La source des femmes : l'amour !


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Mardi 6 Décembre 2011 à 11:01


Les femmes se rendent avec difficulté à la source, tandis que les hommes s'amusent. Jusqu'à ce qu'un jour, un événement fasse tout basculer : elles se soulèvent pour améliorer leurs conditions de vie.



La source des femmes : l'amour !
la rédaction vous conseille
Tout commence lorsque les femmes doivent aller chercher l'eau dans la montagne (tâche qui leur est réservée) et que l'une d'entre elles trébuche, provoquant la mort de l'enfant dont elle est enceinte. Un accident de plus, un de trop, celui qui fera changer les choses. Les femmes osent alors se révolter, elles décident de faire la grève de l'amour, espérant un jour que les hommes accepteront d'aller chercher l'eau à leur place. Leila, à l'origine de cette grève consistant à ne plus avoir de relation sexuelle avec leur homme, a du mal à convaincre certaines femmes de faire cette grève. Malgré tout, celles-ci acceptent de se battre pour leur droit. Certaines se font battre, d'autres violer par leur mari. Seule Leila sera toujours soutenue par son mari, instituteur, qui perdra son poste pour cause de « mauvaises influences sur les enfants de l'école », parce qu'il soutient la cause des femmes. Avec le soutien d'un journaliste, ils feront tout pour arriver à leur but.

Dans ce film de Radu MIHAILEANU, nous découvrons les conditions dans lesquelles les femmes vivent dans certains pays du Maghreb (même si le pays n'est pas précisé dans le film), la soumission de la femme à l'homme et les corvées qui leur sont imposées. Le film n'est pas non plus situé dans le temps, les seuls indicateurs de l'époque contemporaine sont la présence de portables et de lampes frontales.

C'est une histoire réaliste, où de nombreuses chansons sont chantées par les villageoises exprimant leur révolte. Leurs chants illustrent la solidarité très forte entre toutes ces femmes qui se battent pour la défense de leur cause. Ce film se rapproche donc du documentaire mais également du genre musical.

La musique, dans ce film tient un rôle important,au fur et à mesure que la situation s'améliore, le rythme de la musique s'accélère comme s'il soutenait les femmes, leur disant de ne pas de se décourager, qu'elles vont atteindre leur but.

En général, la luminosité du film est très élevée, cela apporte de la gaité, de la chaleur : de la vie. Cependant, en contraste avec ces scènes lumineuses, d'autres sont très sombres se déroulant la nuit. Ces scènes sombres représentent un monde caché : l'interdiction, comme celle de l'apprentissage de la lecture pour les femmes, et la violence, lorsque certaines femmes se font violer.

Radu MIHAILEANU défend une cause, comme souvent dans ses films (« Va, vis et deviens ») sous la forme d'une fable, où l'humour est présent de façon à alléger la réalité dramatique. Il y a malgré tout un côté optimiste : amélioration des conditions de vie des femmes, tout en conservant les traditions du pays.

C'est un film coloré qui donne l'espoir de pouvoir faire changer les choses.

Fantine.












Angers Mag