La maison des projets : un espace dédié à l’économie numérique, créative et culturelle


Rédigé par - Angers, le 21/03/2013 - 08:12 / modifié le 22/03/2013 - 08:27


Au siècle dernier, le quotidien le Courrier de l’Ouest y imprimait son journal. Plus récemment, le Nouveau Théâtre d'Angers puis la Maison du Tramway en occupaient les lieux. Au 12 place Imbach en centre-ville d’Angers, vit désormais « La Maison des projets », un lieu de rencontre et d’exposition où, selon une formule désormais chère au maire, Frédéric Béatse, pourront s’exprimer les talents angevins.



La façade de la maison des projets, désormais installée sur la place Imbach à Angers
La façade de la maison des projets, désormais installée sur la place Imbach à Angers
la rédaction vous conseille
Il s’agit d’ouvrir ce lieu expérimental à la fois vitrine des talents locaux et de l’innovation de notre territoire, à tous les projets, quelle que soit leur origine ou celui qui les porte », déclarait ce mercredi le maire d’Angers en inaugurant les lieux.

« Ce lieu emblématique qui accueillait, il n’y a pas si longtemps encore, la maison du tramway, est mis à disposition des acteurs universitaires, des associations et des entreprises, pour en faire un espace ouvert à la connaissance », poursuivait le maire.

« Ces acteurs auront un point commun, celui de défricher dans le domaine de l’innovation, de l’économie culturelle et créative et du numérique et faire en sorte que leurs projets croisent ceux déjà bien ancrés sur le territoire pour faire un lieu vivant à l’image de la ville et de l’agglomération ».

Initialement cet espace qui devait accueillir une cantine numérique, c'est-à-dire un lieu où les acteurs du numérique Angevin pourraient venir échanger leurs idées et savoir-faire, et développer des projets technologiques en commun, est devenu au fil des mois une vitrine des talents culturels, et surtout de tous les grands projets initiés par la ville et la métropole angevine (berges de Maine, piscine aqualudique, etc ...). Mais faute d’entente entre plusieurs structures et peut-être d’intérêt pour la collectivité, le projet n’a pas pu être mené à son terme.

Certes, l’espace de coworking, lieu de travail partagé souhaité par les acteurs du numérique, cœur d’une Cantine Numérique « labellisée » a été conservé, caché derrière la maquette grandeur nature d’une rame de tramway, toujours installée dans le hall d’entrée. Celle-ci sert maintenant de salle de réunion et d’échange, un lieu original dans lequel peuvent aussi s’installer les « coworkers ».

Curieusement, l’association Maine Labs, acteur du projet de Cantine Numérique à Angers, citée hier soir par le maire comme « un des projets portés par des citoyens engagés dans le secteur du numérique à la recherche d'un lieu pour s'exprimer », n’apparaît pas dans la liste des structures installées sur place. L'association se retrouve désormais au rang de simple utilisateur des espaces mis à disposition, comme toutes les autres structures angevines ayant un projet d’animation dans le secteur de l’innovation.

Mais à l’instar d’Austin, ville américaine et jumelle, où se déroule le festival South by Southwest (SXSW), le salon mondial de la musique, du film et du multimédia, Angers qui envoie depuis plusieurs années une délégation de musiciens locaux sur place, ambitionne d’organiser le même type d’événement sur ses terres.

La maison des projets pourrait se présenter comme une vitrine de l’événement, plusieurs entreprises culturelles issues de la filière musicale : Radical production, 3C, Yotanka, Lo’jo Editions, Téo MGMT et Sub me, les titulaires du « 9, rue Claveau », ayant déjà investi les lieux, sous la bienveillance de la Mission info-Ressources Ancre, dont la vocation est de structurer le secteur culturel et créatif, également installée sur place.

Les entrepreneurs et professionnels du web, les accros des réseaux sociaux et les « geeks », passionnés par les technologies numériques et leur développement qui pouvaient trouver un intérêt dans une Cantine Numérique et que la création musicale, fût-elle numérique, n'intéresse pas forcément, seront certainement contraints de se rabattre vers d’autres lieux, le projet tel qu’il était envisagé au départ n’ayant visiblement pas trouvé sa place dans la maison des projets d’Angers.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag