Lamoura mort : la Ville doit en payer les conséquences


Rédigé par - Angers, le 28/10/2014 - 09:13 / modifié le 17/11/2014 - 08:20


La fin ubuesque du village de vacances de Lamoura (Jura), dont Angers a été avec d'autres villes à l'initiative, est revenue sur la table du conseil municipal lundi soir. Appelée à mettre la main au portefeuille, la Ville va devoir verser une première somme de 195 000€. Et s'assurer que le solde de tout compte ne sera pas trop indigeste.



Le Village Vacances de Lamoura (1997 © Ville d’Angers – JN Sortant).
Le Village Vacances de Lamoura (1997 © Ville d’Angers – JN Sortant).
la rédaction vous conseille
Et une surprise de plus ! En présentant cette (nouvelle) "mauvaise nouvelle" financière lundi à la presse locale, Christophe Béchu, le maire d'Angers n'a pas cherché à cacher un certain agacement. Comme si, après les emprunts dits "toxiques" à l'agglo, la facture du projet de Centre des Congrès abandonné, celle de Biopole ou encore les taxes foncières oubliées liées au site Technicolor, la découverte de l'imbroglio financier qui entoure le village de vacances de Lamoura s'apparentait aujourd'hui à une sorte de trop-plein.

Dans la bouche de Benoit Pilet, l'adjoint aux ressources humaines qui a hérité de ce dossier, cet agacement s'est manifesté plus concrètement encore en clôture du conseil municipal d'Angers lundi soir. Plus concrètement, et surtout plus directement à l'adresse de l'ancienne équipe municipale au pouvoir, accusée en creux, dans sa présentation, de légèreté sur le sujet. Ce qui a eu le don de faire sortir Frédéric Béatse, l'ancien maire, de son calme habituel.

De quoi parle-t-on ? D'un grand village vacances, créé à la fin des années 70 dans un village du Jura par une douzaine de communes (Angers, Chalon-sur-Saone, Chauny, Longjumeau, Lorient, Rennes, Saint-Dizier, Troyes...) pour offrir à leurs habitants des loisirs de montagne. Par milliers et jusqu'à il y a peu de temps encore, des Angevins ont pu bénéficier de séjours à prix modérés dans ce coin du Haut-Jura. Jusqu'à il y a peu de temps, c'est à dire jusqu'à la fermeture en juillet dernier du complexe touristique - le plus important de Franche-Comté - sur décision du Syndicat intercommunal, regroupant les collectivités pré-citées, qui en a encore et toujours, malgré lui, la responsabilité.

Angers avait voté contre la reprise par un privé

Cette fermeture est intervenue au terme de ce que certains qualifient sans hésiter de "naufrage", à savoir l'échec de la reprise du village de vacances, par une société privée alsacienne, GECO. Guidé par la nécessité de moderniser le complexe et la volonté d'une partie des collectivités adhérentes de se désengager, ce projet de reprise avait divisé le Syndicat intercommunal du village de vacances de Lamoura (SIVVL). Angers, Chalon-sur-Saone et Chauny, favorables à une solution alternative avec des collectivités locales, avaient voté contre et contesté devant les tribunaux administratifs l'autorisation de vente, comme l'a rappelé Frédéric Béatse, lundi soir. En vain malheureusement.

Le naufrage donc ? Après avoir signé une promesse de vente en juin 2012 pour près de 6 millions d'euros, GECO a suggéré au SIVVL de confier l'exploitation du site en location-gérance à une société tiers - Hôtels et Résidences - qui s'est révélée défaillante (elle a été mise en redressement judiciaire dès avril 2014, puis liquidée en août dernier). Au final, GECO s'est rétractée ou, plus précisément selon Benoit Pilet, aurait proposé de racheter le site pour... 1€ symbolique. Aussi, fournisseurs et salariés - ils sont 35 - se sont retournés vers le propriétaire des lieux ou plutôt les propriétaires, dans l'attente, pour ces derniers, de savoir qui est véritablement leur employeur afin de toucher leurs indemnités de licenciement.

L'imbroglio juridique se double d'une vraie mésentente entre les collectivités, appelées en caution désormais à hauteur de leur nombre d'habitants et non plus du nombre de nuitées comme cela était la règle depuis la création du village de vacances. C'est le vote à l'unanimité de ce changement de critère le 26 juin 2013 qu'a reproché Benoit Pilet à l'ancienne majorité. Un vote sur lequel cette dernière s'est cependant rétractée quelques mois plus tard, pour défaut d'information préalable.

Reste que cette démarche n'a pas été prise en compte et que la mise en recouvrement des contributions des villes membres s'est enclenchée. Pour Angers, la facture est salée : 194 939 euros. "Il n'est pas exclu que ce soit un sparadrap qui revienne" a prévenu Christophe Béchu, qui entend que la ville se sépare au plus vite du village, quitte pour cela, à devoir aller en justice.

Les autres dossiers

Tramway : Christophe Béchu (re)défend son tracé
Deux semaines après sa présentation en conseil d'agglo, Christophe Béchu et son adjoint aux transports, Bernard Dupré, ont défendu de nouveau lundi soir leur projet de 2e ligne de tramway. L'occasion de constater les "points d'accord" et les "points de désaccord" déjà connus avec la minorité sur le sujet, à commencer par le passage de la Maine et la desserte de la Gare. "Je suis absolument convaincu de l'extrême complexité du franchissement sur le Pont de Basse-Chaine" a appuyé le maire d'Angers, soulignant les avantages de son choix, via un nouveau pont juste en amont de celui de Verdun : plus court, plus étroit, "plutôt sur piles", donc moins cher, et permettant de desservir la Doutre et le Centre des Congrès en sus des trois quartiers prioritaires (Belle-Beille, Grand-Pigeon, Monplaisir) et des deux sites universitaires (Belle-Beille et Saint-Serge). Pas abandonnées mais non réalisables dans le mandat, les destinations Beaucouzé et Parc Expo seront inscrites dans la révision du futur schéma de cohérence territoriale, "sous forme de fuseau".

Groupe scolaire Voltaire : deux sites plutôt qu'un
La Ville a décidé de résilier le marché de maitrise d’œuvre passé pour la restructuration du Groupe scolaire Voltaire dans le quartier Monplaisir. Non pas qu'elle y renonce mais qu'elle souhaite revoir ce projet, lancé par la majorité précédente - rapidement, "pour répondre aux besoins" a rappelé Frédéric Béatse - pour l'envisager autrement. En cohérence avec l'opération de renouvellement urbain du quartier, Christophe Béchu souhaite réfléchir à une scission de l'établissement, le plus important de la ville. "Notre modèle, ce ne sont pas des écoles à 20 classes" a t-il justifié.

Parking, la 1ere heure de gratuité attire les automobilistes
Plus de 152 000 tickets en septembre contre 135 550 l'an passé, soit une hausse de 12,15%. Pas de surprise, la mise en œuvre de la gratuité de la première heure de stationnement à rencontre un intérêt auprès des automobilistes angevins, selon les premiers retours chiffrés communiqués lundi soir au conseil. La tendance pour octobre serait dans la même lignée. "Ça montre bien qu'il s'est passé quelque-chose" se félicite Christophe Béchu, en attendant de connaître plus finement le détail de cette fréquentation et surtout - c'était l'objectif - ses retombées pour le commerce de centre-ville. "On sera très attentif à ce suivi" lui a rappelé Gilles Mahé, l'ex-adjoint (EELV) l'environnement, dénonçant "l'effet aspirateur" (à voitures) de cette mesure.

Terra Botanica : la minorité reste sceptique
Pas de surprise là non plus, la minorité municipale n'a pas voté lundi soir le rapport annuel de présentation de la Société anonyme d'économie mixte locale Terra Botanica - la structure juridique qui porte le parc - indiquant souhaiter la communication d'une information "complète et sincère" de la société et des précisions quant à la participation de la ville à l'opération "sauvetage". Le sujet pourrait être "au mieux" à l'ordre du jour du conseil municipal de décembre, a indiqué Christophe Béchu.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06



cookieassistant.com