La nouvelle télé angevine se dessine sans grande surprise


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 22/01/2013 - 15:44 / modifié le 22/01/2013 - 22:32


Le jeudi 21 février, 19 heures, Angers Télé diffusera ses premiers programmes sur le câble et la TNT. Ce mardi après-midi, son directeur, Olivier Hamon et son président Jean-Claude Bachelot, ont fait les présentations lors d'une conférence de presse, "en direct", de la rue de la Rame. Revue de détail.



Olivier Hamon, directeur général d'Angers Télé et Jean-Claude Bachelot, président.
Olivier Hamon, directeur général d'Angers Télé et Jean-Claude Bachelot, président.
la rédaction vous conseille
Doucement, mais sûrement. À moins d'un mois de la première prise d'antenne de la nouvelle télévision locale, Jean-Claude Bachelot, président de la Société d'économie mixte et par ailleurs adjoint au maire d'Angers, accompagné d'Olivier Hamon, son directeur général, ont dévoilé, sans fanfare, ni trompette, le visage de cette nouvelle chaîne angevine.

Lancement, programmation, diffusion, équipe et projets, ils ont détaillé par le menu le projet accepté par le CSA et aux antipodes d'une "télévision Mr le Maire", selon Olivier Hamon. Un générique de lancement ambitieux aux moyens cependant limités, sans révolution, ni grande nouveauté sur le fond, mais "répondant à l'attente des Angevins", a précisé Jean-Claude Bachelot.

À 19 heures pétantes, le jeudi 21 février, les Angevins pourront découvrir sur leur écran la nouvelle chaîne de télé angevine, Angers Télé. "Une vitrine d'Angers et de son agglomération mettant en valeur les talents et les atouts du territoire dans les secteurs culturel, sportif, économique, associatif…, détaille Jean-Claude Bachelot. Angers Télé sera avant tout une chaîne de proximité attendue par les Angevins qui souhaitent retrouver ce média".

Installée dans des locaux fraîchement rénovés, au rez-de-chaussée de l'immeuble qui accueillait feu Angers 7, rue de la Rame, la nouvelle équipe devra toutefois rendre des comptes par le biais d'un contrat d'objectifs et de moyens fixés par un conseil d'administration "dynamique" et surveillé de près par un conseil d'éthique.

Un JT, une météo, une émission…

Du lundi au vendredi, de 19 heures à 20 heures, les téléspectateurs découvriront chaque soir un journal télévisé retraçant l'actualité angevine d'une vingtaine de minutes. Ce JT sera suivi d'un flash météo pour ensuite laisser place à une émission de 30 à 40 min sur une thématique différente chaque soir. "Le lundi sera consacré aux sports avec les résultats du week-end, le mardi à l'économie, le mercredi aux associations, le jeudi au foot et le vendredi à la culture, précise Olivier Hamon. Ces émissions ainsi que le journal seront enregistrés dans un premier temps pour ensuite évoluer vers le direct".

Rien de bien nouveau ! Du déjà fait, du déjà vu à l'époque d'Angers 7 ? "Notre équipe sera plus présente sur le terrain, nous voulons vraiment aller à la rencontre des Angevins. Angers Télé ne sera pas uniquement une chaîne de plateau, répond le directeur. Nous comptons d'ailleurs lancer rapidement deux autres émissions, tournées sur le terrain, dans les quartiers ou dans une commune pour aller à la rencontre de la population".

Et décision du CSA oblige, Angers Télé devra émettre deux heures de programme par jour. "Nous allons donc dans un premier temps multidiffuser notre JT et les émissions, précise Olivier Hamon. Et proposer ensuite des documentaires, des courts-métrages…, grâce à des accords passés avec l'Union des télévisions locales de Service Public (TLSP) et le Gie Ouest-TV qui regroupe les télés locales de Cholet, Nantes, Le Mans et Rennes". Avec ça, Angers Télé diffusera en continu, 24h/24h, 7 jours sur 7.

Numéricable, TNT, web et box

Dès ce 21 février, 19 heures, les nouvelles couleurs de la télé locale seront visibles sur le réseau câblé Numéricable (soit 85 000 foyers angevins), sur la TNT et sur Internet, via un site actuellement en construction. "Nous ne sommes pas encore en mesure de communiquer la numérotation de la chaîne en fonction des réseaux, précise Olivier Hamon. Nous l'attendons du CSA dans les prochains jours".

Également en attente et au rang des projets, la diffusion par le biais des différentes boxs et le réseau ADSL. "Des négociations sont actuellement en cours avec les principaux opérateurs, ajoute-t-il. Et à terme, nous serons bien présents sur la majorité des boxs".

D'anciennes et de nouvelles têtes

Fabrice Gasdon dans le studio de radio Campus en mai 2010 lors de la liquidation d'Angers 7.
Fabrice Gasdon dans le studio de radio Campus en mai 2010 lors de la liquidation d'Angers 7.
Angevin depuis 20 ans, originaire de Bretagne, Olivier Hamon, fondateur de VO Production et d'Armor TV, une télé bretonne diffusée sur Internet, fait son retour dans le paysage médiatique angevin. "J'ai débuté ma carrière de journaliste dans le journal de la Mutualité angevine", précise-t-il. À ses côtés, il a positionné deux anciens de l'ère TV 10-Angers 7. Fabrice Gasdon, "bien connu des Angevins" pour avoir présenté le journal télévisé durant des années et animé moult débats et tables rondes sur la place. Ce revenant occupera le poste d'animateur d'équipe, de rédacteur de chef de la chaîne, "mais ne présentera plus les journaux quotidiens d'Angers Télé, annonce Olivier Hamon. Il animera uniquement l'émission du mardi soir consacrée à l'économie".

Autre visage bien connu des Angevins, ancien pigiste sportif sur Angers 7, Thierry Lardeux, "la référence sportive à l'échelle locale", selon Olivier Hamon. Il intègre la nouvelle équipe à plein temps et "aura en charge l'actualité sportive, mais pas seulement", ajoute le directeur.

Voilà pour les anciens ! Quant aux nouveaux journalistes, ils sont (toujours) en cours de recrutement. "Suite à l'annonce passée la semaine dernière, nous avons reçu de nombreuses candidatures, confie Olivier Hamon. Et nous auditionnons huit candidats potentiels, ce mercredi." Enfin, deux techniciens devraient rejoindre cette équipe réduite dans les semaines à venir, ainsi qu'un community manager qui aura en charge de diffuser via les réseaux sociaux les infos en temps réels et gérer la promotion de la chaîne.

Et la pub dans tout ça ? Qui aura la lourde tâche de ramener les 100 000 euros de recettes publicitaires estimées pour la première année ? Pour le moment, rien n'est tranché "sur le recrutement d'une ou d'un commercial ou le passage par une régie publicitaire", précise le directeur.

Quelques projets…

Avec des contraintes de délais aussi courts, difficile de se projeter. Néanmoins, Olivier Hamon a quelques projets dans la tête et surtout à la hauteur des moyens humains et financiers qui lui sont accordés. Angers Télé devrait donc diffuser les matchs du SCO (à l'extérieur et à domicile) à J+1. Pour diversifier la programmation, Olivier Hamon ne s'interdit pas de faire appel à des productions locales et semble ouvert à des collaborations (hors rédaction). Mais rien de très concret pour le moment, l'objectif prioritaire étant de ne pas louper le lancement du 21 février.









1.Posté par villard le 23/01/2013 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et l'agglo?
nul part, il est en question! et pourtant , elle est au capital? encore ce nombrilisme de la ville centre?

2.Posté par RS le 23/01/2013 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En lisant votre article, je ne peux faire abstraction du mot "sport" que vous employez à tord à la place du mot "football" comme cela est traditionnel dans l'environnement télévisuel français! Je suis conscient que pour faire de l'audience, les médias se basent sur le nombre de licences pour sélectionner les sports traités dans leurs émissions.... Cependant, il est regrettable que tous les médias aient cette même logique au point que chacune d'entre elles ne fait que répéter ce que l'autre di...

3.Posté par RAZ le 27/01/2013 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout ça pour en arrivé à revenir aux fondamentaux d'ANGER 7 ... Quel gâchis financier et humain ... Combien de matériel bradé, de salariés en mal de travail ... On a remis en cause à une époque un projet pour faire aujourd'hui du réchauffé ... Tout cela laisse songeur















Angers Mag