La Translayon : démarrage en fanfare.


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 21/05/2009 - 08:46 / modifié le 31/05/2009 - 08:38


Événement terroir, nature et multi-loisirs, la 1ère Translayon a été inaugurée ce mercredi 20 Mai, à Faye d’Anjou, au son de la fanfare locale. Élus, invités et organisateurs ont effectué une randonnée inaugurale au milieu du vignoble avant de déguster les produits du terroir proposés par les producteurs de la région du Layon.



Respect de la tradition chère au Pays de Loire en Layon pour le départ de la première Translayon
Respect de la tradition chère au Pays de Loire en Layon pour le départ de la première Translayon
Votre région résume à elle seule, le département de Maine et Loire », disait Dominique MONNIER, Président du Comité Départemental du Tourisme de Maine et Loire, lors de l’inauguration de la première Translayon, à Faye D’Anjou. Cette manifestation multi-loisirs, première du genre dans la région va dans le sens des orientations fixées par la structure touristique départementale en matière de promotion de l’Anjou.

De son coté, Gino MOUSSEAU, Maire de Saint Lambert du Lattay et président du comité d’expansion du Pays Loire en Layon, précisait : « Ce soir, le Pays se met en mouvement après deux ans de fermentation (petit clin d’œil à la production locale ...) La programmation de la Translayon reflète ce que nous sommes. Nous faisons les choses en toute simplicité, sans artifice ». Modeste le Président, car la Translayon, première du nom, propose un programme plutôt étoffé qui ne devrait pas décevoir tous ceux qui ont envie de prendre un bon bol d’air, au milieu d’une nature préservée, le temps du pont de l’Ascension, du 21 au 24 Mai 2009.

Le Pays de Loire en Layon, grâce au soutien des communautés de communes qui le composent (Gennois, Loire Layon, Coteaux du Layon et Vihiersois Haut Layon) et de nombreuses structures locales et départementales propose, en trois jours, à 30 minutes du centre ville d’Angers, entre Loire et Layon, pas moins de 38 activités nature, 9 modes de transports, ainsi que de nombreuses surprises festives et gourmandes. Pour les sportifs et les aventuriers plusieurs temps forts sont prévus et notamment un « trail » de 85 km entre Cléré sur Layon et Chalonnes sur Loire, un circuit VTT et une randonnée de 2 jours en canoë sur la Loire, au départ de Gennes.

A pied en marchant et en courant, à vélo et VTT, à cheval, à dos d’âne, en calèche, en canoë, en petit train et même en montgolfière, de Cléré sur Layon, à Vihiers en passant par Chalonnes sur Loire et Gennes, les participants de cette grande première en pleine nature devraient sans aucun doute, y trouver leur compte, pour peu que la météo soit favorable.

Et sur ce point, la Translayon débute sous les meilleurs auspices. Hier soir les élus locaux, invités et organisateurs ont effectué une première randonnée dans le vignoble, entre l’espace culturel de Faye d’Anjou et le moulin à cavier de la Pinsonnerie, accompagnés par la Confrérie vineuse « des bienfay du Layon », pour la tradition, et la fanfare « l’Echo musical de Faye d’Anjou », pour l’ambiance, le tout sous un soleil estival. Arrivés au pied du moulin les premiers randonneurs ont pu admirer le paysage incomparable de la vallée du Layon tout en dégustant un verre de « coteaux du Layon ».

Née d’une idée de l’association « courir en Layon », laquelle voulait organiser un grand « trail » entre Layon et Loire, la Translayon est devenue après deux ans de gestation, un événement d’envergure qui devrait permettre à chacun, seul, en famille ou entre amis, en fonction de ses envies et de sa condition physique d’y participer. Les responsables de l’association n’ont pas manqué de remercier Aurélien DEBOMY, chargé de promotion touristique au sein du Pays Loire en Layon et véritable cheville ouvrière de cette première Translayon.

Pour en savoir plus sur les activités et les animations : www.translayon.com



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag