« La colère d'un homme patient » : Vengeance calculée

PREMIERS PLANS – LONGS MÉTRAGES EUROPÉENS EN COMPÉTITION #7


Rédigé par Katia ECHIVARD - Angers, le Vendredi 27 Janvier 2017 à 17:45


A Premier Plans, "La colère d'un homme patient" ("Tarde para la ira"), 7e long métrage de la sélection officielle, semble avoir conquis le public jeudi soir. Ce thriller espagnol qui prend aux tripes est la première expérience de réalisation de l'acteur Raúl Arévalo. Le film était présenté à la dernière Mostra de Venise d’où il est reparti avec le prix de la meilleure actrice, pour Ruth Díaz. Il est aussi nommé nommé dans 11 catégories pour les Goya, qui se dérouleront le 4 février en Espagne.



la rédaction vous conseille
Formidable film de genre, ce long métrage témoigne de la vitalité du cinéma espagnol, souvent débridé quand il s'agit de thriller. Film de vengeance désespérée, La colère d'un homme patient met en place une intrigue faite de mystères et d'une certaine liberté.

Curro est le seul à avoir été arrêté pour le braquage d'une bijouterie, qui a fait un mort. Huit ans plus tard, à sa sortie de prison, il retrouve sa femme Ana et son fils. Ana travaille dans un bar et rencontre par hasard José, homme solitaire qui ne parle pas beaucoup mais est très vite accepté et apprécié de la famille. Alors que Curro pensait reprendre une vie normale, rien ne va se passer comme prévu. Tout est désormais différent. Lui et ses autres amis braqueurs devront répondre de leurs actes.
 
La vengeance graduelle qui soutient la tension fait la force du film. Tout part d'un plan élaboré pendant huit ans par le fascinant personnage de José, incarné par Antonio de la Torre. Le film est chapitré comme la colère de José. Plein d'amertume, il est guidé par son impulsivité. Personnage complexe et parfois faible, c'est la douleur d'un deuil qui le gouverne. Engoncé dans une démarche irrationnelle mais logique d’homme brisé, il est impossible d'anticiper son comportement.

Une heure et demie de film et une mise en scène efficace qui va droit au but. Épurée et très rythmée, elle fixe notre attention du début à la fin, sans jamais s’embarrasser de détails superflus. Tourné caméra à l’épaule, La Colère d’un homme patient est un film énergique, aux effets percutants. Tout peut arriver et le spectateur ne sait jamais à quoi s'attendre. Entre tension permanente et surprise, le film est dynamique, porté par un rythme inhérent au genre. La musique faite de percussions souligne l'effet incisif de la mise en scène. Saisissante, à l'image des westerns auxquels le film semble emprunter des codes comme la figure du duel, dans des paysages ruraux de Ségovie.

Ce film qui ne laisse pas indifférent, pourrait se résumer à cette phrase du poète John Dryden : « Prenez garde à la colère d'un homme patient ». Elle peut exploser soudainement, et rien ne pourra alors l'arrêter. Par cet élan d'énergie, le film est époustouflant.













Angers Mag












Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03