La collégiale Saint-Martin dévoile un trésor inestimable


Rédigé par Catherine NEDELEC - Angers, le Dimanche 18 Septembre 2011 à 08:06


Depuis des décennies, le Conseil général de Maine et Loire est le gardien de l’une des plus belles collections françaises de textiles liturgiques. Ceux-ci proviennent de tout le département. Rassemblés le temps d’une exposition, vêtements religieux et orfèvrerie concourent à l’évocation du Grand Sacre d’Angers (Dies Solemnis).



Dans la nef, une cinquantaine de chapes brodées
Dans la nef, une cinquantaine de chapes brodées
la rédaction vous conseille
Du XIIIe siècle jusqu’à 1967, Angers fêtait chaque année le jour du Grand Sacre ou fête du Saint-Sacrement. Longtemps, la légende a voulu que ce jour particulier ait été inventé à Angers bien avant le milieu du XIIIe siècle, en réparation de l’hérésie que l’archidiacre Bérenger aurait professée dans les années 1040, sur l'évocation du corps et du sang du Christ. En vérité, cette fête fut instituée à Liège en 1246 puis étendue à l’Église universelle en 1264.

Depuis la cathédrale, les corporations et les métiers ouvraient la marche, suivaient les autorités civiles et judiciaires, les officiers et leurs régiments, et enfin, les ordres religieux et les paroisses, tous dans leur habit d’apparat. La procession descendait vers la Maine, passait le pont de la Doutre vers l’abbaye du Ronceray pour une première pause. Le cortège repartait ensuite vers le Tertre Saint-Laurent, reposoir qui servait à présenter l’ostensoir. On y priait encore avant le retour à la cathédrale.

Dans la nef de la collégiale, plus de cinquante mannequins reconstituent un cortège d’ecclésiastiques revêtus d’ornements liturgiques, aux exceptionnelles broderies, portés lors de la Procession du Grand Sacre. On y admire aussi oriflammes, tapisseries, bannières et de magnifiques pièces d’orfèvrerie. Le chœur de la collégiale, quant à lui, abrite des ornements portés par le pape Jean-Paul II et prêtés par son créateur italien le révérend père Stefano Zanella. Au XIXe siècle, l’art de la broderie a connu un essor particulier lié au développement des pratiques religieuses, en témoignent les riches ornements des évêques d’Angers, Monseigneurs Freppel et Rumeau.

Jusqu’au 8 janvier 2012
Entrée libre durant les journées du patrimoine


Collégiale Saint-Martin












Angers Mag