, avec d’un côté, la foire aux bestiaux, aux denrées alimentaires et aux produits de consommation et l’autre, les baraques des attractions foraines », souligne le conservateur, dans un long article du journal municipal Vivre à Angers (décembre 2013).  « Pendant les huit jours qu’elles duraient, elles attiraient un très grand nombre d’étrangers ».

On retrouve des traces de la foire Saint-Martin dans les « Œuvres choisies » de l’écrivain angevin Victor Pavie, publiées en 1887, un an après son décès. « Nos souvenirs se reportent de préférence vers la foire de la Saint-Martin, plus prestigieuse par l'éclat des lumières, par l'attrait des veillées en plein vent, fût-ce sous la nuée, et par l'agglomération plus intense de la population ramenée de la villégiature à ses quartiers d'hiver », écrivait Victor Pavie.

L’auteur se remémorait la halle « où les boutiques inalignées chevauchaient les unes sur les autres sans plus de souci de la discipline que les maisons ». Il se rappelait également «  le bruit  des marrons qui détonaient comme des pétards dans les poêles secouées sur les réchauds ». 

Progressivement, la partie festive prend de l’ampleur, au détriment de la partie commerciale. « Sous le Second Empire, les Angevins profitent du Théâtre historique, du célèbre prestidigitateur Conus, de multiples spectacles de plein air », écrit le conservateur.  « En 1879, la grande attraction est la Troupe japonaise dont la belle tente domine tout le Champ de Mars (l’actuelle place du Général-Leclerc : NDLR) »
 

Gustave Bayol, l’artisan de la fête foraine

Autodrome Eug. Denis, carte postale, vers 1912-1914. Archives municipales Angers
Autodrome Eug. Denis, carte postale, vers 1912-1914. Archives municipales Angers
Les cirques s’installent à la foire Saint Martin avec leurs acrobates, ménageries, singes et chiens savants, nains, femmes torpilles et hommes poissons. Mais aussi les tirs, jeux de hasards et … les premiers manèges à chevaux de bois.

Gustave Bayol, un menuisier sculpteur dont les ateliers de fabrication de chevaux de bois sont installés à Angers depuis 1887, sera l’artisan du développement des manèges à la foire de la Saint-Martin.  En 1901, cinq manèges s’installent pour la foire, en plus d’un grand cirque, de sa ménagerie et de théâtres.

Au fil des ans, les foires suivront l’essor des nouvelles technologies de l’époque. La Saint-Martin devient si importante qu’en 1907, on envisage d’annexer les grands boulevards jusqu'à la place Saint Serge, aujourd’hui Place François Mitterrand. Ce n’est qu’en 1964 qu’elle quitte la place Leclerc, pour celle de la Rochefoucauld, afin d’éviter que son installation qui s’était allongée à un mois, entrave la circulation automobile, déjà très importante en centre-ville. Une délibération du Conseil Municipal notait « la nécessité de disposer près du centre-ville d’un très grand parc de stationnement ».

Mais les forains, très attachées à la place Leclerc apprécient modérément le déplacement de l’autre côté de la Maine, craignant une désaffection du public. Et de fait ces derniers se plaignent dès l’année suivante, le Courrier de l’Ouest du 27 décembre 1965 fait sa Une avec le « véritable désastre de la Foire Saint Martin ».

Attiré par les manèges toujours plus sensationnels, le public prend progressivement le chemin de la place de la Rochefoucauld, faisant de la Saint Martin, la seconde foire foraine de la moitié ouest de la France après Bordeaux, avec plus de 350 000 visiteurs chaque année. 

L’édition 2014 de la foire Saint-Martin est ouverte du 8 au 30 novembre 2014, les mercredis, vendredis, samedis et dimanches ainsi que le lundi 10 et le mardi 11 novembre, de 14 h à minuit (1 h les vendredis et samedis).
 
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com