La Preuve par 7… pour les Tindersticks.


Rédigé par Jérôme HURSTEL - Angers, le Jeudi 4 Novembre 2010 à 17:12


Depuis 1993,date de leur premier album éponyme,les Tindersticks n’ont cessé de nous offrir régulièrement de somptueux disques et ce malgré quelques bouleversements au sein du line-up originel. Mardi soir 02 Novembre c’est au grand théâtre d'Angers que les six hommes menés par le brillant Stuart Ashton Staples, nous ont bluffé une fois de plus par la précision et la subtilité de leurs arrangements musicaux.



La Preuve par 7… pour les Tindersticks.
la rédaction vous conseille
Ces « sept magnifiques » ne sortent pas du film de Sturges mais en ont les épaules.Trois guitaristes, un bassiste, un batteur et deux multi-instrumentistes qui avec une facilité déconcertante jonglent entre saxo, xylo, orgue et l'indispensable violoncelle probablement l’instrument le plus mélancolique au monde.

Chaque morceau commence par cette voix suave à vous donner des frisssons : « one,two,three,four… »Et tout s'enchaîne parfaitement, c’est carré,il n y a pas de démonstration futile et poussive. Juste une musique maitrisée qui alterne la douceur et la violence quand il le faut grâce aux guitares,certes nombreuses mais aussi à la technique imparable du batteur,Earl Harvin.Le sommet est atteint avec « Tie dye ».

La Preuve par 7… pour les Tindersticks.
Même si le chanteur se contente de parcimonieux « Thank you »ce n'est pas du snobisme, loin de là mais plutôt du respect vis-à-vis d'une audience réceptive aux mélodies parfois rugueuses et de ces histoires de couple et d’amour déchirés.Notons qu'il remerciera également l’organisation pour les avoir accueilli dans un si bel endroit.

Bien sur, au vu de la richesse de la discographie,(huit albums studio et diverses B.O. de film pour la réalisatrice indé Claire Denis) on pourra regretter l'absence de morceaux tel que « Talk to me » ,« My oblivion »,ou bien« Drink tank ». Peu importe, si le chanteur sait compter jusqu’à quatre, moi je compte bien sur eux pour revenir prochainement. D'autant plus qu'ils aiment la France, ils enregistrent depuis quelques années maintenant dans leur propre studio situé dans la Creuse !

Le concert se terminera sur 2 rappels avec pour tout dernier titre « Tiny tears », des larmes il y en a peut-être eu quand les lumières se sont rallumées pour nous sortir de ce voyage plus qu’élégant.








1.Posté par nathalie le 05/11/2010 21:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bon article, les mots et la formulation sont ainsi déclinés que le désir de les voir est fort , les écouter, les rencontrer, ressentir et vivre des moments comme tu les racontes, c'est à dire vrais.Merci.
Nath

Très bon papier frangin mé souagne té fôtes !!!
Seb ( t'inkiete moi ossi jenfé)








Angers Mag