La culture va s’emparer de la ville


Rédigé par Michel Barini - Angers, le 06/01/2011 - 16:04 / modifié le 07/01/2011 - 10:32


À Mûrs-Érigné, on n’a pas de pétrole mais on a de la suite dans les idées. À défaut de résoudre une crise qui se joue à l’échelle du monde, la commune propose, à son niveau, de combattre la morosité ambiante par la fête, en amenant la culture au coin de ses rues… et de ses boutiques.



La compagnie Spectabilis sera prochainement parmi les boulistes érimûrois du cercle Saint-Pierre à l’occasion de la finale inter-cercles.
La compagnie Spectabilis sera prochainement parmi les boulistes érimûrois du cercle Saint-Pierre à l’occasion de la finale inter-cercles.
À Mûrs-Érigné, la ville dispose d’un espace culturel (le centre Jean-Carmet) qui propose à longueur d’année des spectacles en tous genres, mais tout le monde n’y va pas forcément. Alors, son maire, Philippe Bodard, a eu l’idée d’amener la culture au plus près de la population, au cœur-même des quartiers, au milieu des gens : « Nous voulons la rendre abordable pour tous dans ce contexte général de morosité. La culture doit se déplacer dans les lieux de vie quotidiens. Chacun doit pouvoir accéder à sa part de rêves, d’utopie ».

Ainsi, on a imaginé ce qu’on appelle ici une « programmation décentralisée », laquelle se propose d’amener le spectacle dans des endroits quelque peu improbables, en l’occurrence dans un jeu de boules, une salle de sport, une surface commerciale, une rue… Le but, pour l’édile, consiste « à redonner toute sa place à la culture dans la cité, en participant à la nécessaire élévation des consciences. Il faut donner à apprendre, à participer, à s’émanciper ». D’où ce projet érimûrois de « décentralisation » qui va jusqu’à susciter la curiosité d’élus locaux voisins en quête de bonnes idées.

Première application pratique de cette initiative le samedi 8 janvier un peu avant l’heure du déjeuner dans la galerie marchande Rive Sud. Il sera précisément 11 h 30 quand la clientèle d’Hyper U aura la surprise de voir débarquer en fanfare et en musique avec clarinette, hélicon et grosse caisse, la Compagnie de cirque « Trois fois rien ». Là, entre caddies et boutiques, dans l’entrée principale du centre commercial, autour de gradins installés pour l’occasion, l’ambiance sera de mise pour des chalands entraînés dans un spectacle de cirque acrobatique et musical. Sûrement de quoi faire oublier en sortie de caisse le montant de sa facture de courses…

Après le rendez-vous du samedi au centre commercial, l’équipe culturelle en proposera trois autres. Le second fêtera l’arrivée du printemps et sera donné le dimanche 20 mars, à 12 h 15, en plein air, devant la boulangerie de la Fourche, un commerce de proximité particulièrement fréquenté à l’heure du repas dominical. Le trio brésilien Alagoas visitera la musique sud-américaine au son de la samba, du forro, de la bossa nova et autre baiao sur des rythmes tantôt endiablés de batacudas, tantôt envoutés par des chants de capoeira.

Autre lieu insolite d’une troisième proposition artistique avec la compagnie de théâtre Spectabilis qui aura lieu au cercle de boules Saint-Pierre, rue des Acacias. Cette troupe représentée par deux de ses membres, Cécile Schletzer et Olivier Messager, proposera un tour de chant théâtralisé autour d’un florilège de chansons puisées dans le répertoire d’Arletty, de Marianne Oswald et d’Yvette Guilbert, au cours d’un spectacle intitulé « Hop-là boum ». La rencontre aura lieu le samedi 9 avril au cours de la finale inter-cercles des boulistes.

Ultime proposition culturelle en la salle de sport Myriam-Charrier, rue des Lilas, avec le concert-jazz du quartet « Not Five » le dimanche 1er mai. Voilà qui ajoutera une tonalité musicale à la fête annuelle que constitue le tournoi des familles du club local de tennis de table. Au menu : musique swing, musique tzigane, graine de musette dans une formule « guitare, piano, accordéon, basse, clarinette, violon » servie entre autres par Olivier Rimiac, Hervé Rolland et Tony Baker.

Quatre lieux, quatre dates pour matérialiser cette série de spectacles hors du centre culturel. Pas mal pour une « première » qui en appellera peut-être d’autres si l’expérience devait s’avérer concluante. « Je souhaite que les artistes investissent durablement la ville. Un bilan sera fait en fin de saison », ajoute le maire qui souhaite pérenniser l’expérience avant de l’étendre en d’autres lieux et dans d’autres disciplines.



Michel Barini
Michel Barini
Contributeur Angers Mag - pour le secteur des Ponts de Cé et Murs Erigné. Collabore à la rédaction... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03