La Paulée de l’Anjou Noir, vitrine du dynamisme des vignerons bio angevins


Rédigé par - Angers, le 22/07/2015 - 10:20 / modifié le 22/07/2015 - 10:20


Conscients qu’il vaut mieux composer avec la nature et le sol pour produire un vin de qualité, les vignerons bio sont de plus en plus nombreux en Anjou. Pour valoriser leur travail ils se sont donnés rendez-vous ce lundi, au domaine Richou à Mozé sur Louet, pour la quatrième Paulée de l’Anjou noir, un moment informatif, festif et convivial.



Un groupe de vignerons et professionnels du vin lors de l'intervention des représentants de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, invitée pour la première fois à la Paulé de l'Anjou Noir
Un groupe de vignerons et professionnels du vin lors de l'intervention des représentants de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, invitée pour la première fois à la Paulé de l'Anjou Noir
la rédaction vous conseille
Chez les frères Richou à Mozé sur Louet, un domaine bien connu des professionnels et amateurs de bons vins, on entre dans la viniculture comme on entre en religion. Ces deux là sont d’ailleurs plus que des vignerons, ce sont de véritable épicuriens, des passionnés qui travaillent en symbiose avec le sol et la nature de cette région des bords de Loire pour « élaborer un vin équilibré  et gourmand », comme ils aiment à le dire. De là à accueillir la Paulée de l’Anjou noir (*), le rendez-vous de ces vignerons bio qui comme eux cultivent le vin sur les sols sédimentaires et parfois hostiles des contreforts du massif armoricain, il n’y avait qu’un pas qu’ils n’ont pas hésité à franchir.
 
« Tout seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin », souligne Damien Richou, démontrant que tous les viticulteurs bio angevins savent s’unir pour promouvoir un terroir aussi particulier qu’exceptionnel. Et ça fonctionne puisque la Paulée, un terme fédérateur emprunté aux Bourguignons, et qui rassemble en Anjou depuis 4 ans vignerons bio et professionnels (restaurateurs, cavistes, importateurs, journalistes), connaît un succès grandissant.  Pour preuve, pour cette 4e édition organisée le 20 juillet, ils étaient 33 vignerons et 200 professionnels invités, avec parmi eux un vigneron américain, pour échanger sur la prochaine récolte, « prometteuse, pour peu qu’il tombe un peu d’eau avant les vendanges ».
 
Partie en 2012 de chez Jo Pithon à Saint Lambert du Lattay, l’une des figures emblématiques de la cohorte grandissante des « Bio Angevins », la Paulée de l’Anjou Noir a donc fait du chemin, tout en faisant la renommée du chenin, puisque c’est de ce cépage, élaboré en sec ou moelleux, dont il est principalement question lors de ce rendez-vous annuel.
 
« C’est une journée de transition qui se situe entre le travail du sol et les vendanges, avant que chacun parte en vacances d'été », explique Charlotte Carsin du Domaine de l’Elu à Saint Aubin de Luigné, présidente de l’association organisatrice. « C’est un moment que nous voulons festif, pour promouvoir les terroirs et valoriser le travail de vignerons passionnés et respectueux de leur environnement ».

(*) « L’Anjou noir », nom qui évoque les reflets gris, anthracites, bleutés ou bruns typiques des terroirs de schistes, en opposition avec ceux de « l’Anjou blanc », caractérisés par la présence de calcaire.
 

Maintien de la biodiversité et retour du cheval de trait

Grâce à l'entreprise de l'Ane aux Traits, le cheval fait son retour dans le vignoble, même si certains vignerons ne l'ont pas abandonné à ce jour
Grâce à l'entreprise de l'Ane aux Traits, le cheval fait son retour dans le vignoble, même si certains vignerons ne l'ont pas abandonné à ce jour
Mais succès oblige, cette année les organisateurs ont été contraints de scinder les groupes pour les balades dans le vignoble du domaine hôte. « C’est plus confortable pour ceux qui apportent des explications sur le parcours comme pour ceux qui écoutent ».  Pour le reste, la recette qui fait désormais sa renommée est restée pratiquement la même avec le toujours apprécié cours de géologie de l’universitaire Fabrice Redois, la présentation des particularités du domaine qui accueille - cette année le Domaine Richou -  et au final une grande tablée où l’on savoure le cochon grillé accompagné des meilleurs vins des vignerons présents.
 
Cette année la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) était de la fête pour échanger sur le maintien de la biodiversité dans les zones agricoles et vinicoles. « Nous savons que par principe les viticulteurs bio sont très sensibles à leur environnement », note Benoit Marchadour, chargé de mission à la LPO Pays de la Loire. « Pour autant nous avons perdu 25% des espèces  communes en 12 ans. Alors nous travaillons régulièrement avec le monde agricole sur la modification des paysages et sur les auxiliaires naturels et notamment les oiseaux et insectes qui peuvent les intéresser ». Outre les plantes qui permettent de maintenir la biodiversité et assurer la survie des oiseaux et insectes, les représentants  de la LPO ont évoqué le travail des chauves-souris, lesquelles détruisent un papillon nocturne, le Cochylis dont la chenille plus communément appelée ver de la grappe, s'attaque au feuillage et aux fruits
 
Autre source d’intérêt qui n’est pas passée inaperçue, le travail du sol des vignes à l’aide d’un cheval proposé par une entreprise prestataire des vignerons, la société « de l’âne aux traits », installée à Soulaines sur Aubance. « Un travail efficace et cohérent avec la philosophie des vignerons bio », souligne Arnaud Placé, le gérant. « Mais réservée au petites exploitations et aux terrains difficiles » ajoute Damien Richou qui lui préfère le tracteur pour ses 30 hectares de vignoble, « plus rapide et moins coûteux ».
 
Une fois de plus la Paulée de l’Anjou Noir aura rempli ses objectifs en matière d’information, de promotion, et de dynamisme d’un terroir qui mérite que l’on s’y intéresse de près.  

Pour en savoir plus : www.pauleeanjounoir.fr




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00


cookieassistant.com