La séduisante étrangeté d’Emmanuelle Devos


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Mercredi 18 Janvier 2017 à 08:59


La comédienne sera sur la scène du Quai jeudi soir pour la première de "Bella Figura", de Yasmina Reza. Un prologue de l'hommage que s'apprête à lui rendre le festival de cinéma Premiers Plans. Huit films sont à l'affiche de la 29e édition pour honorer cette figure singulière du cinéma et du théâtre.



Théâtre et cinéma... Emmanuelle Devos jouera sur les deux tableaux, cette semaine, à Angers. Crédit photo : Marcel Hartmann.
Théâtre et cinéma... Emmanuelle Devos jouera sur les deux tableaux, cette semaine, à Angers. Crédit photo : Marcel Hartmann.
la rédaction vous conseille
Il n’est pas si aisé pour les équipes de Premiers Plans et du Quai de trouver un artiste aussi rayonnant sur les planches que sur grand écran, possédant une filmographie digne de ce nom et une actualité théâtrale brûlante et pouvant aménager son emploi du temps pour s’offrir en live aux spectateurs et aux festivaliers.

Cette perle rare a encore été trouvée cette année. Elle a pour nom Emmanuelle Devos et présente plusieurs particularités. Celle d’avoir un début d’histoire avec Frédéric Bélier-Garcia, l’actuel directeur du Quai : « Elle était dans la première pièce que j’ai mise en scène : Biographie : un jeu, de Max Frisch. Cela dénotait déjà de sa capacité à donner sa confiance. Je n’avais rien fait à l’époque et elle s’est lancée dans l’aventure. Cet aspect de sa personnalité explique en partie qu’elle ait une carrière plus audacieuse que celle de certaines de ses consœurs. Et, par le fruit du hasard, elle était dans L’Adversaire, de Nicole Garcia, mon premier scénario ».

Celle aussi d’avoir un début d’histoire avec Premiers Plans. Parmi les réalisateurs qui ont fait leurs premières armes au festival trône Arnaud Desplechin. Et qui retrouve-t-on au casting du tout premier film de ce dernier, La Vie des morts, présenté pour la première fois à Premiers Plans en 1991 ? Emmanuelle Devos… qui deviendra une figure récurrente dans le cinéma de l’auteur de Trois souvenirs de ma jeunesse. « Elle est l’égérie du jeune cinéma français, ajoute Frédéric Bélier-Garcia. Celle de Desplechin mais aussi des sœurs Fillières. Elle a ce talent de s’approprier les personnages et de leur donner une humanité singulière. Elle ne ressemble qu’à elle-même et c’est cela, je crois, que viennent chercher les réalisateurs et les metteurs en scène ».
"Elle a ce talent de s’approprier les personnages et de leur donner une humanité singulière. Elle ne ressemble qu’à elle-même et c’est cela, je crois, que viennent chercher les réalisateurs et les metteurs en scène" - Frédéric Bélier-Garcia

La tête pensante de Premiers Plans, Claude-Eric Poiroux, se souvient de sa première « rencontre » avec Emmanuelle Devos : « Je l’ai découverte en même temps que je découvrais Arnaud Desplechin avec La Vie des morts. C’est rare de ressortir d’un film d’une heure avec l’impression de connaître les personnages, d’être habité par eux. Et je ne suis pas étonné qu’Arnaud ait eu envie de rappeler plusieurs fois Emmanuelle Devos. Elle a une capacité à être des personnages et elle ne se répète jamais. Sa force, c’est sa capacité d’intériorité. Il y a une intranquillité qui se dégage d’elle, et, au cinéma, l’intranquillité est une force recherchée. Je la comparerais à Jeanne Moreau dans le fait de ne pouvoir les comparer à personne. Sa beauté n’est qu’à elle et ne réside pas dans la séduction. On s’attache à elle comme les cinéastes s’attachent à elle ».

Un charme à part, un « charme qui vient d’une certaine gaucherie, dans sa diction, dans son rythme et dans ses gestes. Cette maladresse la rend étrange et cette étrangeté, une qualité vraiment à elle, fait son art. Ceux qui la font travailler jouent avec cette bizarrerie », souligne Frédéric Bélier-Garcia, qui ne désespère pas, un jour, retravailler avec elle.
Claude-Eric Poiroux est quant à lui impatient d’assister aux rencontres de l’actrice avec les festivaliers : « Je ne l’ai pas croisée souvent ; mais à chaque fois, j’étais un peu intimidé. Son regard perce les choses. Il y a une force en elle qui fait qu’elle ne passe jamais inaperçue. Ce n’est pas un hasard si elle a obtenu un César pour un second rôle. C’est une comédienne qui apporte une richesse, une intensité et un mystère à tous ces personnages ; et, ce qui fait d’elle une immense actrice, elle est aussi capable de beaucoup de fantaisie. Elle peut être décoiffante. Je suis curieux de l’entendre et je sais que le public aussi. Comme dans les films, ce n’est pas le temps de sa présence qui compte, mais sa présence ».

Huit films rendront hommage au talent singulier d’Emmanuelle Devos. Huit films qui témoignent d’une carrière mêlant audace et exigence : Dis-moi oui, dis-moi non, court métrage de Noémie Lvovsky, que la comédienne a rencontrée dans le cadre d’un atelier d’acteur de La Femis ; Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle), du complice Desplechin ; Tontaine et Tonton, de Tonie Marshall ; Sur mes lèvres, de Jacques Audiard, dans lequel elle campe Carla, rôle pour lequel elle obtient, en 2002, le César de la meilleure actrice ; Gentille, de Sophie Fillières ; A l’origine, de Xavier Giannoli, et les plus récents, Le Temps de l’aventure, de Jérôme Bonnell, et Violette, de Martin Provost.

Côté scène, Emmanuelle Devos, Molière de la comédienne et Prix de la meilleure comédienne du Syndicat de la critique en 2015 pour Platonov, de Tchekhov, sera aux côtés entre autres de Camille Japy, Louis-Do de Lencquesaing et Micha Lescot dans la pièce Bella Figura écrite et mise en scène par Yasmina Reza. L’œuvre fut initialement créée par Thomas Ostermeier, à la Schaubühne de Berlin, en mai 2015, en langue allemande.

Pour le spectacle de jeudi soir, au Quai, quelques places peuvent encore être disponibles.









Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info










Angers Mag












Angers Mag : Une visite au musée pour découvrir l'opéra [VIDEO]: Avant les représentations angevins... https://t.co/1Xo3vBS23Q https://t.co/DbP6TcED4u
Jeudi 23 Février - 07:59
Angers Mag : Violences policières, un autre rassemblement ce jeudi soir: Cinq jours après la Ligue... https://t.co/UaEBV6B32t https://t.co/SrXRHYEVVr
Jeudi 23 Février - 07:44
Angers Mag : #Angers La librairie Richer continue d'égrener les pages de son roman @rougier_ple @Angers @CCI49 #livres https://t.co/tiwahfMCvE
Mercredi 22 Février - 08:48
Angers Mag : #Angers Le chocolat se met à l'heure du numérique @Benoit_Chocolat @eKey_DtsL... https://t.co/DP6cspxi5x https://t.co/vRPkFsuLzS
Mercredi 22 Février - 08:34







cookieassistant.com