"La machine à perdre" a-t-elle déjà choisi son camp ?


Rédigé par - Angers, le 19/03/2014 - 07:34 / modifié le 19/03/2014 - 07:39


Quatre mois après la sortie de son livre "Angers, la Machine à perdre" (L'Apart) et quatre jours avant la premier tour des élections, notre confrère Alain Machefer nous livre son regard sur la campagne des municipales. Et pose les éléments d'une équation "piège" pour la gauche. Irrémédiable ? Éléments de réponse peut-être ce mercredi lors du troisième débat télévisé (Angers Télé/Le Courrier de l'Ouest/Angers Mag) à suivre en direct sur notre site à partir de 15h.



"La machine à perdre" a-t-elle déjà choisi son camp ?
la rédaction vous conseille
La campagne électorale est entrée dans sa dernière ligne droite à Angers. Quels en ont été jusqu'alors les marqueurs principaux, selon vous ? En quoi se singularise-t-elle ou pas ?

"Le principal marqueur est historique : jamais la division n’avait déchiré les grandes familles politiques à ce point. À gauche, surtout, évidemment, avec l’affrontement Béatse-Rotureau. Mais à droite aussi avec la rivalité Béchu-Gérault. C’est le sens que je mettais au titre de mon bouquin « La machine à perdre » : qui aurait la machine à perdre la plus efficace… Sauf que cette division risque d’engendrer beaucoup moins de dégâts pour Béchu que pour Béatse. Parce qu’il a su convaincre une partie du centre, le MoDem, de le rejoindre très tôt. Parce que l’UDI de Laurent Gérault n’a pas encore de vraie visibilité : Borloo est invisible… et Gérault a mis du temps avant de lancer sa campagne de terrain. Et parce que le centre gauche a aussi été capté par Jean-Luc Rotureau. Au point que cette question du centre, d’habitude « centrale » à Angers, s’est trouvée complètement effacée…"

Des candidats ont-ils marqué des points en terme de communication et de visibilité ?

"Pas de façon spectaculaire. Vous avez vu comment les candidats ont d’abord cherché à se neutraliser, au fil des différents débats télévisés ? Surtout ne pas trop attaquer l’autre, des fois que ça revienne en boomerang. Même dans leurs réunions publiques, en tout cas jusqu’à la dernière semaine, le ton a été plus feutré que sanglant… À Angers, vous savez, tout se passe derrière les tentures. On garde les poignards derrière le dos… Faute d’affrontement, on savait que les réseaux sociaux prendraient le relais : il était intéressant de suivre les commentaires des débats sur Twitter où les lieutenants ne se privaient pas, eux, pour tacler l’adversaire. Les empoignades auraient été plus rentre-dedans, peut-être aurait-on évité certains dérapages auxquels se sont laissés aller certains blogs courageusement anonymes. Même s’ils posaient de vraies questions, les faire surgir à quelques jours d’un scrutin est la façon la plus malsaine de faire de la politique."

Tramway, Rives Nouvelles, finances... Les différences d'approches des candidats sur ces grands thèmes ont largement occupé les colonnes de la presse. Vont-elles jouer tant que cela dans les choix des électeurs angevins ?

"Pas nécessairement : entre tel ou tel tracé, les différences d’analyse traversent les familles politiques elles-mêmes. Et il y a ceux qui vont trouver Béchu pas crédible lorsqu’il défend un tramway passant à tout prix par le centre-ville qu’il veut« revivifier »… alors qu’il s’est battu pour voir la première ligne contourner le Ralliement pendant la campagne de 2008. Et encore ceux qui s’étonnent que la reconquête de la Maine de Béatse ignore à ce point le problème de l’actuelle voie express incontournable tant que le contournement sud d’Angers n’aura pas été réglé… Ce qui risque de faire la différence, au risque de voir certains projets passer pour « petit bras », c’est la façon dont chaque candidat est crédible dans sa volonté affirmée de ne pas charger la mule des finances. Et celle des impôts. La crise a rendu chacun plus responsable. Dans le discours. Mais dans ses choix, vraiment ?"

"Si l’équation qui est en train de se mettre en place à gauche se vérifie, on voit mal comment la victoire pourrait échapper à Christophe Béchu."

La division de la gauche semble - au regard des sondages et de l'ambiance - jouer clairement contre elle. L'élection est-elle déjà jouée ?

"Il y a deux semaines, je vous aurais dit que non, rien n’était joué. Que les sondages allaient sans doute inciter les deux candidats de gauche à esquisser un rapprochement autour d’axes consensuels pour éviter de faire perdre leur camp. Jean-Luc Rotureau, quels que soient ses désaccords profonds, avait toujours mis en avant sa loyauté vis-à-vis de sa famille politique… Aujourd’hui, parce qu’il est persuadé de pouvoir arriver devant Frédéric Béatse, au contraire il se radicalise encore plus. La critique acerbe d’André Despagnet vis-à-vis de ses anciens amis, qu’il réservait à la sphère privée jusque-là, en est une des illustrations."

Et si on pose la question autrement : qu'est-ce qui peut contrer, à ce stade, la victoire de Christophe Béchu ?

"Si l’équation qui est en train de se mettre en place à gauche se vérifie, on voit mal comment la victoire pourrait échapper à Christophe Béchu. Dans le cas où Frédéric Béatse arriverait devant Jean-Luc Rotureau, même si son challenger appelait à voter pour lui pour « éviter qu’Angers ne bascule à droite », on sait qu’il y aurait une grande déperdition de voix : ceux qui n’ont pas digéré le 20 janvier 2012 seraient d’autant plus intraitables que l’équipe de Frédéric Béatse n’a pas su faire amende honorable… Si Rotureau réussissait son pari d’arriver en tête, il est probable qu’un nombre conséquent d’électeurs de Béatse s’échapperait après une campagne où Frédéric Béatse aura été la première cible de Jean-Luc Rotureau…"

Quid du Front National ?

"C’était une des faiblesses potentielles de Christophe Béchu : avec la montée en force de Marine Le Pen et de ses candidats en 2012, le cap des 10% ne paraissait pas illusoire. Ce qui pouvait lui permettre de se maintenir au second tour… au risque de piéger la stratégie de Béchu. La machine à perdre pouvait se cacher de ce côté-là, pour le leader de droite. Au lieu de quoi, le candidat du « renouveau » du Front national à Angers s’est révélé dans toute sa… faiblesse."

Et les autres listes ?

"La vraie surprise, c’est la liste « Angers mieux vivre naturellement » qui l’aura apportée. Par ses méthodes, ses propositions, une liberté, une invention. Recouvrir les fameux panneaux Decaux en principe voués à la démolition et pourtant toujours en place… d’un cache en forme de… soleil, ça relève peut-être du coup de force... mais du coup de force tout en douceur. Sa leader – tirée au sort, quand même ! – Nathalie Sévaux, restera comme la révélation de cette campagne par sa spontanéité, sa fraîcheur, son audace, sa capacité à être réellement force de proposition, elle, la néophyte."

"La Machine à perdre", Ed. L’Apart. 448 pages. 20,90 €


Débat télévisé : les neuf candidats en direct à 15h ce mercredi

Un mois après leur première rencontre au forum du Quai, les candidats à l'élection municipale d'Angers seront de nouveau réunis devant les caméras d'Angers Télé ce mercredi après-midi à partir de 15h. Sauf imprévu de dernière minute, ils seront bien tous là (Gaétan Dirand était absent lors du premier débat) : Frédéric Béatse ("Aimer Angers"), Christophe Béchu ("Angers pour vous"), Gaétan Dirand ("Angers Bleu Marine"), Marie-José Faligant ("Faire entendre le nom des travailleurs"), Laurent Gérault ("Servir Angers"), Hubert Lardeux ("Contre les politiques d'austérité, pour la République et la démocratie"), Martin Nivault ("Résister, construire à gauche"), Jean-Luc Rotureau ("L'énergie de faire") et Nathalie Sévaux ("Angers vivre mieux naturellement"). Le débat se déroulera à la Faculté des Sciences (quartier Belle-Beille) et sera animé par Fabrice Gasdon (Angers Télé), associé à Yves-Tréca Durand (Le Courrier de l'Ouest) et Yves Boiteau (Angers Mag). Les échanges seront retransmis en direct par nos trois médias respectifs (sur Angers Mag, à partir de 15h donc). Les échanges porteront dans l'ordre sur : les finances de la ville, le logement, les quartiers, les nouveaux rythmes scolaires et la culture.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par jean-luc le 19/03/2014 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est un peu hors sujet je sais mais pourquoi donc ce jour la liste de soutien des 9 caciques du PS pour Mr Beatse et essuyant une volée de bois verts de critiques a disparu sur le site "Angers Pde Loire"" la ntion du ridicule de cette liste sans doute???

2.Posté par Michel49 le 19/03/2014 11:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Encore un chroniqueur politicien issu de la politique en accointance avec le milieu politique. Ce n'est pas sérieux tout çà. Cela crée du buzz et puis cela entretien les politiciens. La politique de la Cité est ailleurs et bien loin des noms d'oiseaux ou jeux malsains que se livrent les politiciens ou les chroniqueurs. Messieurs car les dames en sont exclues, messieurs rentrez dans les vestiaires car la défaite est vôtre. Le jeu de la politique n'est pas un jeu, c'est la vie; Mais là c'...

3.Posté par Daniel Fleury le 19/03/2014 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est toujours un peu curieux de lire sous la plume d'un "commentateur avisé" de la vie politique locale que la division de la gauche résiderait uniquement dans celle du PS.... Exit les plus de 11% de voix qui se sont portées sur Jean Luc Mélenchon aux Présidentielles de 2012 sur Angers... Ces électeurs sans doute comptent pour du beurre... Et pourtant ce sont eux qui feront une fois de plus la différence. Et justement parce qu'on leur témoigne tant d'indifférence, risquent de s'abstenir au 2...

4.Posté par galoubet le 19/03/2014 17:49 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des commentaires plein de parti pris rien sur le rejet de Béchu, même au sein de l'Ump, du poids des affaires et de la mobilisation de la gauche sur un vote utile dommage!

5.Posté par Ardouin le 19/03/2014 23:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La division et l'éparpillement des voix à Gauche comme à Droite illustrent le mécontentement des citoyens vis-à-vis des candidats qui dirigent la ville et le département car il y a de la démagogie dans leurs propositions (ils n'osent plus dire "programme") . Finalement, la liste citoyenne sans étiquette est là pour rallier tous les indécis... Et pour les abstentionnistes, les révoltés par la loi de financement public des partis qui cautionne le bipartisme et le conservatisme, donnons leur une...















Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00



cookieassistant.com