La buse variable, reine des prairies


Rédigé par - Angers, le 22/08/2011 - 08:21 / modifié le 22/08/2011 - 08:24


Omniprésente au-dessus de nos têtes, sur les piquets de clôtures ou au sol, la buse variable est le rapace le plus fascinant et le plus répandu dans nos régions en toute saison. Par son statut de « super prédateur » elle est considérée comme la reine des prairies.



FB©angersmag.info photo Joël Soleau
FB©angersmag.info photo Joël Soleau
la rédaction vous conseille
Longtemps considérée par les populations comme un prédateur de petit gibier ou un rival antipathique et agressif, la buse a, de tout temps, été persécutée et chassée par l’homme. Cette espèce est maintenant protégée depuis les années 80 en France. La buse est dite variable, car c’est un des rares oiseaux qui a la capacité d’avoir un plumage de couleur imprévisible, oscillant entre le blanc et le brun foncé sur n’importe quelle partie de son corps. Cette particularité est susceptible de la faire se confondre avec bien d’autres rapaces. Elle est sédentaire et territoriale, et présente partout en France. Le mâle et la femelle sont quasi identiques, le mâle légèrement plus petit. Ils s’unissent pour la vie après de longues parades nuptiales dès le mois de février. Ces parades consistent en des vols tournoyants, alternés par de longues descentes planées, de concert entre les deux partenaires.

FB©angersmag.info photo Joël Soleau
FB©angersmag.info photo Joël Soleau
La buse « piaule », elle émet pendant ses vols un chant haut perché ressemblant à un miaulement.

Le comportement de la buse est caractéristique : survols circulaires des prairies, cultures et chaumes, d’autant plus hauts qu’il fait chaud. En effet, la buse profite longuement des courants d’air chauds ascendants pour planer de longs moments avec un minimum de battements d’ailes. Lorsqu‘elle a repéré sa proie, elle plonge dessus et reste alors au sol pour la dévorer. On la voit souvent aussi posée sur un poteau, observant pendant de longues minutes les moindres détails au sol, pouvant trahir la présence d'un petit mammifère.

La buse est très méfiante et ne se laisse jamais approcher par l’homme. Il est donc difficile de la photographier, même si d’apparence elle admet la proximité d’un véhicule en mouvement.

L’oiseau nidifie dans les arbres élevés ; la femelle dépose 3 à 4 œufs et l’incubation dure 35 jours. Les petits ne seront autonomes qu’a la fin de l’été, où ils se disperseront et se nourriront, comme leurs parents, de petits mammifères, de batraciens et d’insectes.

Comme toutes les espèces peuplant notre planète, elle tient un rôle régulateur, ni plus ni moins que les chasseurs dont certains se prétendent détenteurs suprêmes de ce rôle. Actuellement l’espèce n’est pas menacée, faisons en sorte qu’elle le reste en se contentant de la protéger et de l’observer.




François BREAU
Contributeur Angers Mag - spécialisé dans le domaine scientifique et le milieu naturel. Cinéaste,... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag