La forêt, une ressource biologique et économique inexploitée


Rédigé par - Angers, le 26/04/2014 - 07:39 / modifié le 26/04/2014 - 11:24


L’éditorial de Géo-Magazine du mois d’Octobre 2013, signé du rédacteur en chef Eric Meyer, laisse rêveur. C’est en effet de rêves et de forêts qu’il s’agit. le titre de cet éditorial « Trop de paperasse, pas assez de rêves » en dit long sur les absurdités de nos gouvernements.



Forêt en Corse du sud
Forêt en Corse du sud
En quelques lignes, cet éminent journaliste cite les 16 millions d’hectares de forêts présentes sur notre territoire, une mine d’or sur le plan économique, comparable à ce qu’est le gaz au Quatar. Cette mine d’or est quasiment inexploitée, ou trop peu. Pire, les quelques scieries restantes disparaissent avec leurs emplois, alors que « les consommateurs vont faire la queue dans les supermarchés spécialisés pour acheter des meubles produits en Chine. "Bienvenue au pays ou la vie est moins chère" écrit Eric Meyer.

La forêt française, de par sa superficie, est en 4ème position derrière la Suède, la Finlande et l'Espagne, et représente 10 % de la surface boisée européenne. Les trois quarts de la forêt française appartiennent à des propriétaires privés, 10% appartiennent à l'Etat ( forêts domaniales), le reste est la propriété de collectivités locales. Les forêts publiques sont gérées par l'Office national des forêts (ONF).

Qu’elles soient publiques ou privées, la gestion et la transmission des forêts sont cadrées par la loi, au niveau local, ou national (classements en parcs naturels, réserves, Natura 2000, etc). Il en est de même pour l’exploitation du bois.

Nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons du bois

Forêt près de Mouliherne (Anjou)
Forêt près de Mouliherne (Anjou)
Bien des menaces ont pesé sur les forêts de France : incendies, réseaux routiers, tempêtes comme celles, plus proches de nous, de décembre 1999, les forêts ont longtemps régressé jusqu’au milieu du XIX siècle pour diverses raisons et notamment à cause des prélèvements près du littoral pour les constructions navales, l'urbanisation à outrance et l'expansion des surfaces agricoles.

Cependant, à partir des années 50, la courbe a commencé à s’inverser, les surfaces couvertes par les végétaux représentaient alors 11 millions d’hectares, puis 16.3 millions en 2009. La situation semble se stabiliser depuis car la mécanisation agricole a entraîné une concentration de l’agriculture sur les surface les plus faciles à exploiter ou plus productives.

Certaines régions traditionnellement peu boisées ont même vu une nette augmentation des superficies, c’est le cas en Bretagne et en Languedoc-Roussillon. S'ajoute à cela le fait que de nos jours, protéger les arbres est dans l’ère du temps. La prise de conscience collective a permis le développement de programmes de plantations d’arbustes par des collectivités, des scolaires ou des entreprises.

Pour développer la filière bois, nous avons des outils plein les tiroirs... de l’administration : le Fonds Bois, le Fonds Adibois, le prêt Participatif du Développement de la filière Bois, le Fonds de Modernisation des Scieries, et bientôt , le Fonds Stratégique Forêt-Bois…

Un mille-feuilles dont la complexité et la redondance commencent aujourd’hui seulement à être dénoncées, entre autres, par le nouveau gouvernement Valls. Nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons du bois. Alors exploitons-le.

Mais pour exploiter réellement le bois de nos forêts, il faut faire des réformes. Un "vilain mot" dans la langue Française, alors qu’il y aurait pourtant des dizaines de milliers d’emplois a la clé. On connait l’inertie d’une réforme, elle se chiffre en années, le temps d’atteindre un nouveau mandat présidentiel, qui remettra peut-être en question le bien fondé de ladite réforme…



François BREAU
Contributeur Angers Mag - spécialisé dans le domaine scientifique et le milieu naturel. Cinéaste,... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Alain le 27/04/2014 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"une mine d’or sur le plan économique, comparable à ce qu’est le gaz au Qatar" N’exagérons pas !

Car si vous entendez par exploitation, la mise à nu de milliers d'hectares de bois nobles et l'anéantissement d'une biodiversité inestimable pour les remplacer par des déserts verts de résineux alignés au cordeau où rien ne vit, alors il vaut mieux se passer de ces réformes qui réduiraient à néant en quelques années ce que la nature a mis des décennies à créer.

Je vois mal, par exemple, les forêts d...








Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com